Tu voulais me parler

Colette Bonnet Seigue

Quand le corps abandonne...

Tu voulais me parler

Qu'avais-tu donc à dire ?

Quand le ciel s'est voilé

Embuant un sourire.

Tu voulais me parler

Au silence muré,

Des mots à l'étouffée

Dans un cœur évidé.

Les rêves tricotés

A maille à l'envers

Ont le goût du fané

Et celui de l'amer.

Si je pouvais t'offrir

Voyages souverains

Où tu pourrais partir

Aux sommets transalpins.

 

Tu voulais me parler

De la muraill' de Chine,

Spectre abandonné,

Balade éléphantine.

J'aimerais chambouler

L'ordre de la Planète

Pour t'offrir un été

Au pôl' nord de ta tête !

 

Tu voulais me parler

A oreille gourmande,

Tu peux même y crier

Afin que je t'entende !

Je revois les moissons

A l'abandon des yeux,

Leur regard vagabond

Sur nos années en bleu.

Tu voulais me parler

Dis-moi, mais dis-moi donc !

Si tu n'peux t'épancher

Dis-le-moi en chanson.

 

Regarde, les bourgeons

Ont l'éclosion sereine,

Le Printemps marathon

A l'âme tibétaine.

J'inventerais pour toi

Sur des sentes parées,

Nos routes d'autrefois

Aux empreintes laissées.

 

 

Tu voulais me parler

Sous tes doigts englués,

Leur danse pétrifiée,

Projet abandonné.

Ce soir, ne dis plus rien,

Rêve à un paradis

Où l'envol est serein,

Où ton corps rajeuni

A la force d'airain.

Et, si tu le veux bien,

J'y entrerais  aussi

Pour un nouveau matin

A l'écho de l'oubli

Qui grandira ton cri

Dans l'onde du silence,

Pour que ta voix tapie

Murmure en abondance.

 

 

 

 

Report this text