L'amour est laid

rodolphe-m--2

Dans une rue sombre, des hommes observent dans des vitrines les femmes exposées en tenue légère. Une seule est habillée d’une longue robe blanche imprimée de roses rouges. Elle semble attendre quelqu’un.

Un jeune homme court dans la rue, un bouquet de fleurs à la main. Il regarde les différentes vitrines, visiblement à la recherche d’une des prostituées. Il s’arrête  devant la vitrine de la jeune femme à la robe imprimée de roses. Ils se sourient.

Le jeune homme entre dans le hall de l’immeuble qui mène à la cabine mais un homme, habillé en noir, lui bloque le passage. Le jeune homme sort son portefeuille et lui donne de l’argent. L’homme en noir le laisse alors passer. 

Dès qu’il entre dans la cabine la jeune femme se jette à son coup et l’embrasse. Ils basculent tous les deux sur le sol. Le jeune homme, toujours dans les bras de son amoureuse,  ferme maladroitement le rideau pour les cacher du monde extérieur.

Le rideau s’ouvre sur la vitrine. La jeune femme est seule. Elle regarde son amant sortir de l’immeuble. Ils s’observent un instant sans rien dire avant que  le jeune homme colle son visage contre la vitre et l’embrasse à travers. C’est alors qu’un vieil homme entre dans la cabine. La jeune femme adresse un dernier sourire triste à son amoureux avant de fermer le rideau.

Le jeune homme fait quelque pas pour partir mais soudain il s’arrête et fait demi-tour.  Sans réfléchir il entre dans l’immeuble et saute sur l’homme en noir qu’il submerge de coups. Lorsque celui ci est inconscient sur le sol il va chercher la femme qu’il aime. Le vieux client est à moitié nu tandis que son amoureuse est sur le point de retirer sa robe. L’homme la prend par la main et avant de partir ouvre le rideau pour donner en spectacle à la rue le vieil homme.

Le couple court dans les rues, essayant de semer les hommes en noirs sortis de l’immeuble après eux. Ils pensent un moment avoir réussi, se serrent dans les bras l’un l’autre, s’embrassent, mais surgissant de nulle part les hommes en noirs les séparent et tabassent le jeune homme. La jeune femme hurle et essaie de se dégager des hommes qui veulent la ramener mais rien n’y fait. Le jeune homme reste évanoui au sol tandis que la prostitué qu’il aime est enlevée. 
Parmi les vitrines toutes les femmes exposées sont les mêmes. Même tenue, même maquillage exagéré. L’amoureuse ne porte plus sa robe, elle est habillée comme toutes les autres. Le maquillage autour de ses yeux est mouillé à cause de ses larmes. Elle se colle à la vitre en voyant le jeune homme qu’elle aime marcher dans la rue. Son visage à lui est couvert de bleus. Ils s'observent un instant. Elle lui sourit mais il ne lui répond pas. Il lui tourne le dos et s’en va. Elle l'observe s'éloigner sans rien pouvoir faire. Un homme entre alors derrière elle. D’un geste de la main elle efface ses larmes et sourit à son client.  Elle se retourne vers la vitrine, cherche une seconde son amoureux dans la rue mais il n’est plus là. Elle tire, résignée, le rideau. 

Report this text