''Jamais personne ne t'aimera comme je t'aime''

enzogrimaldi7

https://youtu.be/ikN87Y4DZKs
 Come gentle night, come loving black brow'd night give me my Romeo and when he shall die, take him and cut him in little stars and he will make the face of heaven so fine that all the world will be in love with the night.                                                                      Shakespeare   Romeo and Juliet

 Pan aime Echo qui n'a d'yeux que pour Narcisse. Narcisse s'aime lui même. Tu m'aimes, je te fuis car j'en aime une autre qui a quelqu'un d'autre en tête, cet inaccessible champion de tennis, qui, lui même, a son intouchable égérie. Qui parle de mise en abîme?

As-tu ton plan pour les vacances? Tu voulais le beau Bob, tu t'es rabattue sur le piètre Michaël. L'idée étant de ne surtout pas être seule, quitte à jouer la comédie tout un été voire plus si l'automne s'annonce maussade, autant aller en prolongations…

Deux ans à peine, ou déjà, et tu commences à regarder ailleurs. Dérouté par l'arrivée de l'été et ces nudités qui s'affichent. La jolie Hanna ne te suffit pas, le besoin de conquérir Annabelle est le plus fort, même si elle est moins belle, qu'importe si l'ego reçoit sa dose de satisfaction ‘séductoire'.

Je pense à toi dans ta misère, toi qui ne peut oublier cette parfaite lune taille 36 que tu croyais tenir solidement entre tes mains et qui s'est échappée, histoire de fuir le bonheur de peur qu'il ne disparaisse.

La fin d'année est là et tu te dis, toi le solitaire, qu'au bout du compte, ce n'est pas plus mal d'être libre. L'amour c'est contraignant. Tu iras faire de la plongée tout seul avec la liberté de rêver à une belle sirène.

Pour toi le bourrin j'ai le bon plan: club med et tentative de coup double dans le jacuzzi débordant d'une année pleine de frustration. Le soir, musique farcesque: les statistiques sont formelles, la danse music rapproche plus que Mozart, n'en déplaise à ceux qui continuent à se masturber sur Dumas plutôt que sur Playboy.

L'important est de paraître ou de faire en sorte d'être trop occupée pour t'accorder un rendez-vous à toi qui me branche depuis six mois. De toute façon tu ne m'intéresses pas car tu t'es dévoilé, c'est trop facile. En plus on bosse au même endroit, tu me rappelles trop la routine, non tu ne m'auras pas, c'est ainsi.


                                                    *    *    *


Ton nombril est une belle coupe arrondie où jamais le vin ne manque. Ton ventre est une vallée de blé entourée de lys, tes seins sont des grappes de raisins murs, ta bouche a la douceur de la pomme. Jamais personne ne t'aimera comme je t'aime.                                                                                                                                             Once upon a time in America. Sergio Leone


Tout ne serait donc plus que paillettes, étincelles et flamboiements. Pourtant dans le cadre d'une vraie rencontre, quand se colle sur la rétine l'apparition virevoltante d'un être de chair et de sang, c'est d'abord la vision qui nous séduit. Puis vient le temps de se parler.

Et c'est la teneur de ce que l'on va se dire qui va, non seulement sceller une rencontre, mais la porter au plus haut. On sous estime le pouvoir du langage. On s'aime d'abord toujours par les mots. La voix est le premier organe du désir.

Et puis il y a les écrits. Certains échanges ont marqué l'histoire de la littérature. Les lettres d'Alfred de Musset à George Sand  et vice versa sont passées à la postérité.

Depuis, le cinéma a pris le relais, mettant en scène des dialogues destinés à empreindre des personnages et transcender une histoire, que ce soit dans ''Il était une fois en Amérique" ou, ici, ''Possession'', de Neil Labute:

Henry Arthur Ash :

‘' -Je n'oublierai pas la première vision fugitive de votre silhouette telle qu'elle était, illuminée par les miroitements du soleil. J'ai rêvé chaque nuit de votre visage et traversé les paysages de ma vie au rythme de vos écrits qui résonnaient en moi.

Christabel Lamott :

-Jamais je n'oublierai notre lumineuse progression l'un vers l'autre. Jamais je n'ai ressenti une telle concentration de tout mon être. Je ne peux vous laisser me brûler, monsieur, et je ne peux vous résister. Un simple mortel ne peut se tenir dans les flammes sans s'y consumer.

