E viva la vita.

junon

En ce moment, j'en ai assez.

Marre, et même plus encore...

Chaque matin, le réveil qui sonne me rappelle à l'ordre de cette vie dont je ne veux plus, chaque journée passée plombe mon quotidien de son poids d'amertume, de temps perdu, moi qui ai pris conscience qu'il en restait peut-être si peu.

Demain, le jour d'après, tout soudain, je le sais, ce sera peut-être la fin...

Vous aussi vous le savez.

Mais on ne le dit jamais qu'en baissant légèrement la voix, blasé, l'air averti de celui qui a du vécu, sentence de psychologue à la noix assénée au bord de l'ivresse, bavassage de comptoir,  ou discussion de fin de soirée, lorsque tout le monde se retrouve un peu bourré autour de cette bouteille de vin trop vite éclusée.

Sauf que c'est vrai.

Terrifiant, mais vrai.

Un jour, pour de bon, votre vie peut basculer. En quelques minutes, passer d'un avant à un après glaçant, passer d'un cœur qui bat à une âme qui se débat, passer des projets à un "no future" terrifiant.

Je ne vous listerai pas dans le détail la forme que ces incidents de parcours peuvent revêtir. C'est inutile, et sans grand intérêt. Je suis certaine que votre imagination est tout à fait capable de les envisager, même si vous la muselez soigneusement la plupart du temps.

Ils sont nombreux, variés, autant que les minutes où ils se sont tapis, vous guettant de leurs crocs acérés suintants de terreur.

Sauf s'ils sont de la catégorie qui vous place brutalement et définitivement hors concours, de celle qui vous retire du monde des vivants avant même que d'avoir eu le temps de faire vos adieux, vous allez alors vous trouver devant une terrible obligation... continuer à vivre.

Je ne plaisante pas, croyez-moi !

Car passé les premiers moments de sidération, ou de négation, ou de révolte pure, il faudra faire avec, composer, parce que oui, terriblement, lorsque l'on vous retire tout espoir, la vie continue malgré tout, souvent encore pendant un temps, quelques minutes, ou quelques heures, ou quelques jours, ou quelques mois...

Si un jour vous en veniez à vivre une telle expérience (et sauf sénilité avancée vous interdisant d'être totalement conscient de ce qui vous arrive, c'est on ne peut plus vraisemblable...), vous seriez alors sans doute confrontés à une drôle de dualité. Comme si l'on avait scindé votre âme en deux parties, peut-être inégales, mais réclamant chacune leur dû (sachant que plus l'expérience sera vécue jeune, plus le schisme sera violent...)

D'un côté, votre petit moi triomphant de l'adversité, se réjouissant de s'en être sorti, imbu de lui-même et de son pouvoir, persuadé de sa force et de sa grandeur... car oui, moi, j'ai surmonté ça...

Je suis le plus grand, le plus beau, le plus fort.

Et de l'autre, votre petit moi pétrifié de trouille, frappé de stupeur, abasourdi, tétanisé... encore et  pour toujours sous le joug de la grande griffe noire et gelée, soudain conscient de la brièveté de l'existence, de son absurde fragilité, de sa terrible vulnérabilité...

Sans doute la suite des évènements sera-t-elle fonction de votre tempérament, mais quoi que vous fassiez, qui que vous soyez, vous serez confronté à ces deux versants de l'après, et votre vie en sera définitivement changée... pour le temps qu'il vous restera à vivre.

Certains ne s'en relèveront pas, d'autres mettront les bouchées doubles, mais la peur restera à jamais votre compagne de chevet.

Mon remède à moi pour éviter la rechute et la glissade sur cette dangereuse pente de désespoir, c'est de me démener pour changer cette vie dont je ne veux plus, faire en sorte de ne pas regretter un seul jour qui passe, inonder de lumière chaque recoin de ma vie, me baigner de douceur, aimer à en crever, m'étourdir de douceur contre des corps offerts, boire la passion, la démesure, l'ivresse des corps emmêlés, m'endormir dans les rêves d'un autre, me réveiller dans son sourire, savourer le moindre rayon de soleil, une caresse sur ma joue, la tête de mon chat qui se love éperdue au creux de ma paume, croquer une pomme un peu sûre, butiner son jus qui éclabousse ma langue, son odeur qui envahit mon nez,  la résistance de sa peau, et son craquant sous mes dents, réjouir mon cœur au bouquet de fleurs fraîches posé sur la table du salon, rêver à un demain plus beau encore, écouter le rire en cascade de ma fille, et prier pour que la vie lui sois douce, pleurer parfois, un peu, pour que les larmes fassent leur travail de guérison, poser mon doigt sur les plumes d'un oiseau, et sentir battre son cœur, me baigner dans des eaux transparentes  et laisser mes peines s'y dissoudre, regarder la lune teinter les nuages d'argent, sentir les gouttes de pluie éclabousser mon visage de leurs éclats frais, respirer l'odeur de la terre, après, quand revient le soleil, rire, encore et encore, de tout, de rien, et surtout de ce qui n'est pas drôle, faire rire, encore, pour la joie des yeux plissés, et du partage innocent, croquer la vie comme une sauvage, bousculer les conventions, le poids des attentes, exulter, vibrer, aspirer le suc de la vie par chaque pore de ma peau, et dans ce tourbillon, m'oublier, enfin...

Concilier l'exigence avec suffisamment de satisfactions pour que la vie reste ... vivable.

Périlleux exercice quotidien de funambule ...

  • Merci Jean-Louis, mais oui, on les traverse ces épreuves, et au final, on en sort souvent grandi, même si certains soirs, cela pèse un peu plus...

    Frédéric, plus forte qu'elle, je ne sais pas, mais assez pour en profiter et la savourer chaque jour.. oui !!

