La Came à deux vitesses

riatto

A ma gauche la nuque impeccable.
Le fond de teint lisse masque de cire, qui miroite sous les projecteurs.
Le regard lointain et profond, le maintien haut.

L'enfant prodige du petit écran, gendre idéal, l'ami fidèle.

L'animateur, le producteur, le magicien de l'émotion en drive-in, vendeur de pitié en sachets.
L'éternel trentenaire magnifique, le génie du télé-business, l'arrogance du prince millionnaire.

A ma droite, sur le trottoir, le fantôme gris et monstrueux.
Le pauvre camé ordinaire, qui traîne son ombre d'une nuit à l'autre, de Jaurès à La Chapelle.

Le Tox, le Junky, le Pédo ( pas de panique, c'est juste " Dopé " à l'envers... )

Le mauvais fils, l'ado paumé, devenu adulte par erreur.
Les plans pourris, le froid la pluie, le trafic minable et le manque, la cage d'escalier sans lumière, la solitude et la cabane.

A ma gauche la poupée qui fond, la main dans le pot de confiture, les excuses et les premières pages.

Les unes de journaux qui s'affolent, et la ménagère qui s'inquiète.

Sous le tapis, sous le vernis, sous la conscience professionnelle, sensibilité si fragile, les yeux pleins de larmes séchées.
Des kilotonnes de pudeur malodorantes, regrets et contrition sincère, l'empathie à emporter. Faute avouée à la télé, faute doublement pardonnée.

A ma droite la charogne immonde. La bête malade, le visage creux, la coquille vide et le coupable idéal. Voleur de poules et de téléphones, cinquante ou cent tickets par jour .

La poudre noirâtre, les sirops, les médocs sous le métro aérien, les bastons les coups dans la gueule.

A ma gauche les hommages rendus.
Témoignages d'une souffrance intime, si délicate et si émue. Richesse des qualités humaines, qui font d'un vendeur de lessive le génie incompris et torturé, pionnier du voyeurisme en meute. Inventeur de la prime-time-pitié, première pierre à l'édifice de la télé-réalité.

Disparition d'une si belle âme, une âme si belle de métier. Une vraie beauté professionnelle. Riche à millions, et plus encore.

Louanges et cortège recueilli, et puis encore une émission, pour achever de presser le fruit.

A ma droite personne au cimetière.
Le coup de surin ou l'hépatite, qui pour chialer une overdose ?

L'ombre d'un chiffre, une statistique. Le fils de rien, l'enfant de personne, la shooteuse encore dans la cheville. Qu'il crève ! Mais loin, très loin de la page de pub.
Saleté de junky ordinaire, plus crade qu'une poubelle d'hôpital.

Pas besoin d'un trait pour vomir,

suffit d'allumer la télé.

  • Je connais mal Jean Ferrat. Une lacune à combler, sans aucun doute...

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • Ca donne l'impression d'un combat de boxe, a la presentation des concurrents! CDC!

    · Ago about 7 years ·
    Imagescaolxyq7 150

    rcclarence

  • Envoyé ! chacun étant renvoyé dans ses buts respectifs

    · Ago about 7 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • Respect! J'ai envie de te dire merci d'avoir écrit ça, on devrait le placarder partout, le lire à voix haute en prime-time! Tous ces hommages vomitifs, ce deux poids deux mesures ça m'a détruit l'estomac, quand on pense au nombre de jeunes en prison pour quelques barrettes... Gros coup de cœur en tout cas!

    · Ago about 7 years ·
    Kropotkine 150

    sergedecroissant

  • merci

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • La vache !
    La baffe ! C'est très bien écrit ça !
    Mais où aller chercher des idées pareille ?!
    Je suis fan des textes socio-gigo-pattes.
    Chaque ligne glisse comme celle du Junky dont tu parles : toute seule.

    · Ago about 7 years ·
    Image

    fefe

  • tu n'avais pas encore remarqué qu'à la télé c'était les paillettes...dans la réalité un tox de luxe ou un tox de rue...il n'y a pas trop de différence!!! tu m'as bien embarqué quand même!!!
    l'animelle

    · Ago about 7 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

  • précis, juste et sensible ... écorché et lucide... j'aime ton approche de l'Humain

    · Ago about 7 years ·
    Img 5684

    woody

  • Heureux qu'il touche sa cible, merci.

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • Je l'avais lu hier (ainsi que les commentaires) et j'étais resté bloqué comme un con sur les mojettes et le gigot en pensant aux cocos de Paimpol. Bref, ce texte est à déguster tout simplement.
    Bravo !

    · Ago about 7 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

  • Très bien vu et gros CDC en ce qui me concerne et je rajouterais à ma gauche une belle bande d'hypocrites qui honore aujourd'hui ce qu'elle
    reniait et raillait hier ...

    · Ago about 7 years ·
    Flottins orig

    sophie-dulac

  • @ menestrel : je hais les mojettes autant que les chouans.

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • bravo pour ce rappel d'une triste réalité, c'est comme le reste le banquier vomeur est un génie et celui qui pique une barre de chocolat au super marché un futur bandit de grands chemins, deux destinées deux mesures et deux interprétations du même geste,

    · Ago about 7 years ·
    Mariage marie   laudin  585  orig

    franek

  • des mojettes - j'en subit encore les effets secondaires.

    · Ago about 7 years ·
    M elf3 orig

    menestrel

  • Très juste mise au POING!

    · Ago about 7 years ·
    P1040681 465

    yan--2

  • avec des flageolets le gigot ?

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • Bien ! Tu aurais pu y aller encore plus je pense. Mais bien. J'en discutais justement avec ma belle mère ce weekend autours du gigot. N'oublie pas les leçons de morale.

    · Ago about 7 years ·
    M elf3 orig

    menestrel

  • Merci Lyselotte.

    · Ago about 7 years ·
    Lo new york

    riatto

  • hooooooo punaise !!! empoignée par les tripes...
    cdc pour ces voies parallèles qui se séparent et se joignent en fin...

    · Ago about 7 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

Report this text