Au fil du temps, l'(in)humain a mis en place des mécanismes de défense. Traumatisés par les sacrifices fictifs ou bien réels de Juliet Montague, Jeanne Hébuterne ou Gabrielle Russier, l'idée est d'éluder coûte que coûte la passion destructrice, quitte à réduire la relation à une sorte de partenariat de bas-étage. Papilloner a du bon. Mais sous des apparences de lâcher prise, se cache un savant dispositif du contrôle de soi.

Dénégation, contre-investissement ou refoulement, tout tend vers l'évitement, un réflexe de survie, propre au pilotage, appliqué au psychisme. Le résultat, édifiant, annihile la transcendance qui, elle, relève de ce que l'on ne maîtrise pas. Qu'est ce qu'un amour, qu'est ce qu'une vie, sans transcendance?


                                                                           2005



  • très beau texte

    · Il y a 3 mois ·
    Reveuse

    shalimar

    • J'aurais pu aller un peu plus en profondeur charnelle. Mais, chaque chose en son temps. Merci pour votre passage.

      · Il y a 3 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Moi, je préfère la passion destructrice .
    Un Amour intense , absolu ou rien .
    Merci pour cette prise de position forte et courageuse !

    · Il y a 4 mois ·
    Fee

    magie-bleue

    • https://youtu.be/D5vnE3zD-DU

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Les vampires me font peur ....
      Seriez-vous Dracula ?

      · Il y a 4 mois ·
      Fee

      magie-bleue

    • Ceux qui sont capables d'aimer come Dracula font toujours peur. De cet absolutisme là je me réclame. En ce sens oui, je veux bien être lui. Et vous, qui êtes vous?

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • L'Amour absolu , j'en rêve aussi .

      · Il y a 4 mois ·
      Fee

      magie-bleue

  • Aime-t-on vraiment l'autre ? ou l'image que l'on s'en fait ?
    soi- même à travers lui ?

    · Il y a 4 mois ·
    B

    yseult

    • Quand on voit votre avatar on a envie de s'appeler Tristan. Mais qui se cache derrière ce joli loup?

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Tristan et Yseult ... Amour fort , absolu comme je les aime ..
      D'où mon pseudo .

      · Il y a 4 mois ·
      B

      yseult

    • Qui est votre Tristan?

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Ça me donne envie d'écrire.

    · Il y a 4 mois ·
    1338191980

    unrienlabime

    • Merci pour le complément. Pour quelqu'un qui écrit ce n'est pas peu dire.

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • D'ailleurs c'est fait.
      C'est différent mais le fond est le même.
      Merci

      · Il y a 4 mois ·
      1338191980

      unrienlabime

    • Je venais juste de voir comme par télépathie. Superbe.

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Oui j'ai vu.
      Sourires

      · Il y a 4 mois ·
      1338191980

      unrienlabime

  • Je n'ai rien à rajouter aux commentaires précédents qui sont très justes. Aimer une image ou aimer un être pour ce qu'il est ... l'on apprend avec le temps.

    · Il y a 4 mois ·
    Menu tete1

    daniel-m

    • On passe toute une vie à déjouer des imposture.

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • C'est existentiel... Moment très difficile d'une vie où l'on se trouve à la croisée des chemins. Choisir sa vie : sa prison dorée ou son chemin de croix. Ecouter son horloge biologique, s'y fier ou endosser le visage de l'homme faussement libre...

    · Il y a 4 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Bien vu. Et vous avez choisi?

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • A-t-on vraiment echoix ? La liberté existe-t-elle ?

      · Il y a 4 mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

  • Un beau texte, qui soulève une question essentielle à mes yeux... Courir le risque de vivre réellement, profondément, viscéralement, ou choisir de jouer la pub de la vie, d'en être une vitrine de bonheur poli et laqué pour qu'aucune aspérité ne déborde?

    · Il y a 4 mois ·
    Journalintimebon

    damephoenix

    • Bien vu. '''une vitrine, un bonheur, poli, laqué'':: le champs sémantique du cercueil non biologique.

      · Il y a 4 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Et bien sur le film Blade Runner adaptée d'un nouvelle de Philip K. Dick écrit en 1966 : "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?"

    · Il y a 4 mois ·
    Te%cc%81le%cc%81charger

    Marcus Volk

  • "Ton nombril est une belle coupe arrondie où jamais le vin ne manque" : Livre "le Cantique des Cantiques", 7:2

    Réflexion intéressante.

    · Il y a 4 mois ·
    Te%cc%81le%cc%81charger

    Marcus Volk

Signaler ce texte