La camisole des rêves

Susanne Dereve


Des traces de pluie sur la vitre

sinueuses   tremblées

de la main hésitante du temps

-  la boussole affolée du temps  -                               

retenue par quelle  absence 

 

J'ai cherché ce matin ta vieille veste de pluie

dans l'armoire      elle n'y est  plus

 

Reste  une chemise froissée flottant              

comme le drapeau blanc de la défaite

une retraite qui tait  son nom                                                                                    

Mauvaise fortune

on est toujours perdant face à ses rêves 

on a beau tenter de franchir le miroir                        

les lourds godillots du passé

nous retiennent   un sursaut  dérisoire

 

et notre rêve otage se retrouve

un matin privé d'ailes et de mots

agonisant dans une  chambre

aux volets clos

 

Je partirai demain  sur la pointe des pieds

Il suffit d'enjamber le seuil

un jour de pluie      les yeux fermés

 

 de faire semblant de croire

qu'il reste  un allumeur de réverbères

pour enchanter les nuits

 

 ou que les nuits s'enchanteront

d'elles-mêmes de  miel et de lait blanc                                                                    

d'un vin doux

comme voguent les agneaux du ciel,

les labiles  nuages,

 

nuits de fleurs d'hibiscus

qu'habitent seuls les amants

et les marins

 

ceux qui partent un matin

vêtus de leur veste de pluie

dans les embruns

et vous abandonnent en chemin 

la camisole de leurs rêves     

et leur vieille chemise de lin




Illustration : Andrew Wyeth

 

 

 

Report this text