A Dieu et à Diable

carouille

Y'a des chemins qu'il faudrait pas remonter en arrière. Des chemins qu'il faudrait jamais reprendre sans s'accrocher le cœur à l'entrée. Des chemins où faudrait planter des sens interdits et des interdictions de stationner sauf pour les riverains. Des chemins qu'on devrait passer au sépia pour les rendre indolores.

Y'a des jours où le soleil devrait pas briller. Des jours où les nuages devraient se cacher pour pas faire semblant de se mettre au diapason du cœur. Des jours où faudrait que le ciel disparaisse puisqu'il a emporté tant de choses précieuses pour les perdre dans son immensité. Des jours qu'on devrait traverser en dormant pour pas les voir passer.

Y'a des souvenirs qu'il faudrait arracher à la mémoire. Des souvenirs chauds et dorés qu'il faudrait empêcher de grisailler le présent. Des souvenirs qu'il faudrait anesthésier pour qu'ils arrêtent de faire palpiter ce qui reste. Des souvenirs qu'on devrait pouvoir écarter pour dégager le chemin.

Y'a des dates qu'il faudrait pouvoir rayer des heures. Des dates qu'il faudrait dénouer des jours d'avant et d'après, pour pas qu'ils fassent un collier bien serré qui étrangle. Des dates qu'il faudrait pouvoir réécrire avec un point-virgule en final. Des dates qu'on devrait pouvoir changer d'année pour les repousser indéfiniment.

Mais puisqu'il faut arpenter ces chemins jour après jour et égrener les souvenirs au long des dates, et puisque désormais il faut le faire sans toi, sans lui, sans eux. Puisque d'autres chemins s'ouvrent au petit jour pour écrire de nouveaux souvenirs qui encreront de nouvelles dates. Puisque l'automne est là.

 

J'voudrais m'habiller d'un feu de cheminée pour jouer au tarot en déconnant jusqu'au milieu des étoiles. Etre une plume perchée sur tes épaules dans ces chemins de terre où tu m'emmenais semer mes larmes en me répétant que tout irait bien. J'voudrais être pas plus haute que trois pommes quand tu me baladais de long en large dans un boucan d'enfer et que t'étais le roi du monde. Y'a que dans les yeux d'une môme qu'une foutue tondeuse à gazon peut briller comme un trône.

J'voudrais être la gamine qui regardait que vers le haut pour voir un géant invincible qui terrassait les cauchemars. Pas une adulte qui en grandissant a regardé vers le bas pour découvrir tes pieds d'argile. Qui a dû apprendre dans les larmes et la colère que le mal dont tu souffrais était beaucoup trop profond pour qu'aucune autre racine ne puisse prendre le dessus et l'étouffer.

J'voudrais que pour une fois, t'aies trainé en route, histoire de voir à quel âge la calvitie du grand père et du père te rattraperait pour de bon. Sauf que t'étais un gladiateur, la demi-mesure ça a jamais été ton fort, fallait bien que ça devienne ta faiblesse.

J'voudrais t'entendre me dire qu'on s'en fout, que c'est comme ça, qu'on peut pas changer les choses. Avec ta grande gueule qui disait toujours que tout allait bien, même et surtout quand tout foutait le camp. Avec ton énorme sourire quand les premiers froids brûlent la peau et que tu rentrais chargé du parfum des feuilles mordorées en venant te frotter les mains devant le feu. « Ça réveille hein ? » et ta tête de gamin de Noël.

J'voudrais être sûre que c'est le bon Dieu qui t'a attrapé après tout ce que le Diable t'a fait dansé. Qu'Il t'a emmené là-haut en te faisant passer le goût du sky pour te sortir de ton enfer. Sans te laisser te retourner pour pas nous voir pleurer autour d'un cercueil que tes épaules n'aident plus à encaisser. Peut-être même qu'il t'a laissé emporter ton fusil et ton chien, pour tirer sur tous les moments bousillés qui nous restent en travers de la gorge.

Je sais pas si je dois te bénir ou te maudire pour ce drôle de coup que tu m'as fait avant de partir. Prendre comme ça une petite voix pour me dire que rien n'allait bien. Que c'est pas facile de donner un sens à sa vie quand on est sur une pente savonneuse où tout effort de lucidité est balayé en une fraction de seconde. Ces heures au parfum d'enfance, au goût de toujours, qu'on a mises en cartons ensemble, elles sont comme un cadeau empoisonné. Parce que ce que je croyais avoir oublié et que tu m'as rendu, c'est ce truc qu'on vous coud à la peau à la naissance, un morceau d'unité au milieu de ce qu'on construit. Parce qu'un cousin ça peut pas disparaître sans arracher un morceau de vie.

