J'me noie [Club Jetez l'encre]

octobell

« J’sais pas… J’me noie. »

***

La porte s’ouvrit sur la batterie de médecins. Disons le médecin et tous ses étudiants. Pourquoi fallait-il qu’ils soient toujours cinq-cents ? L’un d’eux tenait un petit plateau de plastique écru sur lequel trônaient plusieurs petites barquettes remplies de gélules multicolores, et un verre d’eau, du genre ceux qu’on a dans les cantines avec un numéro sur le cul.

« Bonjour Tommy. Comment allez-vous aujourd’hui ? » Demanda joyeusement le médecin. Tommy, assis au bout de sa couchette, la main gauche fermée sur un objet invisible, la droite amenée à ses lèvres, sembla se réveiller de sa léthargie. Il regarda brièvement autour de lui avec perplexité, avant de s’arrêter sombrement sur le médecin qui se tenait au devant de sa troupe d’étudiants. Ses lèvres se retroussèrent en une vague grimace, et il tourna la tête de l’autre côté, pour se perdre dans la contemplation du paysage qui se découpait de l’autre côté de la fenêtre. Tiens, il neige.

***

Il était allongé, là, et regardait en l’air d’un air rêveur. Alangui, il savourait ce léger moment de flottement après l’amour. Le plafond se brouilla progressivement de la fumée de la cigarette d’Ellie. Sans un regard dans sa direction – il distinguait néanmoins sa silhouette nue allongée à côté de lui, les jambes légèrement repliées, et sa main qui allait et venait dans un mouvement régulier jusqu’à sa bouche – il se redressa en position assise et s’empara de son propre paquet de cigarettes posé sur la table de chevet. Il en alluma une et s’avança jusqu’au bout du lit pour attraper la bouteille de vodka abandonnée au pied. Le dos voûté, la tête légèrement rentrée dans les épaules, les coudes sur les genoux et la main serrée sur le goulot de la bouteille, il resta quelques secondes à savourer sa cigarette.

Il sentit Ellie s’approcher de lui, et caresser son dos de ses lèvres. Elle déposa un léger baiser sur sa nuque et s’écarta sensiblement pour frôler du bout des doigts le tatouage qui s’étalait sur toute la largeur de son dos. Ces lettres calligraphiées qu’il avait imprimé sur sa peau dans un accès de folie, quelques années plus tôt.

« J’aime beaucoup ce texte. Qu’est-ce qu’il signifie pour toi ? »

Tommy tourna la tête dans sa direction. Il n’avait pas particulièrement envie de lui raconter ce tatouage. Il n’avait pas envie de se raconter. Il n’aimait pas ça. Et puis ça contribuait à son image de garçon sombre et mystérieux. Image basée uniquement sur des silences un peu trop persistants. A ses yeux, il n’avait tellement rien de mystérieux. Son regard s’attarda un moment sur les lèvres d’Ellie. Elles dessinaient un demi-sourire incertain qui faisait comme un détail incongru dans cette chambre sombre et enfumée. Une lueur de fraîcheur. Une promesse d’espoir, une possibilité. Un… Avenir ?

Il se retourna plus franchement et alla cueillir ce faible sourire du bout des lèvres. Comme ça, juste comme ça, pour sentir d’un peu plus près cette tentative d’espoir.

Puis il reprit sa position initiale et contempla la bouteille avec un peu plus d’intérêt. Il envisagea de l’ouvrir, mais à ce moment là, la porte s’ouvrit  sur la batterie de médecins. Disons le médecin et tous ses étudiants.

***

Ca faisait de la neige. Noire. La cendre tombait en flocons paresseux sur ses cheveux bruns. Il leva les mains, paumes vers le ciel, et recueillit avec une drôle de sensation dans le ventre les restes de poussière de son amour parti en fumée. Puis il renversa la tête en arrière et tira la langue, comme quand il était gamin et que la neige tombait. Il ignorait royalement les flammes qui se projetait haut dans le ciel, pas très loin de lui. Il ignorait les hurlements des voisins et la sirène des pompiers qu’il entendait au loin. Il se sentait juste comme un gamin sous la neige. Et peu importait si elle était de cendres. De sang.

Alors il se laissa tomber par terre, comme quand il était gosse et qu’il voulait faire l’ange. Il était allongé, là, et regardait en l’air d’un air rêveur.

***

Il s’empara brusquement du visage d’Ellie à deux mains et l’embrassa. Mais ce baiser n’avait plus rien de la tendresse qu’il avait si souvent pu lui offrir auparavant. Il débordait de rage, de jalousie. Il hurlait « tu m’appartiens. » Elle était à lui ! C’était lui qui l’avait trouvée, cette petite perle de sourire, cette petite lueur d’espoir dans la nuit qu’était sa vie. C’était elle qui l’avait sauvé alors qu’il était en train de se noyer.

Aucun autre que lui n’avait le droit de l’avoir. Aucun ! Quand bien même cet autre connard était plus beau que lui. Quand bien même était-il plus intelligent. Quand bien même était-il un meilleur coup au lit. Il n’en avait rien à foutre, et il se promettait de lui arracher les bourses à cet enculé qui lui avait volé son Ellie. Elle était à lui ! A lui à lui à lui à lui à lui !

