Au Debut

monster-inside

Au début, c'est toi qui ne parlais pas. Tu m'disais rien. Tu restais là, face à moi, l'oreille attentive, les yeux cloués dans les miens, la face barrée d'un sourire. J'en profitais, parce que c'est pas souvent qu'on peut vider son sac comme ça, sans peur ni retenue.Des soirées et des nuits entières, je t'abreuvais de mes péripéties plus rocambolesquement banales les unes que les autres. Parfois tu laissais échapper un éclat de rire, et tu hochais la tête, souvent. Toujours cette barre de dents entre tes lèvres, empêchant les mots de dépasser tes limites.Mon sac vidé, je me suis tue, et c'est toi qui m'as raconté. Ton passé, tes rêves, tes espoirs, tes douleurs, tes obstacles, tes spirales infernales, tes madeleines de Proust, tes manies les plus incongrues, tes inventions folles...Alors je restais là, face à toi, le tympan aux aguets, les yeux dévorants et une tranche de sourire entre la prison de mes pommettes.Quand tu as estimé que tu m'en avais dit assez, et que tu m'as très poliment redonné la parole, je n'ai pas trop su quoi en faire. Quelque chose avait changé, cette langue auparavant si habile à former des syllabes façon mitraillette avait pris une consistance molle flasque paresseuse. Cérébralement, idem. Bloquages dans les rouages, fil conducteur sectionné à la racine des cheveux, suite dans les idées tout bonnement anéantie. Langue et cervelle, même combat: deux éponges gonflées à bloc, lourdes, lourdes, lourdes. Et inertes.Peu à peu, c'est moi qui ne parlais plus.J'avais essayé de relancer la machine, il y avait bien eu quelques soubresauts, mais en vain, le verbe restait prisonnier dans les limbes de ma pensée. Ca t'énervait, je me souviens. Tu restais là, face à moi, regard par en dessous, sourcils froncés, mâchoire serrée. Je restais là, face à toi, oeil poissonneux de cocker triste, sourire timide qui s'excuse de demander pardon. Tu voulais comprendre ce qui avait changé. Comprendre pourquoi, alors qu'au début j'étais si volubile, j'étais devenue aussi aimable qu'une porte de prison. Pourquoi nos mots, si fluides au début, du jour en lendemain semblaient ne plus rimer à rien.L'explication, je la connaissais. Parce qu'au début, je ne t'avais pas trouvé si beau, ni si intéressant. Mes premières et dernières pensées de la journée n'étaient pas pour toi. Je ne voyais pas ton nom en lettres de néon clignotant en filigrane par dessus le reste du monde visible. Je n'avais pas l'impression soudaine que le pourcentage de la population portant ce même nom que toi avait augmenté d'environ mille pour cent. A tous niveaux, au début, tu m'disais rien. Alors j'te disais tout.

Au début, c'est toi qui ne parlais pas. 

Tu m'disais rien. 

Tu restais là, face à moi, l'oreille attentive, les yeux cloués dans les miens, la face barrée d'un sourire. J'en profitais, parce que c'est pas souvent qu'on peut vider son sac comme ça, sans peur ni retenue.Des soirées et des nuits entières, je t'abreuvais de mes péripéties plus rocambolesquement banales les unes que les autres. Parfois tu laissais échapper un éclat de rire, et tu hochais la tête, souvent. Toujours cette barre de dents entre tes lèvres, empêchant les mots de dépasser tes limites.

Mon sac vidé, je me suis tue, et c'est toi qui m'as raconté. Ton passé, tes rêves, tes espoirs, tes douleurs, tes obstacles, tes spirales infernales, tes madeleines de Proust, tes manies les plus incongrues, tes inventions folles...Alors je restais là, face à toi, le tympan aux aguets, les yeux dévorants et une tranche de sourire entre la prison de mes pommettes.
Quand tu as estimé que tu m'en avais dit assez, et que tu m'as très poliment redonné la parole, je n'ai pas trop su quoi en faire. Quelque chose avait changé, cette langue auparavant si habile à former des syllabes façon mitraillette avait pris une consistance molle flasque paresseuse. Cérébralement, idem. Bloquages dans les rouages, fil conducteur sectionné à la racine des cheveux, suite dans les idées tout bonnement anéantie. Langue et cervelle, même combat: deux éponges gonflées à bloc, lourdes, lourdes, lourdes. Et inertes.

Peu à peu, c'est moi qui ne parlais plus.J'avais essayé de relancer la machine, il y avait bien eu quelques soubresauts, mais en vain, le verbe restait prisonnier dans les limbes de ma pensée. Ca t'énervait, je me souviens. Tu restais là, face à moi, regard par en dessous, sourcils froncés, mâchoire serrée. Je restais là, face à toi, oeil poissonneux de cocker triste, sourire timide qui s'excuse de demander pardon. Tu voulais comprendre ce qui avait changé. Comprendre pourquoi, alors qu'au début j'étais si volubile, j'étais devenue aussi aimable qu'une porte de prison. Pourquoi nos mots, si fluides au début, du jour en lendemain semblaient ne plus rimer à rien.


L'explication, je la connaissais. Parce qu'au début, je ne t'avais pas trouvé si beau, ni si intéressant. Mes premières et dernières pensées de la journée n'étaient pas pour toi. Je ne voyais pas ton nom en lettres de néon clignotant en filigrane par dessus le reste du monde visible. Je n'avais pas l'impression soudaine que le pourcentage de la population portant ce même nom que toi avait augmenté d'environ mille pour cent. A tous niveaux, au début, tu m'disais rien. 

Alors j'te disais tout.

  • Je découvre un très beau texte plein de délicatesse. Je le trouve placé "à bonne distance" dans son intention de décrire une chose naissante qu'on voit apparaître avec étonnement et doute.
    Ce texte me rappelle une pensée écrite il y a longtemps, à l'époque où j'étais encore assez facilement confident : "Je sais le poids des mots sur le coeur des femmes." :-)

    · Ago over 8 years ·
    Omicron 1 orig

    Christophe Dessaux

  • Merci à tous! Je ne pensais pas que ce bout de texte dont l'idée m'est venue en re lisant "l'écume des jours" trouverait un accueil si chaleureux :)

    · Ago over 8 years ·
    Freaks26 orig

    monster-inside

  • Décadence adroitement analysée, un très beau texte !

    · Ago over 8 years ·
    Tourbillon 150

    minou-stex

  • Quand on comprend que les sentiments nous gagnent... c'est une terrible sensation! Bravo!!! Et merci de nous l'a faire partager

    · Ago over 8 years ·
    20140725 185326

    Cindy Dydy

  • ca ressemble à un tableau de l'amour qui prend des rides au fur et à mesure des lignes...j'm
    l'animelle

    · Ago over 8 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

  • C'est très parlant...bravo !!!

    · Ago over 8 years ·
    Pascal 3 300

    Pascal Germanaud

  • Très intéressant "chassé croisé" ! et cette phrase comme une évidence : "tu m'disais rien", bravo !

    · Ago over 8 years ·
    Camelia top orig

    Edwige Devillebichot

  • Comme tout cela est "bien dit"! On n'entend tout même les silences...

    · Ago over 8 years ·
    Et  2011 264 orig

    mlpla

  • bien!

    · Ago over 8 years ·
    101 0061 500

    saki

Report this text