La face cachée de la tour

Marion B

La barre de béton bouffe tout l'horizon.  Assis sur le banc, juste en bas, la capuche de son sweat rabattue sur la tête, il regarde cette putain de tour qui l'a vu grandir. L'extrémité de son joint devient incandescent par intervalles irréguliers. De temps à autre, il le retourne et souffle dessus pour activer la combustion (c'est un petit tic qu'il à depuis un bail). Il y a bien longtemps que les spliffs ne le font plus voyager, maintenant il en a juste besoin .
Il est tard, une partie de la bande est allée se pieuter, l'autre doit sans aucun doute s'appliquer à niquer la police quelque part...
Ce soir il n'a pas eu envie de suivre le mouvement. Ce soir, il ne sait pas vraiment pourquoi, il stagne sur ce banc. Il aimerait encore croire que l'existence lui réservera quelque chose de bien, quelque chose de différent, malgré tout ce gris qui lui colle aux basques (Ce genre d'idées saugrenues ne le traverse pas en temps normal). Il se racle la gorge et balance un crachat par terre (encore un tic qu'il a depuis un bail). Il donne une petite impulsion à son corps las et s'extirpe du banc. Comme rien n'arrivera plus à cette heure ci, il regagne son plumard, la démarche un peu pesante et les mains dans les poches.

Au neuvième étage, de l'autre côté de la tour, celui qu'il ne peut pas voir, un des petits carrés sur la façade vient de s'allumer. Dans sa cuisine, une femme est assise. Le tic-tac de la pendule lui rappelle que son grand n'est toujours pas rentré. Les nuits sans sommeil à l'attendre la peur au ventre, sont devenues son quotidien. Elle se souvient, quand il était petit, quand sur son vélo à roulettes il arpentait le petit chemin qui menait au terrain vague. Elle se souvient de ce petit corps si doux, si léger, ce petit corps qu'elle pouvait porter, câliner et surtout qu'elle savait protéger. C'était le temps où son mari l'aimait encore un peu, où il picolait raisonnablement, le temps où il était encore avec eux. Le visage enfouit dans ses mains, elle se sent complètement usée, son fils lui échappe depuis longtemps, sa vie aussi lui échappe... Tout s'est déglingué, elle ne se souvient pas vraiment depuis combien de temps. Ce qu'elle sait en revanche, c'est que plus jamais l'existence ne lui réservera quelque chose de bien, quelque chose de différent.
Cette nuit le désir d'en finir se fait encore plus violent. Cette nuit est devenue tout à coup insurmontable.

La porte de l'entrée s'est ouverte.
En voyant le regard de sa mère il comprend tout de suite.
Alors, il fout sa pudeur tout au fond de sa poche et il la prend dans ses bras (un geste qu'il ne fait plus depuis un bail) .
Quelques larmes chaudes roulent dans son cou.
Cette nuit,'il est rentré juste à temps.
Cette nuit, contre la face cachée de la tour, celle qu'on ne peut pas voir, reste un petit carré de lumière.


  • Bonjour, votre texte est formidable, merci beaucoup pour ce partage. Je suis le coordinateur d'un petit groupe d'artistes, nous écrivons des histoires, les interprétons et les illustrons. Si vous êtes d'accord, j'aimerais bien publier celui-ci sur notre site : dianecurtis.net, cela me permettrait de l'illustrer et de le faire lire par des comédiens. Qu'en pensez-vous ? Vous pouvez me contacter via l'adresse : postmaster@dianecurtis.net. D'avance merci !

    · Ago about 4 years ·
    Artistev3

    Lanval Monrouzeau

    • Merci, cela me touche beaucoup.

      · Ago about 4 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • Une bonne claque ! celui là est incoryable

    · Ago about 6 years ·
    Default user

    henrimartial

    • Merci beaucoup.

      · Ago about 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • Souvent, je trouve que le narratif de la cité est un peu rabaché, vain, et se limite aux confins de la cité, a ses limites. Ici, l'ambiance est posée de suite. Il n'y a pas besoin de dialogues, d'evenements particulierement marquants. Tout est créé en filigrane, et c'est d'une subtilité déconcertante. C'est un vrai renouveau pour l'Histoire de la cité qui raconte la vie quotidienne et ses problemes, mais qui fait bien plus: il y a une vraie intimité, une vraie humanité dans ce texte.
    Je pense que ce texte va rester avec moi toute la journée, il m'a vraiment bouleversé. BRAVO!

