Dans de beaux draps

Elsa Saint Hilaire

« T’es dans de beaux draps… » C’est ce qu’il me répétait… Ça finissait par me porter sur les nerfs. Photographe méconnu,  je laissais mon book, des cartes de visites dans toutes les galeries, publiais mes photos sur Flickr…  et lui ricanait… « T’as pas le dixième du talent de Boris Rogez… »  Et là, ça a fait tilt ! Une photo de Rogez, draps fripés, lit à moitié vide… J’ai collé de la toile de Jouy au mur, jeté un drap sur mon plumard, loué trois rats empaillés, lui ai joué du pipeau pour le convaincre de poser en t-shirt, calcif et chaussettes rayées. « Arrête ! tu me fais quoi? », il a couiné. Trois shots plus tard, j’avais sa mine chafouine sur clair-obscur dans la boîte noire… J’ai visionné. Impec, pas d’aberration chromatique. Le pied !  « Bon, maintenant tu expliques ?». Il avait l’air inquiet. « T’es une vraie peste, un cauchemar, t’es radin et nous n’aurons pas de descendance, tu saisis ? » J’ai envoyé la photo. Ils l’ont aimée et publiée. Ça ne lui a pas plu, on s’est quittés…

Report this text