Conte à mourir debout

Apolline

J'ai perdu la tête. 2 fois le même jour. Il y a très longtemps.

Un matin, j'avais décidé de m'isoler dans un coin de la basse-cour pour commencer l'histoire du vilain petit canard que m'avait imposé mon institutrice. Je me concentrais sur l'apprentissage de ma lecture, quand j'ai vu débouler la maîtresse de famille, une hache à la main en jappant qu'il y avait sûrement un chien errant dans les parages, vu l'état apeuré de sa volaille, plus le constat des plumes arrachées par ci par là sans compter le grillage déglingué. Quand elle m'a débusquée, elle m'a demandé de son œil méfiant, ce que je faisais là, en même temps qu'elle sifflait dans ses babines : après tout, plutôt bien que je sois là car j'avais acquis l'âge d'apprendre à voir comment on tue un canard, pour l'aider dans cette besogne plus tard. Et puis, elle s'exclama qu'il y en avait un, bien racé, ici dans la masse. Vite, avant qu'il ne se fasse voler pour de bon, car il lui semblait fort tendre. Il ne fallait pas surtout pas attendre demain pour qu'il passe à la casserole car un canard comme celui-là, s'il vit trop longtemps, il devient mauvais sous la dent.

Je posais donc mon livre à plat, à la page 3 en sentant malgré moi, ma bouche claquer sous le bec. Mon bec que j'associais à mon nez, pressentait un spectacle hors normes. En effet, la jeune chienne toujours collée dans les poils maternels détenait le rôle pour tenir solidement les ailes du canard déjà attaché et pendu par les pattes. C'est alors que tout s'est joué, bestial. Le couperet a tranché. CLAC ! La tête est tombée. Mais les ailes se sont rebiffées tellement violentes que les mains de l'aînée ont lâché. La corde aussi. Des cris se sont éparpillés. Des nasillements en mode stéréo accompagnés de mes yeux exorbités crépitaient. Quant au canard décapité, il zigzaguait en dansant dans tous les sens. Je voyais défiler des pattes de partout pour tenter de le pécher. Impossible ! Et puis soudain, la folle bête animée a foncé droit vers moi pour s'écrouler définitivement  sur la couverture de mon livre déplié.

L'après-midi, j'avais décidé de rester dans un coin, près de Maman encore agitée dans sa cuisine, pour me délier les mains, m'appliquer dans des lignes de lettres et de mots. Je me concentrais sur l'apprentissage de l'écriture, quand mon cœur m'a envahi. Encore trop palpitant de la séance du matin, il se tournait affamé, vers ma sainte mère. Sainte mère ! Je la sentais lassée. Je voulais l'enlacer. Alors saisissant mes feuilles du cahier, je les ai fait voler devant elle en improvisant une déclaration d'amour, de tout l'amour que j'avais pour elle. Et surtout, je lui déployais à tire d'ailes, toutes les qualités que je lui revêtais. Aimable douce belle gentille etc… Mes yeux brillaient. J'illuminais terre et ciel et mes lèvres avides se mouillaient remplies. Mais soudain un bruit comme un pétard a claqué. D'abord, le sien (pétard) un peu mastoc, s'est posé en bloc et un grognement excédé a tranché : Arrête arrête, tais-toi, j'en ai marre de toi. Si tu continues, je te gifle, tu entends ? Je te gifle et ma gifle sera tellement forte que ta tête sautera au milieu de la cour. Tu as compris ? LA FERME !!!

CLAC ! Mon oreille s'est bouchée. Seul le rire médusé de l'aînée s'est soulevé pour fusionner dans les poils hérissés d'à côté, qui se sont mis ensemble à pouffer dans cette énormité.        

Le spectacle du jour était bouclé. Devenue figurante, j'ai regardé la cour. Je l'ai trouvée basse, si basse. Et puis d'imaginer ma tête, gisante dans ce décor, je suis rentrée dans ma coquille. Mais pour ne pas trop me démonter, j'ai affiché comme j'ai pu, l'air bête, avec en prime un sourire un poil jaune niais.