    · Ago about 6 years ·
    318986 10151296736193829 1321128920 n

    jasy-santo

    • Un gros merci. Votre comm me fait du bien.

      · Ago about 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • On la voit cette cuisine, on s'y voit. On partage l'horizon de la nuit avec cette femme qui pleure son petit devenu grand et sa vie enfuie. CDC pour ton texte, Marion.

    · Ago about 6 years ·
    Sylviane doise  petite narratologie du quotidien  rip

    gameover

  • J'aime bien entrer et sortir d'une histoire courte. Quelque soit le style, il faut un savoir faire de conteur pour permettre cela. Tu l'as.

    · Ago about 6 years ·
    U3w9e40p

    Jeff Legrand (Djeff)

    • Merci beaucoup Jean François.

      · Ago about 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • J'aime bien ta façon d'écrire. L'idée de base risquerait de t'amener près du cliché, mais tu l'évites avec brio en privilégiant une sobriété d'écriture qui donne de la force à tes personnages. C'est clair, net, précis, j'adore !

    · Ago over 6 years ·
    Logo sirenade

    Mylène Marle

    • Merci beaucoup Mylène.

      · Ago over 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • C'est croqué juste, et humain, j'aime beaucoup. Même si je suis allergique aux parenthèses, bah là je trouve qu'elle s'insèrent pas mal et font leur petit effet. J'aime bien te lire sur du plus long, tiens.

    · Ago over 6 years ·
    Avat

    hel

  • boum marion le texte est très fort, très dur, nickel

    · Ago over 6 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

    • Merci Christophe.

      · Ago over 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • La parallèle est malin et met en lumière l'autre forme du désespoir, celui dont on ne parle pas ou pas beaucoup : celui des mères qui se battent encore et encore et surtout contre elles-mêmes !
    Un texte pas drôle mais juste.

    Et ce n'est pas à "mon HLM" que ce texte me fait penser mais à une autre chanson de Renaud : "La chanson du loubard"

    http://www.deezer.com/album/6774466

    · Ago over 6 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

    • Je suis d'accord pour la chanson du loubard, je l'aime vraiment beaucoup.... Deuxième génération est pas mal non plus, elle est beaucoup moins adaptée a mon texte mais j'y est pensé aussi. merci pour tes comm toujours sympas .

      · Ago over 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • Beau texte avec une atmosphère justement ressentie et exprimée

    · Ago over 6 years ·
    Tyt

    reverrance

  • Deux nouvelles sorties de ma cave:
    Drôles de têtes et Drôle de cuisine, histoire je l'espère de vous faire sourire.
    Essayez d'écrire un recueil de nouvelles ou un livre, vous avez une "plume" sensible et agréable à lire.
    Ce n'est pas du cirage,si c'est mauvais je ne lis pas jusqu'au bout croyez bien que je suis très exigeant en matière d'écriture.
    Laissez venir la vague, quand l'on cherche à écrire sans envie, le résultat est mauvais voir pire.
    Votre texte fait penser à la chanson: Mon HLM de Renaud.
    J'attends de vous lire .
    Cordialement.
    À bientôt.
    Freddy.

    · Ago over 6 years ·
    1393478935

    antoinerives

  • triste réalité que celle de certains...

    (quelques petites coquilles relevées au passage...
    un bye => un bail / basques => basks / son devenues => sont devenues...)

    · Ago over 6 years ·
    332791 101838326611661 1951249170 o

    wic

    • Merci pour les fautes impardonnables, en revanche j'ai cherché en ce qui concerne l'expression coller aux basques , cela s'écrit bien comme ça, les basques n'étant pas les basket comme on pourrait le croire mais des morceaux de tissus.

      · Ago over 6 years ·
      Gif hopper

      Marion B

  • Oui c'est bien, un sujet triste de société... Fais attention Marion, il faut te relire... Il y a quelques fautes pluriel.... infinitif et (bye=bail?) Tu décris très bien une situation. Kiss

    · Ago over 6 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

Report this text