Je Marche

Guillaume Allardi

                                                                     Je marche

 

Je marche en moi une Bouche qui réclame.

Je marche en moi une mer qui se retire

                                                                                    sur une langue de terre

Je marche

                   ange un peu rouge

                                                    lent dans l’air

                                                                                                vers la Cité

Je marche aux alentours de la périphérie

                                                                 traversé par des ondes

                           connecté à des centres

Je marche pris dans les surfaces réfléchissantes mon corps à l’envers sur la pyramide.

Je marche mon pas de sang sur un Béton armé

Je marche atteint au genou par un vieux rythme de rap

Je marche ma silhouette cassée

Je marche Vie giclée hors du néant sur le Trottoir

Je marche mon écho dans les réservoirs vides

Je marche tête penchée mes rêves dans la Décharge

Je marche

                  bien réel

                                  dans la Réalité

Je marche dans la Merde

Je marche enroulé dans la laine de la haine ordinaire.

Je marche ma déchirure sur le support des images

Je marche en moi une image déchirée

Je marche mon point noir au pieds des Tours Aveugles

Je marche mon Nom sur la Liste

Je marche en rond but en tête dans la Ville.

Je marche

                                      identifié.

Je marche ma langue maladive dans le Jardin des Rectitudes

Je marche en moi un cri muet qui prolonge le boulevard.

Je marche mon angoisse dans la Salle des Calculs

Je marche mon histoire dans l’ Histoire

Je marche enfant rêvé dans les vapeurs d’un arrière monde

Je marche mon corps amer dans la pluie fine

Je marche après les Bombes dans les Trous

Je marche mon fantôme sur un champ de mines

Je marche en moi une moisson de flèches dans la boue

le goût mal oublié des baisers du Métal

Je marche en moi un Printemps de limaille et de rouille

De Tournesols de Fleurs du Mal

Je marche méditant sur les carcasses de tank.

Je marche en moi les mémoires rampantes des anciennes Furies.

Je marche en moi une Plaie Battante.

Je marche

                                                                  frôlé par les taxis.

Je marche en moi une digue qui déborde.

Je marche en moi un chant d’amour qui accélère ses râles.

Je marche traversé par un chantier de destruction

Je marche digérant l’air avancé

Je marche différant l’Âge annoncé

Je marche essuyant les crachats du Futur

Je marche ma face rouge sous les ciels violents

Je marche

                 l’œil égal 

                                  dans le jour qui empire

Je rejoins mon regard sur la ligne brûlante

Je marche dans mon corps

                                        le Métal

                                               assis à la Chair.

Je marche mon muscle crépusculaire

                                      promis à la perfection blanche

                                                                               de l’Acier

Je marche

                                      Beau un instant

                                                                                           dans la Musique

Je marche dans les choses léchées par la lumière irréelle et sublime de la Fin

Je marche en moi une conclusion qui s’impose et un penchant pour les falaises

Dieu ou pas je marche vers la lumière avec la bêtise des insectes

Je marche mon pas sec d’ancêtre

Je marche météore entré dans l’atmosphère

Je marche en moi un truc à détruire en marchant

Je marche en moi la voix du Père

Je marche en moi un Arbre mort

Je marche en moi un Age de Pierre

                                                          qui s’effrite

                                                                                                  en criant.

Je marche avec moi une entière Légion

                                                             d’honneur        

     de nouveau

                       nomades

                                 marchands de vents et de poussières.

Insatisfait

          Je marche après

                     je-ne-sais-quoi

et ce chien de trois pattes reniflant et bouffant la route avant moi.

Je marche dans tous les sens

Je marche sans raison

Je marche en moi un galop dans la lande

Je marche en moi un cheval

                                                   mort à l’horizon.

Je marche

                    généreux de mes bourses

                                                             jaloux de mon essence

Je marche en moi un exigence de tête coupée

Je marche en moi le chant un et double de l’épée

Je marche en moi un verbe être

Je marche en moi un verbe aimer

Je marche ma Partie jusqu’à raz de mon souffle

                            détestant la Distance

                                                                                                fondant sur ma Moitié

Je marche

                   ivre des bouillons de la Source

                                     prêt pour le final de la Course

                                                                        sur les Champs Elysées

Je marche

              Elève du vent

                              Chassé par les rafales.

Je marche

                             fidèle à la Première Trahison.

Je marche sur le sol repoussé de la Chute

Je marche ma Tache de Connaissance

Je marche ma descendance de singe de reptile de poisson

Je marche ma race de souffrance avec le maintient et la fierté d’un dieu.

Je marche en moi un Geste élémentaire

Je marche à déflorer mon contraire

Je marche

           sous la terre

                   mon corps inversé

                               vers les profondeurs

Je marche sans pleurer les cris d’une Matière

                                                pétrie du bonheur de brûler

Je marche la marche de mes pères et des pères de mon père

Poussière je retournerai à la poussière

                                                                   sans broncher

Je marche sous moi un édifice d’os

Je marche

                déjà

                       sommet osseux.

Je marche la marche de mon fils et des fils de mon fils

Je marche la marche du Feu

Je marche

                   fou d’amour

                                            doublé

                                                            multiplié

                                                                        élevé à la Puissance

Je marche en moi un nombre incalculable

Je marche

             fragile présence

                        et unique responsable

                         Je marche en moi l’Eternité

Je marche rien une marche morte ou très ancienne

                                                                                     qui finit par

                                                                                                                   me ressembler.

Report this text