frappe!

christinej

Frappe!

Vas-y frappe!

Plus fort, avec tes poings, tes pieds, mets y ta rage et toutes tes forces.

Fais tomber ce mur qui t’empêche d’avancer.

Hurle!

Crie!

Pete toi les cordes vocales.

Vomi des insultes, pour te débarrasser du dégoût qui est en toi.

Ecorche ta peau pour te souvenir que tu es encore vivante.

Enlève ce putain de bâillon que tu t’es mis sur la bouche, tu ne dois plus te taire.

Relève la tête, car tu vaux plus que ca, bien plus.

Pleure, chiale, vas-y, lâche toi, nettoie tes yeux des illusions dans lesquelles il t’a poussé.

Respire, comme si c’était la première fois, sans retenue, goulument, méchamment, follement, respires.

Tu n’es pas sa chose. Chose morte en jachère, entreposée dans un coin de la maison.

Que l’on sort, a l’occasion, pour dépoussiérer.

Tu n’es pas son animal de foire, tenue en laisse. Il n’est pas ton maitre.

Serre les poings, serre les dents, serre les fesses. Je sais qu’il te fait peur, mais lui aussi il peut trembler.

Allez frappe!

Brise ce mur, brise ce cercueil dans lequel il t’a enterré vivante.

Dehors, ca te fait peur, l’inconnu, la libre-existence, le libre-arbitre, la liberté.

Tu avais des rêves, avant? Non pas avant, tu as toujours tes rêves, la a l’abris dans un coin de ton cœur.

Vas-y!

Fonce, va les vivre, fais les éclore dans ta vie, comme ce sourire qui brillait sur tes lèvres.

Va!

Aime les, tremble de passion, vole parmi les nuages pour toi, et aussi un peu pour moi.

Car moi je ne sais qu’écrire, je n’ai pas encore appris a frapper.

Report this text