La belle est.

blonde-thinking-on-sundays

Ce texte n'a nécessité aucune prise de drogue, que mes lecteurs se rassurent...

Elle sortit de là, dans une vague de vapeur brûlante, l'air hagard, l'oeil pandi-panda, outrageusement charbonneux. Elle referma la porte sur l'antichambre voluptueuse des paresses voilées, puis, les pieds gras glissant dans ses sandales, elle s'est éloignée dans de petits bruits de plastique carnivores. La démarche incertaine, le corps égaré dans un peignoir bouloché XXL, à tout petits pas de geisha. Scrontch, scrontch... Rien de bien glamour me direz-vous... Ah ça ! Plus rien à voir avec la femme plantureuse qui s'était présentée trois heures auparavant. Le menton fier, le port de tête altier, des gestes aériens, une posture de sirène sur le banc moite et carrelé du hammam... Car dans les buées indolentes, les yeux ont séché, piqué, le cheveu a frisé, le rimmel a coulé. Savon noir, gant de crin, huiles sirupeuses, puis les mains habiles enrobant les courbes de miel... Alors dans ces délices des 1001 nuits, la belle alanguie s'endormit.

A son réveil, plus personne. Seule, allongée et mise à nue dans la petite pièce obscure. Elle fut alors saisie sur place, par la peur et le froid. Est-ce possible qu'on l'ait ainsi oubliée ? Elle ? A tatons, cherche, à tatons la porte, les sandales, cherche, le peignoir accroché, trop grand, trop lourd, tant pis presse, presse-toi princesse, serait-il minuit ?

Alors moi, moi qui traînais derrière moi comme chaque soir mon chariot et mes seaux, moi quand j'ai croisé cette petite chose toute frippée, toute écrasée par ce peignoir éponge mouillé, moi j'ai lâché mon balai et l'ai déshabillée. De mes grands bras maigres je l'ai réchauffée. Contre mon coeur retrouvé, je l'ai enchantée et, du plat de mon pouce ai nettoyé l'ourlet noirci de ses yeux de jade.

Puis elle, la belle, et moi, l'homme de ménage, nous nous sommes enfuis sur ma serpillère volante, bien loin des faux-semblants et de la crème à récurer.

  • Si elle est gaufrée à la marmelade de caramel, Bent....je monte dessus

    · Ago about 5 years ·
    Image

    Philippe Larue

  • J'aime beaucoup, un peu d'autodérision sur la gente féminine c'est rare et c'est tellement bon :-), une écriture délicate,ciselée, très chouette!
    "l'ourlet noirci de ses yeux de jade" very nice

    · Ago almost 6 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

  • Quel joli texte ! J'avais lu une histoire similaire dans les faits divers, mais c'était bien moins plaisant à lire.

    · Ago almost 6 years ·
    Default user

    jep-heretik

  • Si joli rêve! Ma copine Fée Solveig (si, si!) m'a demandé l'adresse du hammam en question... En panne d'ordi jusqu'à semaine prochaine, j'utilise les internet mis à dispo par une médiathèque de Nice. J'peux tout de même pas appeler tous le public de la média pour leur faire lire? BRAVO et MERCI!

    · Ago almost 6 years ·
    Oiseau... 300

    astrov

    • oh ! C'est adorable ! Et t'imaginer dans la médiathèque de Nice (où j'ai jms mis les pieds) alors que je suis moi à l'autre bout de la France, me donne des frissons de folie ! Si ça te tente on se programme un Hammam avec So-Sol, à mi-chemin et tu me raconteras si les niçois aiment les blondes... BISOUS ET MERCI

      · Ago almost 6 years ·
      1

      blonde-thinking-on-sundays

  • un conte moderne ... je sens le film derrière ... en rajoutant juste quelques dialogues quand même !

    · Ago almost 6 years ·
    Img 5684

    woody

  • Dream, dream, dream, dream
    Dream, dream, dream, dream
    When I want you in my arms
    When I want you and all your charms
    Whenever I want you, all I have to do is
    Dream, dream, dream, dream

    Everly Brothers (1958).

    CdC

    · Ago almost 6 years ·
    936full the mask artwork 150

    (Ex Ghost Of) Napoléon Zér0

  • Lu par ailleurs mais toujours aussi délirant. Mention spéciale ici pour la photo (même si tu aurais pu y mettre une blonde...).

    · Ago almost 6 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

  • Joli songe!

    · Ago almost 6 years ·
    Un inconnu v%c3%aatu de noir qui me ressemblait comme un fr%c3%a8re

    Frédéric Clément

  • j'aime vraiment beaucoup! Merci pour ce voyage sur un tapis volant improvisé .... comme quoi un chauffeur improvisé peut être un excellent conducteur ;-)

    · Ago almost 6 years ·
    Clamoiselle

    Véronique Pollet

Report this text