La vieille

Colette Bonnet Seigue


Sur la ride ignorée

Où un jardin s'impose

Planté de tant d'étés

A parfum de bonheur.

D'un soc abandonné,

Un labour paresseux

Aux sillons endormis

 Sur un hiver, s'attarde.

A petits pas menus,

La chanson d'une canne

Fredonne tous les pas

D'un corps endolori

Par tant de bleus d'antan.

Devant l'âtre,

Elle veille

La vieille.

 

Au bord de la fenêtre

Les oiseaux affamés

Picorent le printemps.

C'est une pie goulue

En attente de grains,

Dans l'écuelle vide,

La roulade s'éveille,

Elle veille,

La vieille.

 

Hector a trépassé

Sur un plancher de guerre

Après la bague au doigt

Sur un air de Gounod.

Les enfants tant rêvés

Babillent dans sa tête

Et les rires manqués

Aux roulis d'un berceau.

Son chat seul compagnon

Lui offre ses caresses.

Aux ronrons cadencés,

Le cale de ses doigts

Se fait peau de satin

Sur la fourrure noire

Du fauve hypnotisé.

D'un coup d'œil avisé,

Elle veille,

La vieille.


Dehors le chêne a mis

Son habit de lumière,

Le soleil s'est pendu

A ses bourgeons éclos.

Le printemps est partout

Et même sur le lierre.

A parure de roi,

Il s'agrippe à la vie

Qui grimpe doucement

Au rythme des mois vides

Que l'on croyait amers.

L'horloge a cédé

Son tic-tac au vieux temps,

Sous le manteau muet,

Elle veille,

La vieille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Report this text