Adjani le feu sacré

enzogrimaldi7

   La sexualité est l'anecdote du désir. Je déteste la femme qui me renvoie à une image de partenaire. Il y a dans le sexe quelque chose de sordidement adulte qui m'évoque le costard et la mallette. S'il doit exister quelque chose de physique, je songe d'abord à cette scène où Rodin découvre le dos de Camille, un dos blanc et lisse comme du marbre. Je songe enfin, Isabelle, à ces moments où tu voyais sur le plateau ce que je voulais faire sans y parvenir, à bout de fatigue et d'inspiration, et que toi seule arrivais à expulser de moi, à sauver.                                                  G. Depardieu à I. Adjani                                                                                                                                                                                                                                                    

  En arrière fond, il y a le son de la bobine qui déroule, et sur l'écran, '''Adèle H'', ''Nosferatu'', “Possession”, “Camille Claudel”, “La Reine Margot”et “Diabolique'', entre autres, qui défilent. Il est des artistes qui se trouvent tout de suite, pour certains, le chemin semble plus ambivalent. On vous a reproché d'être capricieuse, certainement, vous l'avez été, mais on a souvent confondu ce défaut avec une qualité qui vous incarne, inhérente aux êtres hors normes: excessive.


Tous vos films ne resteront pas dans les mémoires, mais ceux cités plus haut, ont cette puissance rare de la totale dévotion et foi de l'actrice en ses combats qui font d'eux des chef d'œuvres. On vous y voit tour à tour possédée, inspirée, perdue, amoureuse, impitoyable, lascive, adorée, rejetée, frappée, tueuse, retenue, vilipendée, accusée, portée aux nues, incarcérée, dénudée, rhabillée, soupçonnée, libérée, croquée, sculptée, intronisée, pourchassée, vengeresse, en détresse, dominatrice et soumise...


Vous avez eu raison de brûler les planches de tant de théâtres et d'y jouer du Lorca, du Molière et du Duras, prouvant à tous, si cela était nécessaire, que les grands classiques étaient bien à votre portée. Lors de ces prestations là vous avez appris, outre votre caractère naturel, la répartie pour tenir tête aux Zulawski, Nuytten, Chéreau; mais aussi, à un certain Daniel Day Lewis que vous nous permettrez de citer ici; vous et lui.


Dans une vie où le non sens a toujours inexorablement triomphé, il existe des êtres qui s'élèvent. Depuis la nuit des temps des hommes et des femmes ont trouvé le courage d'engager une lutte sans merci contre la raison. Car c'est votre déraison qui guide vos pas. La raison, elle, soumise au dictat de l'argent, pousse l'homme dans son abime.


Le monde a besoin d'immodération. Il ne s'agit pas de coloniser, d'acquérir des parts de marché ou de battre des records de recette: tout cela n'est que vaine conquête sur notre minuscule planète. Il s'agit bel et bien de s'extraire d'une logique envenimée et futile. Il s'agit de lutter contre la raison responsable de l'illusion clinquante.


Votre démesure, chère Isabelle, au delà d'être une actrice étoile, est de dénoncer les coups bas des couards, les injustices, les oppressions. Vous participez à cette lutte sans merci contre l'imposture en défendant des causes qui contrarient l'ordre établi. Cela a une vertu cruciale: le recul de la discrimination et de l'usurpation générées par l'ignorance et les fausses croyances.


La passion qui vous habite, et qui j'en suis sûr a fait des émules et quelquefois provoqué des émeutes, est un trésor. C'est le garant de la liberté d'inventer. Cette énergie créatrice qui vous anime qui vous vient du fin fond de vos entrailles tel un feu sacré, nous aimerions tant la voir naitre chez plus d'êtres.


''A un moment donné, pour que quelque chose fonctionne de nouveau, il faut prendre le risque de tout perdre”                                           Isabelle Adjani.


                                                                        2017

  • Très beau texte , éloge de la résistance au conformisme et à la reproduction des choses, créer, bouleverser c'est notre part de liberté sur terre

    · Ago over 1 year ·
    Image

    karen-k

    • Merci pour votre commentaire bouleversant.

