Les mémoires plus ou moins vrai de Maitre Scarabée

Remi Campana

Rapport du docteur Ivan Schmidt, relatif à la personnalité de

Maître Scarabée.

Avertissement :

Pour préserver notre aimable clientèle de certains propos de l’auteur, d’une violence extrême,

nous avons fait appel aux services de l’éminent docteur honoris causa de l’Humboldt-

Universität zu Berlin, Ivan Theodore Adolph Schmidt. Lorsque nous lui avons fourni

l’intégralité manuscrite de ce récit (à l’époque seuls les quarante-quatre premiers chapitres

nous furent adressés), le docteur passa presque une année à les étudier. Montant plusieurs fois

au plafond à leur lecture, il nous a fourni un rapport détaillé sur la personnalité du narrateur et

ses multiples facettes.

Ci-dessous le résultat de son bilan, que vous pouvez consulter :

Rapport du 05/08/2009

Apres une analyse complète du contenu de l’ouvrage « Les mémoires plus ou moins vrais de

Maître Scarabée, le plus grand des faussaires, où le suicide par la justice », je peux attester

que ;

-1, Le sujet qui a écrit ces pages, souffre d’une personnalité instable. Dans les premiers

chapitres, il passe régulièrement de la première personne à la troisième, ce qui montre un

homme mentalement perturbé qui n’arrive pas à gérer ses conflits secrets, et on peut

considérer ce manque d'adaptation sociale comme un aveu d’une schizophrénie juvénile et

pré-pubère.

-2, A souligner, que l’’individu X semble subir un sentiment d'infériorité depuis sa plus petite

enfance, ce qui provoque chez lui une inhibition d’ordre émotionnel et/ou une carence de

sentiments et de compassion à la misère des autres, ces désordres affectifs pouvant lui faire

perdre, à tout moment, la maîtrise de lui-même, je conseille donc de l’éviter.

-3, On remarque qu’a partir du chapitre vingt-quatre le sujet se considère comme adulte et

souffre d’une fixation sur la bassesse de ses contemporains, son humeur ironique et cynique

résultant de cet antagonisme entre son ambition à se croire supérieur et un défaut d'amour-propre.

A noté des tendances au suicide, au despotisme et au sadomasochisme sont

clairement identifiables entre chaque mot.

-4, Attention, il faut bien prendre en compte chez lui une tendance à la perfection qui ralentit

son désir de réussite ; on peut associer cette démence à une forme d'hypocondrie, dont ne

serait pas étrangère une consommation excessive de drogue et de nourriture. Toutes ces

4

activités impulsives sont menées à la dérobée et il est certain que ces deux passions le

mèneront à sa perte.

-5, Quant à son identité sexuelle, sa préférence ne se porte que sur des femmes aux

pathologies déficientes qu’on appelle de petite vie ; preuve de son mauvais goût : là où un

homme normal paye, lui les aime, prouvant ainsi l’image déformée de sa propre virilité, ce

qui me fait diagnostiquer des faiblesses très distinctes dans son sur-moi. De cette manière, on

peut souligner une incapacité à persévérer dans tous les domaines qui impliquent des choix,

comme une profession, une amitié ou la fidélité. Seule une valeur a de l’importance à ces

yeux, la vengeance associée à son combat contre toute forme d’autorité. Cette affection

psychotique, le rendant incapable de se positionner entre le bien et le mal, peut le conduire à

toutes formes d’activités criminelles.

-6, Le patient, au niveau de ses comportements idéologiques, se perd dans des visions de

l’union des réalités et d’une forme bien spécifique de spiritualité, car en fait il faut y voir un

prisme déformant dans son manque de confiance envers les autres et une sensation

paranoïaque d'être tourmenté par ceux-ci. Quant à son mode de pensée consistant à maintenir

des idées inaccoutumées, il provoque chez lui des concepts circulaires et alambiqués,

stéréotypés et allégoriques. Selon toute probabilité, on peut dès à présent qualifier sa maladie

de chronique et persistante, avec dans les années qui viendront une tendance à l'aggravation.

Grâce à lui nous pouvons rajouter aux familles du sadisme et masochisme, le campagnisme

(plaisir a se/et faire souffrir en solitaire).

