Avide de sens

erge

Et autres considérations sur les sensations extrêmes...

Avance.

Encore un peu.

Là, approche-toi du bord. N'aies pas peur. Fais comme si tu avais des oeillères. Regarde loin devant toi. Très loin devant. Pose ton regard sur l'horizon, jamais en bas ni sur les côtés.

Quelle vue, n'est ce pas ?

Elle t'intimide. C'est normal. Tu es tout petit face à elle. Petit, timide et sans défense. Juste une ombre au loin au dessus de laquelle plane un doute. Celui de ta témérité. Oui ! celle-ci justement dont tu fais si brillamment preuve quand il s'agit de séduire l'inconnue qui t'a résisté. Tu pensais faire le fier et la défier sans ciller. Tu te croyais fort devant cette équation secrète qui s'ouvrait à toi mais qui refusait de faire le premier pas. L'apprivoiser de ton regard enjôleur, la dompter de tes gestes flatteurs, la rendre docile par tes paroles de séducteur. Facile, tu te disais, de la mettre à genoux pour mieux la dominer et en faire un trophée supplémentaire. Celui que tu aurais pu accrocher dans ta vitrine aux multiples conquêtes. Celui avec lequel tu te serais vu parader sans même attendre l'issue du combat.

Viens donc à côté de moi… rapproche-toi… fais moi confiance… avance d'un pas. Un petit pas. Celui qui t'amènera à faire le grand saut. Le saut de l'ange. Celui qui donne le vertige. Celui qui élève au lieu de plonger. Mais avant de t'élancer, pense à cette conquête d'un jour qui a fini sans issue de secours. Pour toujours. Repense à ces moments d'attente intense où avant son ultime rencontre, des tremblements te nouaient la gorge, des frissons te secouaient le corps et des frémissements te rendaient fébrile.

Te rappelles-tu de cet instant où, trop près d'elle, tu l'as enlacée de tes bras protecteurs. Un pur moment de bonheur où les convulsions ont succédé aux vibrations. Un vibrato sur le même tempo pour une union à l'unisson. Trop beau pour être vrai. Trop vrai pour être si beau. Et pourtant cette sensation n'était pas une illusion. Et pourtant tu as recueilli en elle ses plus douces caresses comme l'air qui vient souffler sur ce corps encore chaud du désir nouveau. Tu lui as pris ses baisers les plus langoureux pour poser sur ses lèvres la marque de ta douleur. Tu lui as soufflé les plus beaux mots que l'on puisse faire à demi-mots avant qu'ils ne s'envolent plus haut pour toucher le cerveau et l'atteindre en plein coeur. Tu t'es repu de tous ces effleurements qui ont précédé l'étreinte de deux corps en fusion. Tu t'es égaré sur sa peau comme un radeau qui dérive sur l'immensité. Tu t'es enivré de ses seins, de ses jambes, de ses hanches, de sa bouche, de sa langue. Tu t'es étourdi dans ses yeux comme pour mieux contempler sa beauté. Tu t'es grisé de ses contours, de toutes les parties de son corps, convexes, concaves, arrondies, obtues, de tout ce qui est dessous et dessus. Tu t'es délecté de ses mains, de ses doigts, de ses pieds, de ses phalanges, de son cou, de ses courbes, de son intimité, de tous ses sens à fleur de peau. Le plaisir extrême au bout des sens, et bien plus encore pour figer l'éternité d'un amour pas sage et clandestin.  ;-)

Tu l'as aimée jusqu'à l'asphyxier. 

Regarde où tu en es maintenant devant cette merveille qui te tend les bras… ferme les yeux et sens son odeur comme si tu devais à tout jamais te passer de la douceur de sa peau. Sens cet air qui te caresse le visage comme le faisaient ses cheveux quand ils te donnaient le tournis…

Aujourd'hui est un jour spécial. Pas de corps à corps à cor et à cri, juste un coeur… et un cri. Ce cri que tu vas pousser quand tu vas t'élancer dans le grand vide. Ce vide où rien ne retentit même si tu hurles tout ce que tu vis, jusqu'à la mort. Ce cri qui va t'arracher à la vie.

Tu trembles ? N'aies pas peur ! Le vide n'est rien à côté de ce qui t'attend. Et toi tu n'attends rien du néant. Celle à laquelle tu croyais te raccrocher pour y accrocher un bout de ton coeur est partie ! Elle a fui vers l'infini. Elle a fui parce que tu n'as rien compris. Tu n'as pas compris qu'amadouer n'est pas jouer. Tu n'as pas compris que sauter dans le vide était la plus tragique des chutes libres, celle qui te libère de tout jusqu'à ne rien retenir. De toutes manières, il n'y a rien à retenir car tout tient à un fil. Tu aurais juste pu la rattraper à temps pour encore d'autres moments d'extrême jouissance mais tu as fait un pas de trop. Saute maintenant que tu es au bord du précipice.

Vas-y ! Saute… parce que tu n'as plus rien à attendre d'elle. La sensation est éphémère. Regarde devant toi. Que du vide. Mais un vide pour lequel tu as fait tout ce chemin pour t'y jeter. A corps perdu. Elle ? Elle s'est brûlée les ailes à force de vouloir te retenir. Toi, utilise les tiennes pour partir, sans jamais revenir. Désolé, la chute ne sera pas belle. Pour une fois, elle sera mortelle. Il en est ainsi de tout sport extrême qui met la vie des uns en danger, la vie des autres en apnée. Suffit de savoir tomber du bon côté.

