Niki de Saint Phalle au grand palais.

Christophe Paris

Une nana canon qui tire sur ses toiles. Dans le viseur tout y passe, avec en point de mire la femme libérée. Une villégiature artistique entre cauchemars noirs et blancs et rêveries chatoyantes.

Niki c'est la Barbarella féministe du monde moderne. Belle, intelligente et terriblement subversive. La Scénographie fort judicieuse que propose le Grand Palais alterne positivisme bariolé et visions infernales invitant le visiteur à déambuler dans les méandres d'un cerveau créatif, agité, engagé, révolté, passionné et généreux. Lorsque l'on s'approche de certaines de ses œuvres comme cette tête de mort géante que n'aurait pas renié Shakespeare, ou de ces femmes en éclats de verre ou faïence, on n'est incapable d'en déduire le temps passé, à se demander comment une seule vie a suffi pour produire autant. Le temps, un des sujets de prédilection de l'artiste qui voulait en finir avec lui au travers de rafales peinturlurées. Passer dans l'autre monde, non pas celui de l'au-delà mais du féminin, éternel porte drapeau de l'amazone Niki et de son féministe combat.
Combat, comme celui contre ses démons durant toute sa vie. Ses cauchemars touchent l'inconscient du visiteur, chacun dans sa dimension à en juger par les commentaires parfois savoureux. C'est beau quand l'art fait parler. La présence sur beaucoup de toiles de masques blancs ou maculés favorisant la mimésis du visiteur, il y a forcément un bout de toile ou vous retrouverez un de vos cauchemars favoris. Elle qui se voulait populaire réussit de manière parfaite à rendre universel un univers personnel ou chacun peut se retrouver, à la manière d'une déesse toute puissante. Dieu et la religion qu'elle fustige en deux autels or et blanc ressemblant plus à ceux d'un sacrifice ou d'une messe noire, personnellement un de mes cauchemars favoris. Comme dans les mauvais rêves, le visiteur peut suffoquer et se réveiller en prenant une grande bouffée d'air. Il suffit de changer de salle et de flotter en plein oxygène dans celle des danseuses aux reflets presque stellaires, l'espace le plus féminin à mon sens. Vous y trouverez d'aériennes femmes ballons, une géante de plus de 6 mètres adossée au mur, ou encore ces femmes plates débordant de bourrelets, génial antinomie doublée d'une matière lisse et brillante. Splendides de graisse et de grâce. Ne ratez aucune de ses vidéos où le visiteur se prend à rêver lorsqu'elle affirme que la faim dans le monde n'existerait sans doute pas si les femmes étaient au pouvoir. D'autres sourient sur sa théorie des objets du quotidien créés par le masculin pour mieux asservir le féminin, pendant que certains jubilent quand l'ancien mannequin fustige les canons de la beauté, déclare que l'art lui permettait d'évacuer ses démons lui évitant ainsi de finir terroriste. Il y a aussi ce moment d'interview ou cherchant à expliquer son besoin de tout montrer sans retenu, on l'observe au fur et à mesure péter les plombs à en finir hystérique. On comprend mieux l'artiste lorsque l'on ressent sa fougue, sa brutalité au travers de toiles chargées d'objets plus ou moins violents, ou encore devant ses mariées ou accouchements offrant une foultitude de jouets, d'armes, de bouts de poupées et autres fourbis du souvenir, du vécu, de la joie et de la souffrance. Je ne puis m'empêcher de penser à cette blanche chaussure de femme couverte de punaises têtes en l'air et protégée par deux colts. Tout un symbole qui résume la cicatrice d'une enfance bafouée qui perce le cœur et que j'oublie en admirant l'étrange beauté onirique des constructions de son jardin des tarots en Toscane. Mais il y a aussi la sensualité bien présente au travers de ces courbes et lignes exacerbées par des matériaux si lisses, si doux, si caressants que l'on aurait presque envie de s'y lover en chien de fusil.
Fusils, comme ces carabines de la série « Tir » qui la rendit célèbre sur les quatre continents. Des « pans » sur des pots de peintures étouffés de plâtre, elle aurait même pu vous demander d'y participer, trop génial.
La fille de banquier, modèle pour grands couturiers puis mère avant de devenir artiste autodidacte, voulait que son art soit partagé par tous, à en croire l'affluence c'est une victoire totale. Incroyablement prolixe, touchante, effrayante et fragile, Niki se dévoile sous tous ses pores, sous toutes ses formes tel un objet précieux à l'image de ses tenues et maquillages qu'elle qualifiait de déguisement exprimant le désir de faire d'elle-même un objet. Un objet ? Peut-être, maintenant qu'elle n'est plus qu'exposée mais plus certainement une héroïne de notre temps sans autres armes que celles de la liberté d'expression.




