Toi, le cowboy.

ellis

Et moi, l'Indienne.

 

Je suis la fille du coupeur de joints. La femme du boulanger. J'ai mille vies et un seul corps. Et au milieu coule une rivière. Il faut repousser plus loin les frontières. Je ne donne pas mon corps à la science. Je le prête à la vie. Qu'elle me passe dessus. Avec le train, avec vous tous. Avec toi. Que l'on me passe dessus. Moi, je vous ouvrirai, je vous accueillerai.  Mieux même, je vous vivrai. Je me ferai immense. Pourvu que vous y soyez autant que moi. Je serai la plus fiévreuse des hôtesses. Mon corps, le plus chaleureux des hôtels.

 

*

 

Elle se déshabille.

 

Chaque soir le même rituel. Elle se déshabille devant le miroir. Elle se regarde. Son corps de jeune fille retrouvé. Avec ce visage de femme et ces yeux en amande. Elle passe la main sur ses clavicules, c'est l'endroit qu'elle préfère. Elle est fine. Ses jambes sont longues et affûtées. Puis elle s'allonge sur le lit et se remémore le poids de l'homme sur elle. Parfois elle voudrait être touchée dans sa chair. Plus fort, plus loin que la caresse qu'elle connaît, douce, tendre et bi-hebdomadaire.  Sa main descend sur son sexe, un peu machinalement. Elle ne se masturbera pas. La chair a besoin de chaleur. Elle voudrait être une fille dans la rue ce soir. Croiser le regard d'un homme triste et seul. Et poser ses lèvres là, là où la solitude crie. 

 

 *

 

_ Je n'en reviens pas, que tu m'aies rappelé, après toutes ces années.

_ Moi non plus. On dirait un drôle de rêve, non ?

_ Pas désagréable au moins ?

Quand il demande ça, il se rapproche avec un sourire qu'elle avait oublié. Elle secoue la tête doucement.

_ Non. C'est juste… Bizarre. Et je n'en reviens pas, moi, que tu aies accepté de me revoir.

_ Je t'avais assez suppliée à l'époque, l'Indienne.  Tu m'as toujours filé entre les doigts.

Elle ne sourit pas. Lui non plus. Il approche son visage du sien, avec un regard de loup. Elle pense qu'il va l'embrasser mais elle sent sa main se glisser entre ses cuisses. Elle sursaute légèrement. La tête se met à lui tourner un peu tout à coup. L'appartement lui est familier. Elle le fixe pendant qu'il appuie sa caresse sur son sexe. Elle regarde sa mâchoire, sa barbe naissante, ses sourcils épais. Elle soupire sans s'en être aperçue. Elle veut voir dans ses yeux le désir. Elle veut savoir qu'il va la dévorer.

Sans le quitter des yeux, elle glisse la main dans son pantalon. Il est déjà dur et le sentir lui fait comme une décharge dans le bas-ventre. Elle le voudrait déjà en elle.

Souffles courts sur le visage.  L'air est brûlant. Avec ce regard d'affamé qu'elle ne lui connaissait pas, il s'approche encore et s'empare de ses lèvres. Le baiser est un incendie. Elle s'ouvre littéralement dans un long gémissement qui le rend fou. Ils glissent du canapé trop petit, trop raide, et se retrouvent sur le parquet.

Vertige. Chercher l'air et chercher la peau. Les vêtements ont été retirés à la hâte. A demi-arrachés. Perdus dans la bataille. Tombés dans le brasier. Les doigts se pressent dans la chair. Elle contre son dos, ses épaules. C'est une supplication, plus loin, plus fort, maintenant. Elle ouvre les cuisses en grand. Il s'engouffre en elle d'un coup de rein presque violent qui lui arrache un petit cri, et plante son regard dans le sien. Il continue de chercher son souffle dans sa bouche. Elle halète, se tend, griffe son dos. Elle sent sa langue dans son cou, son souffle chaud. Son corps est tendu comme la feuille sous le vent. Végétale. Animale. Elle suffoque. Ca la brûle entre les cuisses, et les va-et-vient s'accélèrent. Il la redresse alors et l'assoit sur lui. Il s'accroche à ses hanches comme un perdu, il se met à gémir à son tour. L'entendre lui envoie une nouvelle décharge qui la mène à deux doigts de l'orgasme. Ils se mêlent violemment l'un à l'autre. Son sexe trempé a littéralement avalé le sien prêt à exploser. Elle sent la puissance d'un orgasme qui vient de loin, il arrive à la surface comme un orage en pleine canicule. Elle s'accroche à lui. L'embrasse, empoigne ses cheveux, gémit, crie. Ne sait plus. Elle jouit. Loin en elle l'envie de rire et de pleurer à la fois. Alors, il se met à serrer fort sa nuque dans sa main, et atteint l'orgasme à son tour, dans une série de râles contenus qui la font encore trembler.

Ils retombent l'un contre l'autre sur le parquet. Elle ne le regarde pas. Il passe la main sur son front pour y dégager une mèche de cheveux. Il embrasse son menton. Puis il se met à rire doucement.

_ Je t'avais dit que t'étais déroutante. Ben, c'était un euphémisme.

Elle lui lance un regard étrange. Un peu lointain. Un peu amoureux aussi. Un regard étrange, comme elle seule a l'art de vous regarder. Elle se redresse doucement et observe autour d'elle, avant de se pencher sur lui.

_ Je voudrais bien une cigarette. Et ne m'appelle plus l'Indienne, tu veux ?

  • Le rythme est impressionnant. La finesse de certaines images aussi. Je suis particulièrement admiratif de votre premier paragraphe, très poétique.

    · Ago about 9 years ·
    Wlw

    Richard Turcey

    • Merci! Pour être franche le premier paragraphe c'est celui que je préfère et qui s'est écrit presque tout seul...

      · Ago about 9 years ·
      248407193 78b215b423

      ellis

  • C'est fou comme ta façon de raconter est très différente des autres, et dans différente je veux dire magnifiquement différente. Définition de talent: ellis.

    · Ago over 9 years ·
    Cat

    dreamcatcher

    • Définitivement trop généreux ton commentaire... merci mille fois

      · Ago over 9 years ·
      248407193 78b215b423

      ellis

  • Que dire.... Ça donne envie d'écrire. ..

    · Ago over 9 years ·
    Bonnet d ane ecolier 768x1024

    dary-crawl

    • Merci. C'est un sacré compliment ça ;)

      · Ago over 9 years ·
      248407193 78b215b423

      ellis

  • Et une facette supplémentaire, une !...
    Le tout au dessus de cette infime brume américaine des années 30, celle qui évoque June et Henry. (et entre nous, c'est bigrement féminin tt ça... Et c'est tant mieux... ;-)

    · Ago over 9 years ·
    332791 101838326611661 1951249170 o

    wic

    • tes commentaires, wic... merci !

      · Ago over 9 years ·
      248407193 78b215b423

      ellis

  • C'est incroyable, chaque texte que tu publies me surprend. Tu as un tel talent, un talent de folie ! Tes chutes sont toujours impressionnantes, et donne envie de lire toujours plus de tes écrits :)

    · Ago over 9 years ·
    Lzqka8jl

    poireaux

    • merci beaucoup... c'est bien trop d'honneur pour mes textes et mon "talent". ça me touche bcp en tout cas..

      · Ago over 9 years ·
      248407193 78b215b423

      ellis

Report this text