Sitôt poussée la porte

Patrick Gonzalez

Peinture Paul Lorenzi

Sitôt poussée la porte,

Je veux happer ta bouche et fondre sur ta langue,

te pousser sur le lit,  je ne peux plus attendre,

corps à corps vacillants, lumineux aux draps blancs.

Découvrir de toi, monde chaud, chair tendre,

extatique fragrance ou le désir s'élance.

Parcourir mille fois ton intime naissance,

laisser aller mes doigts à cette humide attente,

pour apprendre à genoux, à lire sur tes lèvres.

Être compte à rebours, m'enivrer à ta fièvre.

De la belle maitresse, devenir l'élève.

Report this text