Le vieux conteur

ven

Il a le regard un peu vitreux,
Il a des rides au bord des yeux,
Il a des histoires plein la tête,
Qu'il raconte entre deux cigarettes,
Quand il dit qu'il les a vécus,
Je souris, pour qu'il continu,
Et pourtant, je ne l'ai jamais cru,
Le vieux bonhomme du bas de la rue.

Il me parle de bistrots fermés,
De femmes qu'il a un jour aimées,
D'une guerre où il était là,
D'histoires en veux-tu en voilà.
Je le prends pour un fou, pour un sage,
Quand il décrit ses paysages,
Un grand sourire sur son visage,
Moi, je l'écoute et je voyage.

Il défie la réalité.
De contredire ses vérités.
Et comme le vrai est trop rasoir,
Moi, c'est lui, que je préfère croire.
Il dit que le monde se crève,
Que si Dieu a créé les rêves,
C'est pour qu'on puisse tenir le coup,
Pour que l'on ne devienne pas fous.

Je ne sais pas ce qu'était sa vie,
Elle était rude à mon avis,
S'il raconte qu'il était Pasteur,
Pirate, Astronaute, Cascadeur,
Je le croirai quoi qu'il me dise,
Bien que je le vois mal homme d'église.
Un conteur, comme on n'en fait plus,
Le vieux bonhomme du bas de la rue.

Report this text