« A MOI ! » Hurla-t-il en se détachant d’elle, mais sans lâcher les mains de son visage. « TU ES A MOI ! »

Elle pleurait toutes les larmes de son corps. Sous ses doigts, il la sentait s’agiter dans des sanglots incontrôlables. Elle tentait mollement de s’écarter, de retirer ses mains de son visage, mais ses larmes étaient trop fortes.

« Je suis désolée ! » S’écria-t-elle à son tour. « J’ai pas pu résister ! »

« C’est ça ! Fais-moi croire que t’as au moins essayé ! »

« J’AI ESSAYE ! Mais il était trop… Là ! Il était là où tu n’étais pas ! Et il était plus beau que toi ! Plus charismatique que toi ! Et lui il savait où m’emmener ! »

Il ne supportait pas ces mots dans sa bouche. Il la projeta vivement en arrière, la faisant tomber par terre. Il n’avait pas particulièrement prévu qu’elle se cogne la tête contre la table basse. Elle s’écroula aussitôt, inconsciente. Une large tache de sang tatoua le tapis. Son premier réflexe fut de sortir le paquet de clopes coincé dans sa poche. Et lorsque la flamme du briquet dansa devant ses yeux, ca lui donna une idée. Il l’éteignit, et son regard se posa sur la télé, là devant lui. La voilà qui déconnait encore, cette connerie de machine ! Ca faisait de la neige.

***

Il s’avança jusqu’au bout du lit pour s’emparer de la bouteille de vodka qu’il but directement au goulot. Il sentit Ellie se coller aussitôt contre son dos et redessiner de ses lèvres le tatouage imprimé sur toute sa largeur. Elle déposa un baiser rapide sur sa nuque et s’écarta juste assez pour frôler le texte calligraphié du bout de ses doigts.

« I’m thinking back to what I was

I’ve seen my face right on the floor

And I love you being around

I say it again i’m not fucking around

I’ve seen it before, I’ll see it again

It’s knocking my door and I never pretend

I’m down on my knees and I don’t know

Where to go to find my way back home

I’m drowning 

J’aime beaucoup ce texte. Qu’est-ce qu’il signifie pour toi ? »

Tommy haussa négligemment les épaules et tourna la tête dans sa direction. Elle était là, comme ça. Elle, belle, ses cheveux bruns qui encadraient son visage si lumineux. Ses yeux verts qui envoyaient des ondes de malice et son sourire fébrile qui découvrait légèrement ses dents blanches. Elle était là, si différente de lui, si opposée à lui. Elle était l’espoir, et il était la nuit. Il s’octroya un sourire à son tour et secoua légèrement la tête, se sentant brusquement envahi par une improbable timidité. Il prit la cigarette coincée entre les doigts fins d’Ellie et la porta à ses lèvres, plissant légèrement les yeux tandis qu’il se souvenait.

« J’ai fait ce tatouage sur un coup de folie. J’étais parti pour me faire marquer un poème de William Blake, histoire d’avoir l’air ténébreux et puis un peu la classe du poète torturé, tu vois. Et tout compte fait ça a fini sur une chanson de Stereophonics que j’écoutais en boucle à ce moment là parce qu’elle me correspondait. C’est pas tout à fait la même chose, n’est-ce pas ? »

Ellie haussa les épaules, et mordilla légèrement sa lèvre inférieure si délicieusement ourlée.

« J’aime bien Stereophonics, moi. »

Le cœur de Tommy se manifesta brusquement dans sa poitrine. Il savait pourtant que ça n’avait aucun lien avec ce qu’elle venait de dire. Il venait simplement de se rendre compte qu’il aimait Ellie. Et cet organe bien planqué au fond de sa cage thoracique, pourtant si silencieux depuis qu’il était né, était en train de le lui hurler. Elle était celle qui le sauverait de la noyade. Elle était sa lueur d’espoir. Son avenir. Il s’empara brusquement de son visage à deux mains et l’embrassa.

***

« J’ai changé d’avis. » Annonça-t-il en posant le papier sur l’établi du tatoueur. Celui-ci haussa les épaules et curieux, lut rapidement le texte en marmonnant dans sa barbe.

« Sympa. »

Il s’empara de son papier carbone et s’installa sur son tabouret, se penchant sur son plan de travail pour commencer à redessiner les lettres écrites par la main de Tommy.

« Tu peux boire un peu de vodka en attendant. » Proposa-t-il en désignant vaguement un coin de son atelier sans lever le nez de son dessin.

« Je croyais que c’était déconseillé quand on se fait tatouer ? »

« Ouais mais c’est de la connerie tout ça. On s’en fout ! »

Tommy haussa les épaules. Il n’était plus à ça près. Il prit la bouteille simplement posée sur une étagère comme si elle servait de décoration et la jaugea avec perplexité. Puis il retourna s’asseoir à côté du tatoueur et but une première gorgée directement au goulot. C’était dégueulasse.

