Narcisse

Chloé. S

Narcisse

  I

Je pense qu’à moi. J’aime que moi. Mais c’est pas de ma faute. J’ai un Narcisse à la place du cœur. Une maladie qui a poussé comme ça à l’intérieur. On sait pas d’où ça vient. Je me le demande parfois... Faut pas croire que ce soit forcément un inconvénient. Sauf quand il s’agit d’avoir des amis. C’est pas facile d’avoir des amis quand on veut rien faire pour les autres. On est tout le temps obligé d’en changer. De trouver des gens nouveaux qui flashent sur ta gueule. J’avoue que pour moi c’est pas trop dur. Mais c’est pas normal. On devrait pouvoir avoir des amis gratuits. C’est immoral de fonder l’amitié sur un principe d’échange. Idéologiquement, ça m’énerve tellement, que je fais exprès d’en faire encore plus le moins possible.

J’en ai séché plus d’un avec ma Narcisse attitude. Ce qui est bien, c’est que plus c’est gros, moins ils osent riposter. En tout cas, pas sur le moment. Ils y arrivent pas. Alors, ils essaient de te le faire payer un peu plus tard, en venant plus te voir, en te parlant plus, en t’ignorant. Leurs egos sont bien trop petits pour rivaliser avec le mien. Ils se rendent pas compte que je les ignorais bien avant eux. Que j’ai jamais rien aimé chez eux.

Ce qui est bien avec les gens, c’est que je peux sortir de chez moi en m’écoutant parler tout seul sans passer pour un taré. J’adore comment je me raconte. J’ai un truc quand je parle qui met tout le monde dans l’ambiance. Le mieux c’est quand on est assis à une table, qu’ils sont tout prêts et que je peux me mater dans leurs pupilles. Si j’en ai quatre, je me regarde 8 fois. J’adore.

            Moi, j’aimais bien ma vie quand elle était comme ça.

II

Depuis hier soir mon image a disparu. Je la retrouve plus dans aucun miroir, dans aucune vitre, dans aucun lac, aucune fontaine, pas même une flaque ni un vieux débris de quelque chose. Je suis au fond du gouffre : flirt avec le néant. Et y a encore des connards pour me tendre la main ! Hors de question. Au moment où mon Narcisse sera fané, je veux être seul. Et si à ce moment-là l’autre connasse qui se planque de l’autre côté de la colline pouvait fermer sa gueule se serait bien. Avec les jours qui passent sa voix est de plus en plus proche, à croire qu’elle va vraiment venir. Mais si elle vient avant que j’aie recouvré mon reflet, je risque de choper un sale truc. Un décollement de pétale, une déchlorophyllisation ou un truc dans le genre et mon parfum, mon essence, se dissiperait dans l’atmosphère. Elle pourrait sentir qui je suis. Me démasquerait et mes pétales tomberaient très vite. Mon âme serait nue.

Je suis pour l’égalité : hypocrite avec tout le monde, la liberté : si t’es pas content va te faire mettre, la fraternité : je partage rien avec personne.

C’est pour ça. J’aimais trop ma vie quand j’avais mon reflet. Ces yeux qui me regardaient et cette bouche qui me souriait, ces cheveux qui ondulaient… même Ophélie quand elle passait dans la rivière elle faisait exprès que ses longs voiles ils s’accrochent dans les ronces, juste là, à côté de moi. La légende dit que si je l’embrassais, elle se réveillerait. Hors de question. Plutôt faner. Moi, je la remets toujours dans le sens du courant pour qu’elle me laisse tout seul avec moi-même.

III

Deux jours que je n’ai plus de reflet, j’aurais jamais cru avoir une telle force de survie.

Je me balade dans le palais des glaces, pour voir s’il surgirait pas mon image de derrière les miroirs, avec tout plein d’histoires, comme des fleurs ouvertes, comme des fenêtres, comme des yeux. Elle me décrirait la laideur des gens. Et l’autre salope de derrière la colline qui a choisi de venir… Elle se rapproche, de loin en loin. Ça me désespère. Elle répète toujours la même chose : « Narcisse, c’est moi, Narcisse, répond-moi, t’es là ? » Jamais je lui répondrai.  

IV

            Voilà, j’ai commencé à perdre trois de mes pétales. Il m’en reste plus que la moitié. Je m’ennuie trop sans moi et j’ai même plus la force de me traîner jusqu’au palais. Je prie encore pour que le Temps m’achève avant qu’Echo ne soit arrivée. Mais, elle me lâchera pas, je l’entends. Elle sera même pas déçue de me voir dans cet état. Toujours beau, mais triste.

V

J’ai plus qu’un seul pétale et je crois qu’il va pas tarder à tomber. Même Ophélie me calcule plus. Y a Echo qui se la ramène trop. 

             

Et c’est ainsi que Narcisse se fana, appuyé contre le tronc d’un arbre desséché à la seconde même où Echo lui balance son reflet devant la figure en lui hurlant dans l’oreille : « Réveille-toi Narcisse, je te l’ai ramené. Il s’est enfuit car il ne pouvait plus te supporter. Je t’appelais pour te prévenir. Désolée, j’ai pas réussi à venir plus vite… tu ne m’entendais pas ? » Narcisse a à peine le temps de vomir son ultime pétale en voyant cette chose informe, piteuse et démolie qu’était devenue son image. Echo sentit son parfum qui s’échappait de lui. Le reflet qu’elle tenait suspendu par le collet la regarda d’un air consterné puis s’évanouit.

Report this text