-7, En conclusion, je résume les mots les plus importants de sa personnalité, sautes d'humeur,

mythomanie, violence, dépression, drogue, obésité-morbide, sentiment profond de solitude,

repli partiel des responsabilités, tendance à l'égocentrisme, à la vanité, à l'exhibitionnisme,

aux enfantillages, et crime le plus grave, un refus de considérer les autres d'égal à égal.

J’affirme que cet individu du nom de Maître Scarabée, est nuisible pour la société et pour la

pensée de nos enfants, je préconise qu’on brûle son récit et qu’on l’enferme définitivement

dans un asile d’aliénés, voire qu’on l’aide à mourir.

Fait à ce jour, pour servir à qui de droit :

Ivan Theodore Adolph Schmidt.

Après une forte hésitation de la rédaction et des réunions houleuses, nous avons décidé de

vous présenter dans son intégralité, les Mémoires de Maître Scarabée.

Malheureusement nous sommes dans l’obligation de les interdire aux moins de 18 ans et aux

plus de 81ans, pour des raisons évidentes de déontologie sécuritaire et de santé.

Pour tous les autres qui liront ces lignes, cela se fera à vos risques et périls :

1.  LA NAISSANCE DE MAÎTRE SCARABEE

 

 

Toute histoire commence bien quelque part. La mienne débute donc en Provence où naquit un soir d’hiver de mille-neuf-cent-soixante-et-onze un chérubin plus laid que beau. 

A la vue d’un laideron pareil, le médecin qui l’extirpait du ventre de sa mère en eut un haut le

cœur, il n’en croyait pas ses yeux, et ne savait que faire. Jamais en vingt ans de carrière chose

pareille n’avait vu le jour. Quelle mauvaise moquerie de la nature avait créé cela ? Pourtant il

était habitué aux amputations, malformations ou fausses couches, choses si habituelles pour la

profession qu’on n’y prêtait même plus attention, mais ici c’était différent… Notre homme

malgré son vilain métier restait humain. Fallait-il faire preuve d’humanité en garrotant le petit

avec son cordon ou lui laisser la vie ?

Heureusement sa lâcheté naturelle reprit le dessus, bredouillant son serment d’Hippocrate, il

s’en remit à Dieu, fermant ses paupières, le portant avec des pincettes, il le déposa dans les

bras salutaires de sa mère. A l’examen du rejeton la pauvre femme pleura de tout son être,

criant a qui voulait l’entendre qu’on lui avait subtilisé son lardon, celui-ci ne pouvant pas être

le sien, il n’avait rien d’elle ni de son père.

Après le désespoir, très vite l’esprit maternel reprit le dessus ; certes il ressemblait à un

coléoptère, mais une maman reste une maman, et chaque seconde qui passait les rapprochait.

Pendant ce temps Monsieur « Edmond Maître » prévenu par téléphone de l’heureux

événement, terminait de se tuer à la tâche, sa chaude-pisse pas encore finie, et pas négligeant

pour deux sous, il achevait gaiement de culbuter sa large voisine. Il aimait ces orgies de

cellulite, ces chairs moelleuses et odorantes qui bougeaient dans tous les sens, le rendant

poète à ses heures. Et sans une miette de vaseline, il s’infiltrait avec malice, l’étape finale

ainsi conquise, et déchargeait gaîment dans le large orifice.

La besogne ainsi terminée, heureux et soulagé, il laissa échapper :

- Ma coûteuse, sois heureuse : à l’heure actuelle, ma laitière a du mettre bas, je suis donc papa

et par-dessus le marché joliment en retard, repasse donc vite tes guenilles et prend le large.

D’une délicatesse exquise, le brave homme, avec l’élégance qui le caractérise, lui promit de la

revoir, n’oubliant pas au passage de lui donner une bonne petite claque sur ses fesses

flasques. Et l’autre, aussi conne qu’un manche à balai, ricanait d’un rire bébête à ces

galanteries un brin trop masculines.

