Contemplation

lilii

Les rayons du soleil caramélisaient l’atmosphère. Le souffle.

Des fleurs séchées virevoltaient parmi les nuages de poussière.

J'ai l'oeil doré. Pupille de louve.

Quelques mots s’accrochaient aux murmures du vent.

S'évanouissent les palpitations.

Pas à pas.

L'odeur de la pureté presque palpable venait s'entrechoquer dans l'invisible.

Peu à peu.

Mes phrases ont germées. Couronne de lierre.

On aurait dit, des effluves de fête foraine

Sucre d’orge fondu

Parfums exotiques 

Beignets à la fraise. 

Peau à peau.

Je suis au carrefour du Monde.

Quand

La nuit tombait de sommeil.

La lune

Vision partielle du Monde.

Elle éclaire ce qui l'importe,

Le tronc noueux des arbres

Des cailloux étranges

Curieuse métamorphose de ce qui existe

Si l’on s’attache seulement à ce cadeau de lumière

Pour distinguer le monde.



Report this text