Je crois que je vais l'inviter pour le thé, demain

poulpita

Mon voisin est mort. On avait le même âge. 64 ans. C'était dimanche dernier. Et depuis, je ne suis pas allé voir sa veuve.

D'abord, j'étais pas censé savoir ! Je revenais du loto, organisé par les autres vieux du quartier. J'ai croisé l'assistante de vie dans les étages. Une brune, bien bronzée. Elle m'a fait une indiscrétion. J'avais rien demandé. Enfin. J'avais peut-être le regard interrogateur. Elle a craché le morceau. Les pompiers. L'hôpital. La mort. Tout seul. La nuit. Mais j'étais pas censé savoir.

Ma voisine a même pas mis de faire part, dans l'entrée de l'immeuble. Je sais même pas quand a eu lieu l'enterrement. Je peux pas monter la consoler. On est inconsolable dans ces temps-là. J'en sais quelque chose. Imaginez. Faire la soupe plus que pour un. Enfin deux. Pasqu'elle a toujours son fiston à la maison. Il est spécial, lui. Je préfère pas commenter. Non. Vraiment, entre lui et son mari, elle était pas gâtée.

Son mari. C'est bien simple. Après vingt ans à l'entendre traîner ses chaussons du matin au soir au dessus de ma tête, je l'appelais toujours Monsieur. Pas Monsieur Ferrer. Non. Monsieur. Tout court. Il était froid, et hautain. Des grandes lunettes en plastique marron. Haut et vouté. Pied noir. Le teint rouge brique.

C'était du style qui a travaillé toute sa vie dans des bureaux du ministère. Qui a du traverser la méditerranée pour refaire sa vie. Qui pensait mériter sa retraite, plus que n'importe qui. Sa retraite ? Faire des courses avec sa petite voiture. Regarder la télé. Un repas, une fois par mois, avec sa sœur et ses trois caniches. Et basta. Ca rigolait pas souvent, au-dessus.

C'était du style qui commence par vous serrer la main quand vous êtes monté en urgence le relever du carrelage des toilettes, parce qu’il s'est vautré, et ne peut plus se relever. Tout rigide, plein de principes. Et vide dedans. Pas d'étincelle. Rien. Une carcasse. Alors qu'il soit mort, ça fait pas grande différence.

Enfin si. Pour sa femme. Hier soir, en fin de journée, elle était sur le balcon. A côté de l'étendoir à linge. Elle était toute pensive. Elle regardait les arbres de l'avenue. Je l'avais jamais vu faire ça avant.

On s'est dit bonsoir. Elle a presque souri. Je crois que je vais l'inviter pour le thé, demain.

[texte également posté sous http://poulpitablog.wordpress.com/]

  • j aime beaucoup la progression de votre histoire, de la dureté de cet homme à la douceur de sa femme, il y a de la poésie dans cet étendoir à linge...

    · Ago over 5 years ·
    Zen

    marjo-laine

    • Merci d'avoir pris le temps de lire.

      · Ago over 5 years ·
      La libertad   schiele

      poulpita

  • alors ? elle a parlé un peu ? .....

    · Ago about 6 years ·
    Fanta orig

    nan-p

  • ca fonctionne très bien et l'histoire et le style
    c'est très plaisant à lire

    · Ago about 6 years ·
    Tyt

    reverrance

  • C'est touchant parce que direct !

    · Ago about 6 years ·
    10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

    cerise-david

  • je pense au demi sourire de la voisine sur son balcon où apparemment elle ne se penchait pas beaucoup que la libération est proche pour elle! Et vous allez l'aider à se trouver à ne plus être sous l'emprise de la routine et d'un mari inintéressant!!! Papotez bien toutes les deux autour d'une tasse de thé et de beaucoup d'autres ensuite...

    · Ago about 6 years ·
    Yoda 24 04 09 002 92

    yoda

  • Merci pour vos commentaires.
    Je vous laisse le soin d'imaginer la scène du thé...
    Ou de l'écrire et la poster sur notre plateforme préférée ?

    · Ago about 6 years ·
    La libertad   schiele

    poulpita

  • I'm agree, a lovely wording that gives this anonymous story a real mood.
    bonne continuation à vous.

    · Ago about 6 years ·
    Drapeau quebec 54

    smilling-cocoon

  • Oui, le style fait la différence ici

    · Ago about 6 years ·
    Mains colombe 150

    psycose

  • Justement, c'est le style qui fait tout ici. Pas de fioritures. Je me demande ce qu'elles se raconteront autour du thé. Tout en économie, sûrement.

    · Ago about 6 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

  • Touchant, même si c'est ..direct!

    · Ago about 6 years ·
    59577 1501068244230 1159900199 31344222 178986 n 465

    Choupette

Report this text