Sable blanc (8) - Sable blanc et feu d'artifice

cerise-david

Je l’allonge sur le matelas d’où émane une odeur de parfum et de fleurs. Je la calme à coup de baisers et fais taire ses protestations par des caresses de plus en plus prononcées. Nos vêtements finissent emmêler à terre. Elle me fait face, à genoux sur son lit. Dentelle noire cordonnée, j’aurais pu le parier. Quoique je l’aurais bien vu en coton petit bateau. Peu m’importe réellement l’emballage puisque j’ai déjà découvert ce qu’elle cachait à l’intérieur. Je la sens farouche et elle échappe à mes doigts à plusieurs reprises… elle me dit qu’elle a peur, de pas être à la hauteur ou juste maladroite. Je lui dit « chut », encore et encore, avant d’enfouir mon visage dans les plis de son corps. Elle se cambre peu à peu, et nos reins rentrent en guerre. Çà aurait pu durer cent ans, que ma fatigue n’en serait pas plus grande… Elle me mord et me griffe, cherchant à déchirer ma chair à chaque fois que j’entre en elle… ses yeux se perdent derrière des larmes que je juge de bonheur…  mais je m’arrête pour m’assurer d’une quelconque douleur. Elle prend alors ma main et la pose sur sa poitrine qui se soulève au rythme effréné de nos échanges et me murmure que seul son coeur lui brûle plus que son corps… et on reprend notre danse, avec douceur… et autant d’ardeur.

Quand je me réveille, il est là est me regarde. La nuit est tombée dehors et le silence de ma maison est moins effrayant qu’avant… Il passe sa main dans mes nœuds bruns et me murmure de belles promesses que je n’écoute que d’une oreille distraite. Je profite du calme qu’il règne enfin à l’intérieur de moi. Ce corps qui enfin à trouvait à s’apaiser entre de nouvelles mains. Preuve qu’il y a toujours un lendemain… Il me propose d’aller manger un morceau, je demande une douche et des baskets propres. Il sourit et se glisse avec moi sous le jet d’eau froide qui nous sort enfin de cette douce torpeur dans laquelle je serais encore resté une éternité. C’est si bon un corps chaud pour se retrouver.

On s’arrête devant une sandwicherie nocturne, et elle commande pour 4. Je la regarde étonnée.

-          Y’a pas que le large qui creuse…

-          Je prends ça pour un compliment.

Elle sourit et je fonds encore un peu. Je dois avoir le même air con que le premier jour mais je sais qu’aujourd’hui c’est pour une autre raison. Tant pis, il y aura bien une issue de secours quand elle décidera de mettre le feu dans ma tête… On décide de retourner sur la dune admirer la nuit étoilée. La lune est décidément en train d’être grignotée… Je ne pensais pas ressentir une telle plénitude malgré toutes mes interrogations. Et tout se bouscule dans ma cervelle à la vitesse des quelques étoiles filantes que nous espionnerons. Elle est blottie contre moi et j’ignore encore si mes doigts se poseront sur elle une énième fois… Elle est plutôt silencieuse et réponds à peine à mes remarques. Elle est repassé de l’autre côté du monde et je cherche à la rejoindre sans grand succès. Plus tard dans la soirée je la raccompagne jusqu’à son perron. Elle pose alors délicatement ses lèvres sur les miennes et le feu d’artifice de mes sens repart pour un bouquet final… mais la porte se referme et je suis encore sur la dernière marche de son escalier. Seul avec la nuit. Longue nuit. Quand j’arrive le lendemain sur la plage, elle m’attend comme à son accoutumée. J’installe ma serviette à ses côtés. Elle ne dit toujours rien… je sens bien que les vacances se terminent aujourd’hui… je sens l’odeur de son départ me prévenir de notre issue. Pourtant je reste là, à la contempler. Qui se cache toujours derrière ses horribles lunettes noires. Cette barrière qu’elle nous impose pour mieux se préserver… j’enfonce mon visage dans ma serviette et décide de rattraper ma nuit. Mes nuits. Je sursaute et me réveille. La plage est encore pleine mais j’aurais juré avoir dormi des heures. Je me redresse et la cherche du regard. J’ai la sensation d’avoir rêvé… mais la trace de sa serviette dans le sable me laisse la certitude que ce n’était pas un tour de Morphée. Elle n’est pas dans l’eau et sa planche est à mes côtés… d’ailleurs un détail attire mon attention. Une fine couche de sable la recouvre et je peux lire ceci :

« Merci ! »

  • une fin pleine d'espoir ... ces 2 là se sont trouvés !

    · Ago about 6 years ·
    Img 5684

    woody

    • Peut-être que la suite se rédige doucement...

      · Ago almost 6 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

  • Très belle romance de vacances... Douceur estivale ... Tendresse et adieux
    Une jolie parenthèse !

    · Ago about 6 years ·
    Suicideblonde dita von teese l 1 195

    Sweety

  • Une belle fin. Juste comme il faut.
    Bon, ok, si on insiste un peu, on dirait qu'il manque quand même une suite qui pourrait prendre place dans les rues d'une grande ville, après les vacances mais ça, il n'y a que toi qui peut savoir si tu as le courage et l'envie de l'écrire.
    Cette histoire là est déjà très belle. Bravo une fois encore Cerise, bien joué.

    · Ago about 6 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

    • Peut-être que la suite se rédige doucement... Lyon ?

      · Ago almost 6 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

    • Je n'ai jamais mis les pieds à Lyon... donc je ne connais pas. Mais à chaque fois que l'on m'en a parlé, c'était pour m'en dire du bien.
      Va pour Lyon alors.

      · Ago almost 6 years ·
      Francois merlin   bob sinclar

      wen

    • Disons que je passe un week end là-bas, j'en profite pour retrouver mon inspiration...

      · Ago almost 6 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

    • Bon ben, c'est bien à Lyon que le réveil a lieu.

      · Ago over 5 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

    • Top ! Yeehaa !!!

      · Ago over 5 years ·
      Francois merlin   bob sinclar

      wen

  • Ah non je suis pas d'accord moi, il vont se retrouver ! Et par hasard tiens ?!

    · Ago about 6 years ·
    525237 629036707110410 376162468 n

    Marie Cornaline

  • Une belle fin, un peu triste. J'ai vraiment l'impression de les avoir aussi rencontré pendant ces vacances et de leurs dire au revoir à mon tour. C'était sympas

    · Ago about 6 years ·
    220px lautr%c3%a9amont by vallotton

    Bryan V

  • Merci à toi pour cette histoire prenante ! Mais nooon, dis-moi que ce n'est pas fini ! J'espère qu'on les retrouvera dans une autre histoire. On les aime, notre Eric maladroit et sa Léa si seule, si perdue dans sa tristesse ! CDC

    · Ago about 6 years ·
    Avatar loup 54

    matt-anasazi

    • Peut-être que la suite se rédige doucement...

      · Ago almost 6 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

  • Belle rencontre et une fin romantique. CDC

    · Ago about 6 years ·
    Image

    Archange Flippé

Report this text