Mon verre de rouge a brillé sous la lune quand j'ai trinqué en ton honneur en repoussant tous les « Si ». En te recommandant à Dieu et en emmerdant le Diable, qui a déjà bien trop pris. Je te verrais bien revenir en colibri, battre des ailes à toute blinde en te précipitant de fleur en fleur pour boire le pollen jusqu'à la lie. Et pouvoir t'envoler sans imploser. Et puis comme ça tu serais toujours dehors sous le soleil et la pluie, y'a que là finalement que t'étais bien. Que tu sois enfin bien, c'est ça qui serait bien, après tout ce mal dedans et autour.

J'voudrais qu'il soit écrit quelque part, ailleurs que dans le marbre et dans nos cœurs, qu'ici tu es né, a aimé et construit. Qu'ici tu as lutté comme un diable pour retrouver le bon chemin. Que tu as bataillé jusqu'au bout, encore et encore, sans jamais t'avouer vaincu malgré l'épuisement. Parce que t'étais un géant.

Je sais plus quoi te dire, mais j'arrive pas à me taire parce que quand j'aurai plus de mots, il ne restera que les sanglots. J'voudrais être sûre que tu as enfin trouvé la paix pendant que moi j'ai de la couture à faire. Un vide à refermer à petits points serrés pour garder précieusement au milieu de mes racines un géant aux éclats de rire généreux. Et jeter tout le reste.

 

Lolo 1967 – 2016

 

  • Je viens juste te faire un coucou.Triste je suis. Mais je sais que tu es douée pour le bonheur. Shmacks

    · Il y a plus d'un an ·
    Loin couleur

    julia-rolin

  • Triste de te lire, après tant de temps, pour partager ta douleur. Mais heureuse de lire tes magnifiques mots.
    Le temps adoucira le cœur et seules resteront les images du bonheur partagé.

    · Il y a plus d'un an ·
    Yeza 3

    Yeza Ahem

  • C'est d'une beauté ton texte carouille !!! Une beauté dans la douleur, un formidable hommage à ce père disparu !!! C'est presque indécent à dire pour moi en ces circonstances, mais quel talent, quelle écriture, chapeau ! Je voudrais avoir ton talent carouille !

    · Il y a plus d'un an ·
    Louve blanche

    Louve

  • Beau_et_lumineux._Beau_et_prenant_à_la_gorge.
    Alea_jacta_est.

    · Il y a plus d'un an ·
    Mai2017 223

    fionavanessa

  • Je suis submergée Carouille. C'est magnifique. Merci de nous partager cette lettre si touchante. Courage à toi.

    · Il y a plus d'un an ·
    Explosionpeinturenb

    Ludivine Klein

    • Merci à toi. Le courage revient avec le temps.

      · Il y a plus d'un an ·
      Ananas

      carouille

  • Je suis bouleversée par ton écriture... Elle me touche profondément, m'émeut jusqu'aux larmes. Heureusement que tu as trouvé l'écriture pour "dégueuler" tout ce que tu décris. Pardonne ce mot vulgaire, mais pour moi, c'est fort comme quelque chose qui a besoin de sortir violemment. Ce chemin-là que la vie t'a imposé et a imposé à celui qui est parti, ce chemin-là n'est pas une impasse. C'est un chemin comme un autre qui t'amènera vers d'autres horizons. Je suis sûre de ce que j'avance, même si sur mes propres chemins, je ne fais pas la fière, crois-moi... Mais il faut avoir des certitudes pour avancer, car c'est bien cela qu'il attend de toi : que tu avances, pour que se crée une fierté réciproque, par-delà la mort. Courage...

    · Il y a presque 2 ans ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Je ressens certains textes un peu comme une détoxication, essayer de purger un peu la douleur pour qu'elle empoisonne moins, alors oui, dégueuler ça va aussi :) je comprends ce que tu dis sur les chemins, c'est juste que quand on est en plein virage et qu'on ne voit pas où la route va après, ou quand tu es au pied d'une foutue côte à escalader sans savoir ce qui t'attend derrière, ben comme tu dis. ..on fait pas les fières :(( merci sy lou.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

    • L'écriture est un véritable exutoire à mon avis. Cela transparaît à travers ton texte. Je dirais même, heureusement que tu as pu l'écrire pour te décharger un peu de ce poids immense, cela t'aura évité d'être écrasée et de ne pas pouvoir remonter la pente. Parfois, je me dis qu'il faut se mettre des œillères pour pouvoir avancer pas après pas. Je compare cette idée avec mes footings en forêt où, face à une côte, je garde les yeux sur le bout de mes chaussures, ne regardant que rarement le bout de la côte pour avoir la surprise de m'en être rapprochée quand je me déciderai à lever les yeux. Il me semble que dans la vie, c'est un peu pareil, même si c'est beaucoup plus difficile à faire. Une fois de plus, je te le dis bien, ce sont des sensations que j'éprouve, des idées qui me viennent, mais que j'ai du mal à mettre en pratique. Sauf dans "mes" forêts...

