Bisons noirs, vigilance orange

Mathieu Jaegert

Alors que les aoûtiens barbotent dans les eaux plus ou moins rafraîchissantes qui leur tombent sous le pied, ou sirotent quelques breuvages de saison, les présentateurs des journaux radotent. On sait que le Monde ne tourne pas rond, mais en cette mi-août, il semble une fois de plus ne plus tourner du tout. Cela donne lieu à du réchauffé à l’absurdité glaçante car enrobé dans une mise en scène emphatique de la plupart des présentateurs. Ce sont les habituels coiffeurs. Vous savez, ceux qui cirent le banc des remplaçants à longueur d’année ou servent à dépoussiérer les coulisses des plateaux télé ou leurs archives encombrées. Ils cherchent la polémique là où elle n’a pas lieu d’exister et s’extasient devant l’étalement de la bêtise humaine, persuadés peut-être de jouer leur tête bien coiffée sur quelques performances analysées du bord d’une piscine lambda par un rédacteur en chef et en congés.

Cependant, réjouissez-vous, fidèles téléspectateurs de ces rendez-vous quotidiens, une actualité brûlante mijote en cuisine, sur le feu, prête à occuper l’espace et les conversations. Certains d’entre vous en auront des sueurs.

Mais si cette information ne se profilait pas, appelant une réaction immédiate de ma part quitte à la bâcler, je vous aurais glissé trois lignes sur un autre exemple de mondialisation de la connerie galopante. Ainsi, j’aurais pu vous raconter que la recherche française progresse dans certains domaines. Bientôt, des missiles longue portée seront capables d’atteindre à vitesse hypersonique, c’est-à-dire super-supersonique des cibles « hyper » éloignée.

Peut-être pense-t-on qu’en propulsant la connerie à cette vitesse, elle passera inaperçue et fera moins de bruit ?

Et, non, nous, gentils français, nous n’aurons pas l’usage de cette technologie. Elle viendra simplement compléter notre arsenal vaguement dissuasif. Mais eux, les dirigeants des pays moins gentils, auront tôt fait de se la procurer. Et n’hésiteront pas à brandir la menace.

Bref, revenons à nos fourneaux. Les spécialistes se sont mis d’accord. D’ailleurs, depuis la dernière fois, les définitions ont évolué et sont désormais calées. Enfin on nous fait croire qu’elles le sont. A un ou quatre détails près. Les modèles convergent, les conditions sont réunies, la probabilité s’accentue de jour en jour. Peu de français y échapperont, nonobstant, comme dirait une certaine Evelyne D. sur une chaîne en perte de vitesse (point de vue audience et non pas vitesse d’étalage de la connerie télévisuelle), la fiabilité limitée en fin d’échéance.

Un épisode de canicule va débouler sur la France. La chaleur stagnant sur la péninsule ibérique va franchir les frontières, poussée par le vent du sud complice et quelques sportifs espagnols sur vitaminés depuis leur participation aux Joutes Olympiques.

Cependant, la notion de canicule a très précisément été encadrée. En gros, on ne peut parler de canicule en dessous de trois jours de grosses chaleurs. Mais cela se complique. Et c’est là que ça devient drôle. La définition évolue d’un département à l’autre. Les seuils de températures nocturnes et diurnes diffèrent en fonction d’où vous vous trouvez dans le pays. Si par le plus grand des hasards, le thermomètre affiche 15 degrés à Nîmes ou Toulon en fin de nuit mais que les Celsius s’affolent en journée, vous échappez à la canicule.

Evidemment, ce temps de chien – c’est l’étymologie -  n’est pas ressenti de la même manière par chacun d’entre nous. Il va de soi que le touriste normand ou parisien (au hasard) encaissera beaucoup plus difficilement le choc s’il se pointe dans les régions anisées ou continentales au moment où les ardeurs du ciel nous tomberont sur la tête accompagnées de la cabane dudit chien.

Les conversations de ce type pourraient être plus drôles :

« Dis tu es placé en vigilance canicule toi ? »

« Non, non, moi j’ai l’habitude, je suis originaire d’Avignon. »…

« Ah ! Moi non plus, je ne suis pas en vigilance même si je suis belge »

« Ah bon ? Avec cette chaleur ? »

« Bah oui, je vais passer deux jours à Cherbourg avant de revenir dans cette fournaise ! »

« D’accord je vois, tu risques rien ! »

  • Brillante description de la soupe froide et indigeste que l'on nous sert tous les étés!!!

    · Ago over 6 years ·
    Image

    aurac

  • Bien vu ! Les lecteurs que nous sommes devraient être toujours en vigilance orange pour déceler et dénoncer les conneries que les médias débitent.

    · Ago almost 7 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

  • bien écrit et rigolo!

    · Ago almost 7 years ·
    Kropotkine 150

    sergedecroissant

  • C'est l'été, quoi !-)

    · Ago almost 7 years ·
    Pascal 3 300

    Pascal Germanaud

  • Des impressions qui replacent la météo à sa juste place !

    · Ago almost 7 years ·
    015

    carmen-p

  • C'est en effet très drôle ! La connerie à vitesse supersonique, belle image

    · Ago almost 7 years ·
    Img 0392 orig

    mamzelle-vivi

  • très bon texte! bien écrit et tout!

    · Ago almost 7 years ·
    Img 0052 orig

    Karine Géhin

  • Oh oui, la météo , çà me met dans une colère noire, comme le nuage sur ma petite station (et en plus il ne pleut pas)! Ils en font des tonnes, occupent l'espace, dissèquent, font les malins et m'épuisent ! Merci pour ce texte MPoupoum !!

    · Ago almost 7 years ·
    Ma photo

    theoreme

  • Bien écrit, drôle. Bravo !!

    · Ago almost 7 years ·
    F ejgalbreth

    mimimilie

  • J'avais remarqué cette "dérive" qui fait de la page météo une grosse plaisanterie...merci Poupoum de l'avoir mise en évidence avec tant de brio... !

    · Ago almost 7 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

  • Jacques Chirac aurait remplacé ses gardes du corps par des ventilo, ils font aussi du vent mais au moins celui-ci est efficace contre la canicule...!!

    · Ago almost 7 years ·
    10922201 10205502677102091 1480983158 n

    phil-29

  • Surtout des lalalalalère, oui, en effet !

    · Ago almost 7 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

  • ahah... il est bon d'écrire et de lire tous leurs bla bla... M'enfin quoi Poupoum n'aurais-tu pas envie d'écrire aussi Tes tralalas et plus encore lalère ? ;-)

    · Ago almost 7 years ·
    Photo0486

    apolline

Report this text