Après la pluie

lilii

Après la pluie, il y a comme, pour toujours, ces rythmes noyés dans l'hydrique violet où les corps se détendent, courbes de soie auréolés, buée de volupté, après la pluie, les murmures s'accrochent aux fenêtres, les rideaux en quinconces ondulent dans ce calme fracassant, dans un souffle étouffé, les turbulences de dentelles, tandis que sur mes joues, la poudre écrasée, les effluves irisées , sur mes lèvres, s'endorment quelques mots solitaires. Après la pluie,  il y a comme l'espoir en personne, cravate et smile nacré , l'espoir  qui s'attarde aux coins des sourires timides, après la pluie, l'arc en ciel ouvre une deuxième scène, slam des couleurs, un entre –deux des possibles, une entracte presque  imaginaire, c'est comme si les phrases suspendues comme des gurilandes  remplissaient le vide de musiques rondes , comme si , tu restais avec moi, dans ce cocon illusoire, mes pensées au compte gouttes, qui rampent, sur ton corps sinueux, jusqu'à que, à nouveau les nuages se gonflent, fiers et grisés , de nouvelles  floues ,  du coton dans mon abécédaire

Report this text