Je n’aurais rien à dire

Patrick Gonzalez

Peinture Carlo Caravagna

Je n'aurais rien à dire,

Pas un bruit, aucun mot.

Seulement ce silence qui glisse sur ta peau,

Ce frôlement soudain,

La chair qui frissonne, tendre, au ballet des mains.

Tes courbes, tes rondeurs, tapies sous la dentelle,

Où le souffle s'égare quand l'envie se réveille.

Cette offrande muette,

Tous ces sucs, ces miels, aux lèvres, scintillants.

Je n'aurais rien à dire,

Pas un bruit, aucun mot.

L'arrondi délicat de tes attaches fines,

Le galbe d'un mollet, la courbe d'une hanche,

Tes mille et un secrets déclinés en patience,

Cet amour qui se tait et fait ta connaissance.

Report this text