  • oh merci pour ce très gentil commentaire et de ton passage avec tes cadeaux, note et cdc merci bôcou :)

    · Ago over 5 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

  • Très belle chronique. Lue trop tard mais lue quand même et appréciée à sa juste valeur.cdc

    · Ago over 5 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • Explosion d'art si bien présenté;
    Merci

    · Ago over 5 years ·
    1526636 671973452833414 152363429 n

    André Christian Saintier

    • oh merci avec beaucoup de retard désolé ah ces notifs... merci de ton passage

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • saint phalle ça déchire comme nom. c'est pas comme si tu t'appelais vachier c'est la classe

    · Ago over 5 years ·
    Bcc0f5.png text

    francois2014

    • ça déchirerait encore plus avec un "us" à la place du" e" :) merci d'être passé par ce texte

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Tiens je parlais de ma copine qui habite à Paris et je vous jalousais tous les deux, j'ai vu cette semaine que sans vous connaître vous êtes sur le même sujet, j'partage son article parce que j'suis une trop bonne copine; si ça t'intéresse:
    http://issuu.com/julesplat/docs/maquette_trip_magazine_num__ro_17/c/sl9c7fk (page 41).

    · Ago over 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

    • ouais bah j'va y aller mais un peu plus tard vu que ... je bosse ...putain!!! fais chier

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • faut bien sinon tu peux dire adieu à toutes ces jolies expos

      · Ago over 5 years ·
      Cat

      dreamcatcher

    • voui hélas :)

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • superbe texte c'est vrai comme tjs,
    un nom pareil c'est presque libidineux en fait, niki de saint phalle. (je permets vu les jeux de mots que j'ai connu moi-même sur mon nom de famille), désolée de baisser le niveau .......

    · Ago over 5 years ·
    Laure cassus 012

    Laure Cassus

  • superbe conclusion pour une brillante chronique qui me permet de voir l'expo à travers tes mots. T'es trop pro, mon Chris, ta prose éclate de couleurs, sous la fluidité de ta plume.

    · Ago over 5 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • oh ben dis donc merci pour ce com y'a pas un mot qui ne me fasse plaisir, c'est super gentil d'abord et puis ça m'encourage beaucoup car je te sais difficile, celui-là comme com j'vais l'encadrer au dessus de mon lit :)

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • oh tu sais bien que j'ai toujours aimé ton style et ta couleur. Bijes!

      · Ago over 5 years ·
      Bbjeune021redimensionne

      elisabetha

  • Très bel article sur cette artiste que j'adore. Mais ce n'est qu'un hasard si nous portons presque le même prénom. A cette lecture j'ai d'autant plus envie de voir l'expo... Pourvu que je puisse aller à Paris…

    · Ago over 5 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • oh merci c'est le meilleur des compliments pour une chronique: donner l'envie , merci beaucoup :) ça fait plaisir !

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Bravo tu exprimes bien l'art de Nikki..; beaucoup de souffrance dans cette femme... Son papa n'était pas un gentil daddy... Kiss a toi et carpe diem!
    PS c'est quoi les yeux en patate;oD ?

    · Ago over 5 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

    • bah tout globuleux y sont collés à mon écran de job, boulot de malade en ce moment, merci pour ta lecture et pour ce commentaire qui me touche bôcou, ça fait plaisir, j'ai vu que tu as publié j'y viens bientôt , la lecture en ce moment c'est au coup par coup et sur le pouce suis à l'arrache de partout, au fait va voir le concours nous deux 1000 € pour les gagnants, 3 thèmes...

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • T chroniques elles m embarquent !

    · Ago over 5 years ·
    110 f 36716650 xenkavv6slkrmgb7skhvnqjgd670qb5n

    parismrs

    • merci miss c'est gentil et ça fait plaisir :) suis à la bourre en lecture bôcou de taf et yeux en patates douces (histoire de changer du com d'en dessous de blackowl je passe en mode lecture ce W.E ainourmes bijes.

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

  • Jolie chronique qui donne envie d'aller chercher des infos sur cette artiste :)

    · Ago over 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

    • cool c'est le but susciter l'envie après pas obligé d'aimer thanks for reading, bôcou de taf je passe en mode lecture ce W.E j'ai les yeux en patates...

      · Ago over 5 years ·
      P 20140419 154141 1 smalllll2

      Christophe Paris

    • Pas de soucis, j'essaye d'être au taquet sur tes textes comme tu as pu l'être si souvent :)

      · Ago over 5 years ·
      Cat

      dreamcatcher

Report this text