Othello

blonde-thinking-on-sundays

Texte inspiré du poème ‘I carry your heart’ par E.E. Cummings I carry your heart with me (I carry it in my heart) I am never without it (anywhere I go you go, my dear...

J'ai raté mon coup.

Le verre vide est venu cogner contre le bois de la table et a éclaté dans ma main. J'ai senti les bris pénétrer ma peau, ma paume, mes phalanges et j'ai pensé à toi.

Comme ça.

Comme ça ne m'était pas arrivé depuis un moment.

Ca m'a traversé de part en part.

Comme autant de lames tranchantes me transperçant en cette seule douleur glaçante et inévitée.

Evidence.

Tu ne me donnerais jamais rien.

Rien. Pas un gramme de considération. Pas la moindre pincée de compliments. Pas une seule once d'admiration. Pas la moindre preuve d'attachement. Rien. Rien qui ne pourrait compromettre l'illusion exemplaire que tu exhibes dans les soirées mondaines le samedi soir, posant sur les photos à son bras, le sourire comblé.

Et j'envie ce bonheur papier-glacé. Ah ça ! J'en crève de jalousie assurément.

Et je ne suis pas sur les photos.

Et je ne mérite pas tes égards, il faut croire. Il faut croire, dans tes yeux, je n'existe pas.

Je ne suis que la personne d'une heure, d'une nuit, d'une fois de temps en temps. La personne qui s'échappe après chaque étreinte. Celle que tu n'appelles que du bout des lèvres et pour laquelle tu ne lâches rien.

Pourtant…

Pourtant je te revois la première fois, poser doucement ta main sur la mienne, dans ces fauteuils de velours rouge, dans ce théâtre où nous nous sommes connus. Car c'est bien toi qui fit le premier pas. C'est bien toi qui me serra si fort contre toi un soir de pluie, si fort que pour rien au monde je n'aurais voulu retrouver la nuit, la rue, ma voiture. Mais tu n'as jamais rien dit pour me retenir.

Et chaque fois, tu me laisses.

Des mois de silence entiers.

Et quand tout m'apparaît enterré, alors tu te rappelles à moi.

Et nos peaux se rappellent à l'autre, encore plus fort, et nos raisons baissent leurs gardes.

Et Dieu sait que j'aime être déraisonnable avec toi…

Et je crois que toi aussi.

J'ai serré la main. Aussi fort que possible. Comme pour broyer le verre autant que faire ce peut. Au début, j'ai cru que je pourrais m'accoutumer à la douleur. Le sang a perlé insidieusement, avant de couler très lentement le long de mon poignet. J'ai continué à avoir mal. Très mal. Et j'ai compris. J'ai compris combien la jalousie me rongeait. J'ai compris que j'aimerai bien connaître le bonheur papier-glacé. J'ai compris que j'avais ton cœur dans le mien. Tout le temps. Et que ça me faisait traîner les pieds à longueur de temps. Et j'ai compris, contre tout cela, je ne pouvais rien faire.

Alors j'ai soigné ma main et j'ai acheté deux places au théâtre.

On y joue Othello. J'ai pris place dans l'orchestre, sur un fauteuil de velours rouge piqué de clous dorés. Sur le siège à côté, j'ai posé une boîte, une boîte marquetée. Ce soir pour une fois, pour toute une soirée enfin, une soirée entière, ton cœur est à moi. Rien qu'à moi. Je l'ai décidé. Et je n'ai plus mal.

J'ai ton cœur avec moi, à côté de moi, et la boîte doucement vire au rouge, sur le velours rouge du fauteuil…

  • Blonde-thinking-on-sundays...tu mérites la première place. Sincèrement.

    · Ago over 5 years ·
    V  82bd

    Isabelle Leseigneur

  • Félicitations.

    · Ago over 5 years ·
    P%c3%a9roquets %c3%a9quateur yasuni parc

    chrisalexandra

  • Je t'avais dit que ton texte méritait de gagner ! Ton texte a été reconnu et tu as eu un prix ! Je suis ravie et je te remercie infiniment car grâce à tes conseils, j'ai remanié mon texte et moi aussi j'ai un petit prix. Hi hi !!! Mon premier !!! Je n'y serai pas arrivée sans toi. Alors, des bises !!!!!!

    · Ago over 5 years ·
    1383597 709447639083816 1534398667 n

    Georgia Margoni

    • Oh c'est vrai !!! Tu as gagné ! Je pourrais pas aller au ciné demain soir Dmg on aurait pu se voir. Tu as gagné toute seule, pas grâce à moi voyons. Ton texte avait ce qu'il fallait. Je suis contente pour toi ! Bise

      · Ago over 5 years ·
      1

      blonde-thinking-on-sundays

    • Ah moi non plus je n'ai pu y aller. Dommage, on aurait pu nous rencontrer ! Oui, je sais mais mon texte n'était vraiment pas clair et tu m'as ouvert les yeux ! Encore merci hé hé ! Je suis contente pour toi aussi . Tu méritais le premier prix. J'ai particulièrement apprécié la sensibilité du texte . Bises.

      · Ago over 5 years ·
      1383597 709447639083816 1534398667 n

      Georgia Margoni

    • <3

      · Ago over 5 years ·
      1

      blonde-thinking-on-sundays

  • J'aime! bravo et bonne chance

    · Ago over 5 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

  • Superbe j'aime beaucoup, très fort, bravo boum cdc pis 5 (suis dans un bon jour !)

    · Ago over 5 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

  • Un texte très prenant. On ne le lâche pas. Bonne chance.

    · Ago over 5 years ·
    Corbis 42 24047422

    Cleo Ballatore

  • J'aime beaucoup. La concision de certaines phrases amène l'efficacité des mots et leur symbolisme, la tragédie du jaloux, victime autant que tortionnaire. Et le chapitre "j'ai serré la main..." est écrit avec talent, je trouve et je le trouve percutant. Voilà, je crois que j'ai tout dit ! J'espère que tu gagneras. Tu le mérites.

    · Ago over 5 years ·
    1383597 709447639083816 1534398667 n

    Georgia Margoni

    • C'est adorable de me soutenir pour le concours. Merci pour ton avis, ça me touche beaucoup. Je ne pense pas que mon texte sera assez original pour Transfuge. Le sujet du tien me semble vraiment plus adapté au concours. Mais je crois que tu devrais retravailler ton texte. Bise

      · Ago over 5 years ·
      1

      blonde-thinking-on-sundays

  • J'aime beaucoup le twist de la fin! très original!

    · Ago over 5 years ·
    318986 10151296736193829 1321128920 n

    jasy-santo

Report this text