Séance pour tous publics

Ana Lisa Sorano

 

  Petite station balnéaire de la côte vendéenne. Vacances de Pâques fraîches et pluvieuses pour nous cinq qui avons loué un gîte entre amis. Tant pis pour les balades, aujourd'hui ce sera cinéma. Le dernier Woody Allen ou le film avec Binoche ? Tiens, une séance à 16h30 qui nous libèrerait bien la soirée.

  Hop, nous roulons vers cette zone commerciale où se trouve le « complexe » de 8 salles. Vite, trois rangs avant le dernier, parfait, excellentes conditions de confort visuel. Le dernier rang aussi semble occupé, quelques personnes de-ci de-là sur les côtés. Devant nous, à plusieurs sièges de distance, deux jeunes filles de 14-15 ans qui rient et jouent avec leurs Smartphones. Ambiance sympathique.

  Les filles s'agitent, on dirait qu'elles attendent quelqu'un…

  Et puis l'une d'elles, une brune aux longs cheveux se retourne, fébrile, et ses yeux se portent sur les derniers rangs. Elle pivote, effarée, vers son amie en soufflant : « Y a que des VIEUX ! ».  On sent le désarroi dans sa voix. Elle a parlé un peu fort et, surtout, sa phrase est tombée dans un silence mat, à un moment où les bavardages avaient cessé.

  Chacun dans notre petit groupe réfléchit sans doute : trois d'entre nous travaillent toujours, seul notre ami divorcé grisonne un peu, c'est le langage des jeunes… Je me retiens de me retourner à mon tour pour observer les rangs derrière nous.

  Les petites cherchent fébrilement dans leurs mobiles puis, franchement, s'adressent à nous : « C'est quoi le film ? » demande la rouquine. Nous la renseignons.

  Nouveaux frémissements des filles qui s'interrogent…On peut supposer qu'il y avait rendez-vous et qu'il y a un problème : la salle, le film, l'heure ? Le  public ?

  En tout cas c'est raté pour elles, elles s'enfuient avant le début de la séance, dans un grand déploiement d'écharpes.

  Elles ont risqué gros !                                   

Report this text