"Petits drames intérieurs" sous-texte

Manou Damaye

Leniscka : L

Marielle : M

- C’est la même chose à chaque créa, même Thierry et Clara se mettent à fumer. C’est pathétique ! Tu vas voir, on met les mêmes et on recommence ! Si tu ne fumes pas en faisant hahaha à ses blagues à deux balles, t’es mort tu deviens transparente. J’en ai marre ! J’ai envie de…

-Moi c’est pareil !

(Silence. Marielle, une  jambe sur la barre s’étire en couchant  son buste sur ladite jambe. Leniscka, au sol fait un écart facial. Regards)

: Toi, avec tes jambes de sylphide, tu n’as pas d’inquiétudes à te faire. Pas besoin de vendre ton âme ou tes poumons pour danser

: Oui, elles sont belles. C’est mon cadeau de la vie. Toi aussi tu en as des « cadeaux de la vie » !

L : Ca se saurait! Deux ans de compagnie, pas un seul rôle !

M : Tu sais ce que tu as toi ?

: ….

: Une putain d’ambition ! Une technique d’enfer ! Un caractère de merde !

L : Moi ? Vas-y pour le caractère de merde, balance !

M : Quand les choses ne vont pas comme tu le désires, tu prends tout de travers.

L : C’est pas faut ! Mais toi comment fais-tu, on dirait que rien ne t’atteint ?

M : Tu crois que je passerai autant d’heures à m’étirer si j’étais en paix à l’intérieur ? Moi aussi je suis bourrée des doutes !

: Toi, des doutes et sur quoi ?

M : C’est pas tout d’avoir des jambes de sylphide.  A part une reprise de rôle, Davart n’a rien créé pour moi. On verra bien si pour « séisme intérieur » il misera sur mes  jambes, ta technique ou s’ il caste dans son carré fumeur !

(Marielle descend sa jambe, se cale dos à la barre en l’agrippant de ses deux mains) 

: J’ai envie de danser  une vraie partition, je veux un rôle à dé….

: Moi c’est pareil !

(Pendant que Marielle plonge son buste vers l’avant, elle ne voit pas que Leniscka a fermé ses jambes comme une paire de ciseaux)

: Tu me coupes la chique, tu me pompes l’air, tu m’étouffes avec tes moi c’est …

M : T’es fatigante Lenka, va lâcher tes humeurs ailleurs. Tu as de la chance d’être mon amie.

L : Tu appelles ça de l’amitié, c’est ça l’amitié pour toi « moi c’est pareil » !

(Marielle déroule lentement son dos, regards, Leniscka  s’allonge au sol et se masse le ventre)

M : Ca peut commencer comme ça l’amitié, quand on est comme nous, deux stressées de la vie, enfermées toute la journée dans ce studio. On n’est pas obligé de se faire la gueule parce que c’est le début d’une créa. Et puis toi et moi on est un peu pareil, on ne fume pas !

L : Et alors, il y a des millions de gens qui ne fument pas. Ce sont mes amis ?  Pour moi une amie, j’aimerai qu’elle m’écoute, qu’elle comprenne que j’ai besoin de parler, d’être écoutée, d’exploser, d’être comprise dans mes différences !

M : Mais…

(Au sol, Leniscka replie ses jambes et les croisent, regards, Marielle lui tourne le  dos et pose l’autre jambe sur la barre)

: Tu te tais, ou je te pète à la gueule et on verra si toi et moi c’est pareil !

(Marielle, port de bras vers la jambe, regard)

M : Tu ne crois pas que ça pue assez comme ça avec cette nouvelle création et son lot d’injustices à venir!

L : D’accord ! Alors arrête d’étirer tes jambes, ça me donne le ….

M : C’est tes pirouettes qui me donnent la gerbe! Oh mais excuse moi je t’ai encore coupé la parole !

(Leniscka allonge ses jambes au sol, cale une main sous sa tête, l’autre masse son ventre gonflé, regards)

: Ca n’a plus aucune d’importance. Je ne sais plus si c’est la pause clope, toi et tes jambes ou moi et mes incertitudes. En plus je ne digère pas ce que j’ai mangé à midi. J’ai le ventre qui va exploser

M : Moi c’est pareil, je mange trop en ce moment, j’ai du prendre un kilo !

L : (repliant ses jambes sur son ventre, regard) NON ce n’est pas pareil ! Ce ne sera jamais pareil ! Ton moi et le mien ne sont pas un seul moi. Le tien tu te le gardes, le mien j’en fais ce que je veux. D’ailleurs il ne te parle plus mon moi. Il gobe tes longues jambes. Tes jambes et les miennes ça ne sera jamais pareil ! Ca me rend malade ces débuts de création !

M : …..

L : Quoi ?

M : Tu m’as parlé.

L : ….

M : Je connais tes silences Lenka, qu’est ce que tu veux dire ?

(Marielle a enlevé sa jambe de la barre, se tourne vers Leniscka. Regard  interrogateur venant rompre le silence)

- Marielle, j’en ai marre que tu me coupes la parole avec tes « moi c’est pareil » !

- Pas de problème « Lenka ». Je voulais juste te dire que je suis d’accord avec toi !

Report this text