Alors, prêt pour le départ ?…Accroche-toi car rien ne sera comme avant, une fois que tu seras là-bas. Jette-toi d'en haut pour voir si c'est plus beauEnvole-toi et jouis une dernière fois de cette sensation extrême. Et rends toi. Ici bas.

Go.

Finalement ne serait-ce pas mieux de tout quitter avant que ne meure le temps d'aimer. (Barbara)


Les sports extrêmes sont un face à face avec la Nature. Une sensation enivrante comme une rencontre amoureuse. L'homme ne gagne pas à tous les coups. A quitte ou double. C'est la loi de la nature.

photo : © by myself  (Thonon-Les-Bains / 2015)



  • Joli titre. Texte à sensations. Magnifique duo. Bravo ! ( ça va comme commentaire, c'est pas trop long ?!) :)

    · Il y a environ 3 ans ·
    Fullsizeoutput 53f4

    Sylvie Loy

    • Je suis à court de réponse :) Merci !

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Nous, nous serons morts bien avant le temps d'aimer. Le triste, c'est qu'il faille réapprendre. Qu'on ne sache plus, mais alors plus du tout. Très belle prose.

    · Il y a environ 3 ans ·
    Vie1

    thib

    • C’est plutôt le temps d’aimer qui nous fait mourir à petit feu. Donc autant s’y jeter à corps perdu pour n’avoir rien à regretter le jour où il faudra tout recommencer. Merci de ton étincelle sur cette prose.

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Noooon.... j'ai le vertiiiiige...

    · Il y a environ 3 ans ·
    Yeza 3

    Yeza Ahem

    • Ça ira mieux quand tu seras en bas !:)

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Après de telles sensations, il faudrait qu'elle soit folle pour s'enfuir vers l'infini !! Elles ont un goût de reviens-y ;))

    · Il y a environ 3 ans ·
    Ananas

    carouille

    • Alors il faut plonger dans le grand bain et s'enivrer de ces sensations ! ;) Go.

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

    • Oui, c'est ça, un bain de sensations !! ;)

      · Il y a environ 3 ans ·
      Ananas

      carouille

    • Tu plonges avec moi ? ;)

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • un peu oppressant cette chute dans le néant . Quelle belle écriture! Mais l Amour ne meure jamais, il renaît sans cesse......

    · Il y a environ 3 ans ·
    Img 6640

    catchat

    • Comment tu sais ça, toi ? :) Tu es déjà tombée à pic et tu t'en es relevée ?

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • J'ai toujours du mal avec ce qui relève de la vie intime des personnes, l'exposition des autres me met toujours mal à l'aise mais le texte est poétique, très bien écrit et intimiste. Bravo.

    · Il y a environ 3 ans ·
    Secret

    le_gallicaire_fantaisiste

    • Merci Ipse de ton commentaire tout en retenue. J'adhère totalement à cette sous-exposition de l'intimité. Seule la suggestion la rend tolérable.

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

    • Preuve de beaucoup de discernement chez vous ! Je partage.

      · Il y a environ 3 ans ·
      Secret

      le_gallicaire_fantaisiste

  • Superbe, encore une fois, tu as l'art et la manière de nous embarquer dans ces sensations extrêmes... de nous faire plonger avec une intensité remarquable... et en plus tu cites Barbara, là tu m'achèves :) !! merci Erge, par contre tu n'as pas mis ton texte sur la page du concours ??

    · Il y a environ 3 ans ·
    W

    marielesmots

    • Ah non Marie ! J'achève personne. Je chute seul. Peut être me relèverais-je...mais faut pas que je replonge. Merci de ton envol aussi dans ce commentaire plein d'énergie :)

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

    • si ! si ! elle est sur la page du concours !!!

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • un magnifique texte d'amour physique avec une intensité de l'intime juste suggéré. Aucune impudeur dans les actes, mais la sensation de jouissance à travers les mots. Pour le grand saut c'est angoissant, je le ressens ainsi. J'ai été très heureuse de te lire. Dehors le ciel est bleu et l'horizon semble infini.

    · Il y a environ 3 ans ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • Les sensations sont toujours en apesanteur, c'est bien ça qui fait leur drame. Merci de ressentir autant Elisabeth.

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • A voté ! Pour la délicatesse, la maîtrise du verbe pour les corps en fusion et les ailes brûlées !
    Mais pour l'érotisme : moi je teste, je patauge, je m'emberlificote comme une bleue! Mais toi, je suis sûre que tu peux mieux faire!

    · Il y a environ 3 ans ·
    Loin couleur

    julia-rolin

    • Comme une fleur bleue tu veux dire :) L'érotisme c'est fait pour s'emberlificoter,non ? Ou alors je comprends rien à rien. Merci Julia !

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Tu as l'art et la manière d'allier des mots qui à chaque fois résonnent en moi d'une certaine façon. Toujours cette belle écriture ! Vraiment bravo Erge et cette phrase de Barbara j'adhère totalement ! :)

    · Il y a environ 3 ans ·
    Ade wlw  7x7

    ade

    • Tes propos ne sont pas vides de sensations Ade. Merci beaucoup. Je les apprécie dans ma chute :))

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

    • Chuuuuttt ! Je ne veux pas entendre parler de chute pour toi ! Je n'aime pas ça :-(. Je te prête mes ailes ;-)

      · Il y a environ 3 ans ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • Merci. Elles tombent à point nommé:)

      · Il y a environ 3 ans ·
      479860267

      erge

    • :)

      · Il y a environ 3 ans ·
      Ade wlw  7x7

      ade

Signaler ce texte