La fille ultra-connectée

droledeplume

Concours Néon (les portraits de l'irrévérence)

Vous en connaissez sûrement une. Le genre de nana au clic facile amatrice de concours, ou forum-addict qui a besoin de savoir si le caca du fils de sa cyber copine est redevenu normal après une crise de diarrhée aigüe.

Mais attention la fille ultra-connectée n'est pas forcément en couple avec un geek…ce qui explique le pourquoi du comment de cette phrase entendue par 99% des adeptes des forums de discussion  : " pose ton ordi ou je le jette par la fenêtre !"

Là, elle a beau prétexter que oui, les problèmes de constipation de son filleul virtuel sont importants ; oui, le concours qui se finit ce soir à minuit est capital et qu'il faut squatter l'ordinateur au cas où il y aurait un bouleversement dans les votes : le conjoint ne comprend pas. Pire, il menace de jeter le Précieux à côté de la sapinette qui pousse tout doucement sous les fenêtres, trois étages plus bas et inutile de préciser qu'il n'y survivra pas. (Saleté de concepteurs qui n'ont pas prévu les problèmes de ce genre.)

D'ailleurs, la nana ultra-connectée est prête à faire signer une pétition en ligne : " sauvons nos Précieux des griffes acérées de nos maris, et protégeons-les contre les attaques machiavéliques à coup de coca (ça doit faire mal, ça, sur un clavier), de marteau ou de quoi que ce soit d'autre destiné à compliquer la connexion internet."

Armée de hashtags plus ou moins douteux, elle ne recule devant rien pour rallier à sa cause les autres accrocs de l'ordinateur : #viveleshoppingà3heuresdumat' #laissez-nousjoueràcandycrush #lemâleauplacard #forumpower...

Le « non-connecté » voit d'un mauvais oeil ce qui se trame. Il a peut-être même du mal à croire aux problèmes gastriques évoqués par l'ultra-connectée, qui s'inquiète réellement pour la santé de son filleul virtuel. Pour le conjoint, c'est une phrase codée pour dire : « je flirte sur Meetic » alors que pas du tout. Elle se soucie vraiment des désordres intestinaux du bébé de sa cyber copine. Eh oui. Mais cela, c'est incompréhensible pour celui qui ne fréquente pas les forums à haute dose.

La fille accro à internet est partout sur la Toile  : concours, petits craquages sur son site e-commerce de prédilection et surtout jeux en ligne : elle est dans la place. Elle passe des heures à monter une ville virtuelle de toute pièce, à aligner des bonbons tout en ponctuant ses réussites de sauts de cabris en transe. Pas forcément joli à voir, pas plus glorieux à entendre.

Heureusement, la nana ultra-connectée sait quand elle a trop tiré sur la corde (enfin, sur le fil invisible du Wifi plutôt) et arrive à se faire pardonner : elle se débrouille pour réserver un restaurant  à la liste d'attente horriblement longue juste pour montrer que oui, elle peut passer une soirée sans connexion internet. En théorie. En pratique, elle ira 3 fois aux toilettes dans la soirée pour respirer un peu de sa drogue virtuelle avant de repartir plus sereine.

Elle sait qu'elle a développé  une petite addiction mais elle prétend aussi que tant que la pile de repassage n'atteint pas la hauteur du Mont Kilimanjaro, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

En revanche, elle prend très au sérieux les menaces de défenestration de la part de son conjoint et craint pour la vie de son Précieux. L'air de la campagne (couplé à un ADSL paresseux) pourrait aider notre accro à abandonner petit à petit sa dépendance aux jeux tout en compliquant furieusement son shopping en ligne. 100% des ultra-connectées peinent à attendre plus de 3 secondes qu'une page s'affiche. Le milieu rural est définitivement l'allié naturel pour une déconnexion en douceur : mais notre ultra-connectée n'a pas dit son dernier mot…Elle a du hashtag à revendre.

Report this text