« Pourquoi ce texte alors ? » Demanda le type, probablement uniquement pour briser le silence qui s’était installé. Tommy haussa les épaules encore une fois.

« J’sais pas… J’me noie. »

  • Ahahah, quand j'te dis qu'on pourrait s'entendre :D

    Merci à vous les filles, ça me fait super plaisir, parce qu'aussi bien l'une que l'autre, j'aime franchement votre manière d'écrire !

    · Ago about 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • Bon, si en plus d'avoir un style à tomber à la renverse tu t'inspires de Christopher Nolan, moi c'est décidé je prends un abonnement Octobell :) J'adore ce texte, mais je te l'ai déjà dit hein ? ;)

    · Ago about 6 years ·
    Img 3458

    Alice Neixen

  • Je viens de te lire et j'aime ton travail. J'ai trouvé excellente la 'transition' entre la chambre d'hôpital - la chambre tout court - re chambre d'hôpital. Ton texte me fait penser à ce film de Christopher Nolan: Memento (très bon film hein on est d'accord).

    Très belles images aussi, la neige/la neige télévision/les cendres/faire l'ange dans la neige somptueux.

    Très contente de t'avoir lu! (:

    · Ago about 6 years ·
    1505012013 p1050104 500

    maddie-perkins

  • Plein d'émotions ces mots!!!

    · Ago about 6 years ·
     20160514 112546 (2)

    Colette Bonnet Seigue

  • Anachronisme, c'est au moins un mot que j'connais (avec toi, je me méfie...). Humm... chronologie inversée, ça marche aussi ^^ C'est la technique employée dans Memento, justement, et ça faisait un moment que j'étais tentée de la retranscrire à l'écrit. Tu m'en as donné l'occasion, Bis, merci ;)

    Bref, merci à vous deux les Joker ;) (Jackaaaal ton nom ! Je m'étais toujours dit que ça sonnait comme chacal de toute façon ^^)

    · Ago about 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • Très bien mené, très bien écrit. Crédible et puis la structure donne cet effet de brume et d'anachronisme (ce n'est pas le bon terme mais je n'arrive pas à trouver le mot exact ce soir... fatigue et blessures, travail et mollesse du bulbe) qui nous perd un peu. Et c'est très bien.

    J'ai moi aussi pensé à Tarantino (mais en même temps je ne connais pas "Memento" de Nolan que je vais mettre dans la liste des choses à regarder pour devenir un brin plus cultivé que les blés!).

    J'aime beaucoup.

    · Ago about 6 years ·
    544813 416184855145011 490152810 n 465

    bis

  • Merci beaucoup à vous !!!

    Petisaintleu : d'abord... Il représente quoi ton avatar ??? J'arrive désespérément pas à me représenter quelque chose ! Puis ton avis personnel m'intéresse ^^ Ce n'est pas ton préféré basé sur quoi ? Parce que si tu te réfères aux quelques milliers de textes qui ont été écrits sur WLW, m'est d'avis que c'est le préféré de personne ;)

    · Ago about 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • Je citerai simplement une pensée de Blaise Pascal qui résume ce que peut faire faire l'amour "le coeur a ses raisons que la raison ignore"... CDC

    · Ago about 6 years ·
    Yoda 24 04 09 002 92

    yoda

  • En plein dans le 1000 ! cible atteinte. 5 cœurs

    · Ago about 6 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • 4 étoiles. Il est très bien mais ce n'est pas mon préféré. Mais ce n'est que personnel !

    · Ago about 6 years ·
    Cp

    petisaintleu

  • Merci les gars :)

    Hector, c'est génial que tu parles de cristallisation, parce que ça correspond vraiment à l'idée que j'avais !
    Et Matt, j'étais plus sur Nolan dans la référence cinématographique, avec son Memento ;)

    · Ago about 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • Wouaaa !Quelle plongée dans la folie ! En plus, temps fragmenté à la Tarantino ! Tout simplement magnifique ! CDC !

    · Ago about 6 years ·
    Avatar loup 54

    matt-anasazi

  • C'est du grand art ! Le naufrage d'une histoire d'amour avec deux portraits croqués avec talent, de la noirceur, de la poésie et puis, par dessus tout, le don de transcrire l'instant de la cristallisation des sentiments. Bravo !

    · Ago about 6 years ·
    Image 8 54

    hectorvugo

  • Merci les fiiilles :D Ca me fait super plaisir ! Merci !!

    · Ago about 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • tout a fait d'accord avec Rafistoleuse, c'est un texte extrement bien mene, bien ecrit, l'histoire marque comme un tatouage, vraiment bravo

    · Ago about 6 years ·
    521754 611151695579056 1514444333 n

    christinej

  • Je trouve que ce que t'as fait là, c'est juste magistral ! L'histoire, les personnages, et ces petites étoiles qui donnent vraiment cette impression de mémoire par flashs, à cause de l'alcool, entre autres... Et puis l'image de la neige de cendres, j'aime beaucoup.

    C'est justement hyper bien écrit, et puis la mise en place aussi....waow...

    · Ago about 6 years ·
    20130820 153607 20130820153847362 (2)

    rafistoleuse

Report this text