      · Il y a presque 2 ans ·
      Coquelicots

      Sy Lou

    • C'est amusant, moi la forêt, j'y vais pour marcher :)

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • j'ose pas écrire de mot... tout mon soutien, ( j'aime beaucoup ta manière d'écrire et les phrases en italiques ) et je salue ton courage qui te permet de trouver la force d'écrire. je t'envoie mes quelques ondes positives restantes & prends soin de toi :)

    · Il y a presque 2 ans ·
    33

    torpeur

    • Tu as bien fait d'oser, merci d'être revenu. Merci de ton soutien, et de tes ondes positives. écrire, c'est parfois ce qui permet de souffler, d'apaiser la souffrance, tu es bien placé pour le savoir. et écris Torpeur, continue à écrire quoiqu'il arrive. Tu as du talent, et tes textes en inspirent d'autres. j'ai écrit Jeter le gant d'après une de tes nouvelles courtes. mademoiselle the vient de poster un texte inspiré d'un autre de toi. pour les phrases en italique, elles me sont particulièrement chères, car elles viennent de la plume d'une personne qui a connu mon cousin et lui a rendu un très bel hommage. Alors si elles te plaisent, j'en suis heureuse. toi aussi prends soin de toi s'il te plaît. .

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

    • merci pour ton message :) t'en fais pas, ça peut aller :)



      pour les phrases en italique de ton texte, je trouvais que tu les avais particulièrement bien mises en valeur, bon courage à vous tous.. a bientot

      · Il y a presque 2 ans ·
      33

      torpeur

    • Ah, ça ça fait plaisir à lire ! Euh...que ça aille bien je veux dire :) et pour la mise en valeur ben...parce qu'elles le valent bien ^^

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Je reste sans mots. Quelle émotion. Quel grand chagrin. Courage à toi pour ce deuil... Bisous

    · Il y a presque 2 ans ·
    Poup%c3%a9e des survivantes

    Natacha Karl

    • C'est toujours grand le chagrin. En tout cas ça me paraît toujours beaucoup plus grand que moi. Merci pour tout Natacha.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Quel magnifique texte ! Quelle force et que d'émotions !

    · Il y a presque 2 ans ·
    18765830 1741444459487396 5507599621915933461 n(1)

    Véronique Théry

    • Tu as tout dit Louve !

      · Il y a presque 2 ans ·
      479860267

      erge

    • Merci Louve. Tant mieux si du noir peut sortir quelque chose d'un peu plus clair. Bises.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Emouvant.......très,,,

    · Il y a presque 2 ans ·
    Pgbis

    Patrick Gonzalez

    • Merci d'être là. Très.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • un beso

    · Il y a presque 2 ans ·
    Dscn0440

    Jaunie

    • Gracias. C'est bon de te voir Jeanne.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Bises ;-) il n'y a pas de mots quand on lit un hommage si tendre, sans doute parce que ça nous renvoie nos propres chagrins.

    · Il y a presque 2 ans ·
    Loin couleur

    julia-rolin

    • Des chagrins comme ça, on en a tous plein nos poches, mais je suis pas sûre qu'ils soient très propres. Par contre la tendresse et les bises, ça aide à les porter. Merci Julia.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Je suis bouleversé. Bises.

    · Il y a presque 2 ans ·
    Mojitoo

    thesecretgardener

    • Merci de partager. Et pour les bises.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Bel hommage au gladiateur. Mais quel dommage :(

    · Il y a presque 2 ans ·
    479860267

    erge

    • Oui, dommage. Mais dans ce carnage, une rencontre qui vaut de l'or. Au moins pour moi. Merci Ours.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Courage < 3, même si on ne se connaît pas beaucoup, je t'envoie énormément d'amour, carouille...

    · Il y a presque 2 ans ·
    Avatarbis

    mademoiselle-the

    • Merci mademoiselle-the. L'amour d'où qu'il vienne, c'est toujours bon à prendre. Et le thé, je le bois par litres en ce moment, y'a que ça qui réchauffre.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Difficile de commenter. Il y a des pertes si douloureuses et des vides si durs à combler... bises

    · Il y a presque 2 ans ·
    Film petit prince

    missfree

    • Oui, difficile. Merci d'avoir laissé un mot malgré cela. Et merci pour les bises.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Il doit être fier de toi et honoré par tes mots. Il restera à jamais en toi et brillera de mille feux sous les étoiles qui sont siennes à présent. Bisous ma Z et tu sais..

    · Il y a presque 2 ans ·
    Ade wlw  7x7

    ade

    • Bises ma Z. Oui je sais. Pareil.

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

  • Moi aussi je vois trop flou... c'est à cause des larmes qui sont venues pendant ma lecture a voix haute..... ♡♡

    · Il y a presque 2 ans ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • Faut les sécher tes larmes ma toute Mauve. C'est déjà bien assez humide par chez moi. Bises

      · Il y a presque 2 ans ·
      Ananas

      carouille

Signaler ce texte