Aujourd'hui encore, quand ça sent le trop plein d'émotions, parfois l'oreille se bouche en pensant : ma fille, tu nasilles ! 

En ce moment dans mon nid, il fait un terrible froid de canard, j'en ai marre, MARRE.

Je suis juste une femme debout qui, vit s'entête… ne perd jamais la tête.    

 

(Texte protégé)      


  • Apolline, tu sais comment voler dans les plumes de tes lecteurs, je me suis pris ton récit dans les dents comme le canard sur le livre déplié. Bravo pour ce conte à nourrir deux (et plus) bouts.

    · Ago almost 6 years ·
    Mouette des iles lavezzi orig

    valjean

  • Oups je suis toute... retournée... Cela sent le pétard d'un allo maman bobo aime moi... C'est du vécu? Je ne suis donc pas la seule? Lassée et envie d'enlacer... j'aime! Kiss

    · Ago about 6 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

    • Oh oh Merci pour tout chère Vivi la Voyageuse :)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

    • Je suis en train de lire tous les textes de mes abonnés... et de correspondre en même temps avec notre ami le morveux... c'est amusant! kiss

      · Ago about 6 years ·
      One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

      vividecateri

  • Le compte est bon pour l'émotion. La construction est fort habile et garde bien ses secrets. A relire avec soin, en hommage à ton entêtement

    · Ago about 6 years ·
    10

    gill

    • Grand Merci Dame de Cœur pour ton passage ;)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Un petit pétard dans le trou du cul du petit canard et hop à la marre... le vilain ! Bien joué Madame A !

    · Ago about 6 years ·
    Philippe effect

    effect

    • la mare aux diables aussi ;)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Wow ! Si j'osais je dirais que j'ai reçu une claque en lisant ce texte. Que d'émotions ! Tout y est réuni. Il y a de l'action, du sang, des pétards, de l'amour et du canard. Concernant la fin tragique de ce dernier, je me suis dit que c'est peut-être de là que provient le dicton : "Quand on n'a pas de tête il faut avoir des jambes..."

    · Ago about 6 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

    • Merci cher Chris pour ta réflexion fort bien.. pansée...

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Joli jeu de mot avec le titre, autrement j'ai bien aimé le style. Hâte de lire la suite, si suite il y aura !

    · Ago about 6 years ·
    Imageldd1

    ------

    • Mais tout de suite, merci Lengo pour ta visite :)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Une chronique pleine d'émotions, il est des douleurs dont il faut se libérer !!

    · Ago about 6 years ·
    W

    marielesmots

    • Chère Marie, OUI ! :)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Il y a des "mises à mort" de noter âme d'enfant violentes et d'autres tout aussi meurtrières, mais distillées de façon très subtile ...
    Sans doute suis-je aussi une de ces "mortes debout".

    · Ago about 6 years ·
    Printemps   2011   n%c2%b0 n%c2%b0 016 n b

    akhesa

    • L'important c'est de "jouer du piano debout, simplement sur nos deux pieds, il faut être Nous, vous comprenez " ;) Merci Akhesa pour tes lignes...

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

  • Bonsoir Apolline,

    Un vrai conte à rebours, celui d'un amour anti-œdipien, qui bouleverse toute une vie.
    4/5
    Au plaisir de vous lire.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    · Ago about 6 years ·
    Icone avatar

    Paul Stendhal

    • eh bien quelle surprise dans la nuit ! Alors Merci et Bonne Nuit ;)

      · Ago about 6 years ·
      Photo0486

      Apolline

    • Re-bonsoir Apolline,

      Merci à vous pour avoir fait le nécessaire ! Pardon pour les autres lecteurs qui ne comprendront pas ce message !
      Bien amicalement à vous.

      Paul Stendhal

      · Ago about 6 years ·
      Icone avatar

      Paul Stendhal

Report this text