      · Ago over 1 year ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Elle a vécu à Reims dans les années 70 et travaillé alors avec Robert Hossein, il y était directeur de la maison de la culture. j'ai bien aimé également "l'été meurtrié"
    Bravo pour ce texte, j'espère qu'elle le lira.

    · Ago over 1 year ·
    Mouftard compress%c3%a9

    Francis Fried

    • Merci pour vos precisions. Effectivement elle peut ,par inadvertance, tomber dessus et lire, oui, l'aimer, pas sûr...

      · Ago over 1 year ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • yep très joli texte, moi j'entends des fois les artistes dire qu'ils sont fous et qu'ils acceptent leurs folies, moi je pense à l'inverse qu'ils suivent la voie de la raison, leurs instincts puisque nous sommes des animaux et ce qui nous vient à l'esprit, là où nos pas sont attirés, c'est là où il est intéressant de découvrir des choses :)

    · Ago over 1 year ·
    2016 08 18 00.18.26

    Marin Goulet

  • Un bémol pour "possession" tout de même qui est un brin tordu et peut être pas son meilleur rôle (à mon avis)

    · Ago over 1 year ·
    Gaston

    daniel-m

    • Je vous entends, et pourtant, dans celui ci et les autres cités, la folfemme, c'est à dire la quintessence de la femme sauvage et non entravée par les règles absurdes de la pression sociale, ressort à merveille...

      · Ago over 1 year ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Donnez une guitare à un intellectuel et vous obtiendrez JJ. Goldman. Donnez un rôle à Adjani et vous obtiendrez la passion. Elle est magnifique mais personne ne la connait car elle refuse la presse people. Je l'aime :o)

    · Ago over 1 year ·
    Gaston

    daniel-m

    • Oui aimable, elle est, comme vous dites si bien. Merci.

      · Ago over 1 year ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • la passion est donc dans le sujet, dans le texte et dans les commentaires ...

    · Ago over 1 year ·
    Photo

    Susanne Dereve

    • Oui partout, palpable, perpétuelle, purificatrice.

      · Ago over 1 year ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Merci de resituer aussi justement la démarche d'un acteur... On image mal ce qu'il en coûte de se livrer ainsi. C'est un voyage dans les confins duquel on ne revient pas indemne. Il faut se détruire tout entier, se liquéfier magma, fondre dans l’incandescence du soleil pour se reconstruire d'or, d'acier et de feu ! Comme Titan, comme planète, comme étoile ! Alors se jeter à l'abîme sans corde, nu ! Regarder sa face monstrueuse dans les fêlures du miroir ! Chercher l'autre pour devenir soi qu'importe sa laideur. Anéantir le sensé, le raisonnable et toutes ces choses qui nous font ployer, courber, casser. Enfin se hisser sur la cime des montagnes mourantes ! Se croire indestructible, manger la terre, boire la neige, devenir fou, se sentir seul, avoir froid, regarder en bas, aimer malgré tout ceux qui croupissent dans la crasse et baignent dans la boue. Habiter dans les limbes de son imaginaire, hors du monde matériel. Donner jusqu'à sa chair et son âme ! Être le jour glacé et la nuit en feu ! S'embraser, vivre, s’éteindre, mourir tous les soirs et renaître galaxie chaque matin.

    · Ago almost 2 years ·
    3835 1154541268121 6208533 n

    Julien Darowski

    • Merci pour votre formidable éclairage qui apporte à cet essai tout ce qu'il lui manque: votre expèrience passionnée de comédien.

      · Ago almost 2 years ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

  • Quel bel hommage!
    Je ne sais si je voyais Isabelle Adjani aussi exceptionnelle que vous la décrivez mais je vous rejoins sur l'amour des etres entiers et passionnés.

    · Ago almost 2 years ·
    Oeil

    anne-onyme

    • (re) visionnez les films cités ds le premier paragraphe et peut être que la vérité jaillira.

      · Ago almost 2 years ·
      Img 20190210 205453

      enzogrimaldi7

Report this text