Vers les lueurs

audrey83

Deux mots pour qualifier cet album à l'écriture elliptique: bienveillance et empathie.

Avec la sérénité d'un yoguiste, Dominique A nous introduit au coeur de la nature et nous convie à déposer notre valise de stress au pied d'un arbre. La séance de relaxation achevée; l'oreille n'est plus conditionnée par le klaxon urbain et peut bien ouïr.

Son chant nous enlève alors le grain de poussière qui s'accroche à nos rétines: la pollution visuelle publicitaire. La grande surface du monde est squatté par les grandes surfaces. Il y voit là un symptôme du carnet de commandes: "tous les jours c'est dimanche, tous les jours c'est plié". Le carton-pâte du marketing a kidnappé la beauté de nos paysages. L'homélie de Dominique claironne à la place des cloches, désormais muettes, des villages: "rendez-nous la lumière". L'incantation spirituelle et la quête de sens se dressent face à l'endoctrinement subliminal du consumérisme.

Il s'ensuit deux hymnes humanistes et fraternels. "Ostinato": un frère du monde, bercé par la mer, fuit son pays en détresse, victime de la guerre ou d'une catastrophe naturelle. Cette narration poignante fait écho à celle de Damien Saez dans la chanson "je suis un étranger".
Puis "vers le bleu" évoque l'inquiétude d'un homme pour son frère alcoolique. L'aveu d'impuissance et l'émotion culminent dans ces vers: "Mais comment vais-je faire? Pour te ramener vers les îles, d'enfance et d'arches suspendues, vers nous deux glissant tout graciles, sur nos vies comme sur un talus."

"Close west" où la nostalgie trouve sa définition: "comment peut-on finir comblé au pied d'un souvenir?". "Parfois j'entends des cris" ou la tension de la solitude, exacerbée par l'instrumental.

La tentation, l'amour de l'état amoureux et le désir rodent sous "le soleil" et donnent parfois "des envies de plongées". Un peu plus loin, le conseil onirique de Dominique sous "les parasols" ou dans le cloître des fidèles est le suivant: laisser "périr comme une plante le frisson" et "ne rien posséder qui nous possèderait". Au leurre des sens et des désirs s'oppose le sacré des convictions et la pérennité de l'amour véritable.

Le titre phare de l'album: "le convoi" et le plus énigmatique: quel est ce convoi? On imagine la foule des anges ou du purgatoire car "rien ne nous dit qu'ils sont encore en vie", la fourmilière hors de laquelle "le temps est un billet froissé" et "un périple de sédentaires", l'avancée des manifestants qui "d'un même élan se soulèvent". De multiples possibilités narratives s'offrent à la subjectivité de l'auditeur dans ce convoi magistral.

Un album apaisant, aux accents sophrologiques, dont on ressort zen et meilleur.

(10)

  • merci à toi aussi jeff! Ton écriture tisse un atlas dans lequel je vais passer du bon temps je crois lol... quand à la mienne elle rame mais je suis contente que tu ais quand même apprécié :), cela faisait longtemps que je n'avais pas pratiqué l'aviron linguistique :), je suis contente d'avoir largué les amarres sur ce site .... pour ton info, si tu n'étais pas au courant, Dominique A a écrit récemment pour Nosfell une chanson: "même si la mer ne dit rien"....elle fait parler d'elle, on est d'accord lol.

    · Ago about 6 years ·
    Versleslueurs g

    audrey83

    • je viens de relire le texte, tu as une sensibilisée qui te permet de t'exprimer en mode chronique sans en avoir à rougir bien au contraire d'ailleurs tu as reçu un album pour cela, non ? juste bravo !

      · Ago over 5 years ·
      Wp 20141128 004

      Jean François Joubert

  • j'adore cet artiste ! merci audrey !

    · Ago about 6 years ·
    Wp 20141128 004

    Jean François Joubert

  • Dominique A est un géant ! Et tu l'as si bien écrit alors BravÖ ! Bonne chance pour le concours.

    · Ago about 6 years ·
    Photo0486

    Apolline

    • merci appolline. eh oui nous sommes "tombées sous le charme" de ses chansons. je comptes sur toi, pour le 4 ème vote :).

      · Ago about 6 years ·
      Versleslueurs g

      audrey83

Report this text