Vide

lilii

J'ai des grillons sous l'oreiller

Avec des vitraux ailés

Qui rongent mes tympans

Je suis à la fenêtre d'une falaise

Les rochers aux clins d'oeil

Séduisants le vide

Il n'y a qu'un pas

Entre une métamorphose

Et les contours d'une surprise

J'ai la ballerine qui dérape

J'attrape les nuages au vol

Et les phrases qui s'accrochent

Aux failles des rochers libellules

Report this text