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • Sois plus forte que la vie.
    Toujours!

    · Ago over 8 years ·
    Un inconnu v%c3%aatu de noir qui me ressemblait comme un fr%c3%a8re

    Frédéric Clément

  • Comme c'est bien dit, comme c'est touchant, comme c'est triste aussi, les épreuves que l'on traverse, notre capacité à encaisser. Un texte d'une immense sensibilité, Junon.

    · Ago over 8 years ·
    Stamped 500

    Jean Louis Michel

  • Merci Pouetpouet (j'adore le pseudo...), Omicron, Nonohism, d'être passés par là.

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • Et là, je me demande pourquoi nous ne sommes pas amis façon WLW.
    Vite, réparer cette erreur avant qu’il ne soit trop tard :-)

    · Ago over 8 years ·
    Omicron 1 orig

    Christophe Dessaux

  • A force de "funambuler", si on ne chute pas, on s'épuise quand même beaucoup. Un autre a dit: "La vie est une maladie, sexuellement transmissible qui ne s'achève que par la mort". Je partage pleinement tes petits remèdes quotidiens.

    · Ago over 8 years ·
    Ic16 orig

    pouetpouet06

  • Merci à vous Mys, Eaven, Ysa, Anne... Merci de votre lecture et de vos mots.

    Touchée...

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • J'arrive avec beaucoup de retard mais je partage ton sentiment tout en sachant que vivre intensement veut parfois dire aussi pouvoir souffrir intensement...c'est ça aussi la vie...en funambule (j'adore ce mot!!!) Merci Junon.

    · Ago over 8 years ·
    20170621 cbc 495   copie

    ysabelle

  • Impossible de commenter. Beaucoup aimé la poésie et la sensualité des remèdes pour le reste, je ne peux rien dire, c'est bien trop compliqué. Très beau texte et toujours très belle écriture d'une femme, bel être humain.

    · Ago over 8 years ·
    Gants rouge gruauu 465

    eaven

  • pas pu venir avant!
    mais je suis contente de ne pas être passée à côté de ce texte qui me touche...
    bises!

    · Ago over 8 years ·
    Img 0052 orig

    Karine Géhin

  • Aucun doute que ça ferait du bien... les câlins, c'est quand même un des meilleurs trucs que je connaisse !!

    Mais en tout cas, vos commentaires et la chaleur qui s'en dégage valent bien des épaules sur lesquelles se reposer...

    Merci à tous. :-)

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • juste une grande envie de prendre ton visage entre mes mains, de le poser sur mon épaule, et se taire après avoir dit: Putain de merde comme tu as raison!!!!!!!!!!

    · Ago over 8 years ·
    Dis pas ca 1 465

    divagations-solitaires

  • Ouch normal que c texte me parle et me touche ?? Oui trouver un équilibre entre les obligations quotidiennes et les petits Plaisirs de la vie qui vous rendent vivants!!!

    · Ago over 8 years ·
    Suicideblonde dita von teese l 1 195

    Sweety

  • Merci à tous les deux... :-)

    Et Jones, dans le même genre, une phrase que j'aime beaucoup, d'un Mr Bernard Le Bovier de Fontenelle (ça ne s'invente pas !!) :" Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant."

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • J'ai un ami qui dit ceci : La vie, aucun d'entre nous, n'en sortira vivant !
    J'adore cette phrase et elle résume tout ce que tu viens de dire. Chouette texte qui fait un peu peur au début mais qui se termine sur une belle déclaration d'amour à la vie ;)

    · Ago over 8 years ·
    Dsc00245 orig

    jones

  • Merci Mathieu... :-)

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • @Hermanoïde, je ne comprends pas très bien ta mise en garde:"attention à l'auto hypnose"... Si le leitmotiv est de profiter de chaque instants et d'avancer quoi qu'il en soit, je ne vois pas trop où est le danger.

    @Sophie, je savais que tu comprendrais... j'ai découvert en te lisant que nous avons une expérience en commun.

    @tous les autres, merci de vos commentaires .. :-)

    · Ago over 8 years ·
    Jos phine nb 7 orig

    junon

  • Je pense à ce truc qu'on dit, un peu passe partout, quand ça ne va pas, quand il y a un deuil, un évènement sur lequel personne n'a prise... "et pourtant, la vie continue"
    Oui, mais elle ne peut pas continuer sans nous, donc il faut bien continuer avec.... J'aime beaucoup la description de ton remède, comme tu dis, les mots et les situations invitent à la poésie, à la vie, à la sensorialité... Merci

    · Ago over 8 years ·
    120x140 image01 droides 92

    bleuterre

  • Je comprends très bien. Surtout la peur. Apprendre à la blackbouler pour se rendormir lors d'insomnies. Garder en tête que rien n'est écrit;

    · Ago over 8 years ·
    Img 1518

    divina-bonitas

  • Belle écriture, comme un élan vital.
    Attention à l'auto hypnose, tout de même.
    Et patience, la vie est courte, mais elle est longue...
    C'est vrai qu'il y a peu du Capitole à la roche Tarpéienne, mais ça marche dans l'autre sens aussi.

    · Ago over 8 years ·
    Bosch bulle fleur400

    hermanoide

  • J'adore cette phrase: "Vous allez alors vous trouver devant une terrible obligation... continuer à vivre"

    · Ago over 8 years ·
    220px lautr%c3%a9amont by vallotton

    Bryan V

  • Il faut lire les Intermittences de la mort de Saramago où il imagine un monde où la mort n'existerait plus
    sinon je crois que ce qui fait justement le sel de la vie c'est le côté irrémédiable de sa fin... Cela nous permet un peu le fameux Carpe Diem

    · Ago over 8 years ·
    Tyt

    reverrance

Report this text