Une fois l’intruse disparue, remontant son jeans a pattes d’eph’ sur son sexe endolori, il se

laissa aller à quelques flatteries en s’accoutrant d’une chemise hawaïenne. Pour la touche

finale, il s’asticota la banane et lustra sa moustache a rebrousse-poil. Se trouvant ainsi

10

admirablement apprêté, il s’assaisonna pour parfaire sa silhouette d’un demi-litre d’eau de

Cologne. Qu’il était beau ainsi mis, ajoutant à ce parfum de galanterie populaire une casquette

Ricard qu’il avait gagnée à l’achat de trois bouteilles de la même marque. Puis se

commandant un taxi il alla jusqu’à l’hôpital.

Et en cours de route il bifurqua par le cimetière. Arrivé sur le tombeau de sa mère, le vieil

hypocrite laissa perler une larme imaginaire, tout en lui apprenant la bonne nouvelle qu’elle

devenait grand-mère. La vieille qui avait dû terminer en enfer apprécia, elle qui était morte de

chagrin à l’annonce des fiançailles de son chérubin avec une Ibère aux origines suspectes.

Bien sûr, comme à son habitude, le cher Edmond ne perdit pas le nord, prenant quelques

fleurs sur les tombes voisines, les humectant légèrement, il en retira les pétales fanés, et les

déposa pieusement sur le marbre de sa chère maman, se réservant au passage le plus beau des

bouquets pour l’offrir a sa tendre moitié - il faut dire qu’elle n’avait pas chômé pendant ses

neuf derniers mois, il fallait bien la remercier, et ces petits escamotages un rien déplacés

rembourseraient tout de même le transport.

A l’arrivée, il ravala ses amygdales car le taximètre indiquait douze franc quarante.

En ronchonnant il eut dur à payer cette note un brin salée ; d’une main tremblante il délogea

ses biftons, tout en se maudissant. Le chauffeur, cet idiot, eut en plus l’outrecuidance de lui

demander un pourboire (je vous rassure sur ce point, il ne lui en donna pas). Avec une gueule

de déterré, claquant la porte du fier carrosse, nerveux et dégoûté, il regrettât que le mirliton

ne fût pas mort en couche, auquel cas il aurait pu venir à pied seulement le lendemain pour

reconnaître le corps et économiser ainsi un transport.

Devant ce bâtiment infâme, pour la première fois qu’il y mettait les pieds, il trouvait que

c’était quand même impressionnant, un hôpital. Tout Penaud, son mouchoir sur le nez de peur

d’attraper une maladie, il s’approcha d’un pas hésitant en direction de l’accueil. Sa surprise

fut des plus grandes à l’annonce de son nom, la standardiste sans grâce et bien grasse semblait

confuse à sa vue et, au lieu de lui indiquer la maternité, le fit s’asseoir et appela discrètement

le responsable.

L’attente paraissait longue entre tous ces malades. Les brancards entraient et sortaient. Rien

de bien agréable en somme, sauf peut être un noyé à demi décomposé qu’on venait de

récupérer, l’honnête homme qu’était mon père s’amusant à compter les morceaux qui

manquaient, mais en dehors de cette amusette, l’ennui l’accablait. Heureusement, juste en

face de lui, il y avait deux hommes, deux éphèbes blondinets dont l’un se lamentait pendant

que l’autre le cajolait. Edmond à l’écoute de leurs voix les soupçonnait d’être un peu de la

voilure. Oh ! Il n’avait rien contre ces sodomites, mais enfin de là à les avoir à côté de lui !

Et puis franchement, ces jérémiades commençaient à l’agacer si bien qu’il se mit à tendre

l’oreille. Le plus petit des aryens hurlait à s’en rompre les amygdales :

- Elle ma trompé ! Pour la première fois que je fais acte d’être un mâle, j’hérite d’un petit

noir !

Et le deuxième plein d’amertume ne put s’empêcher de pleurer à ses côtés tout en lui donnant

l’accolade.

- Ma chochotte, sois honteuse ! Je te l’avais bien dit, voilà ce qui arrive de vouloir paraître un

hominien tombant dans la normalité ; en plus de ça, les femelles n’apportent que des

problèmes au sexe faible.

S’entremêlant pire que des joueurs de ballon, ils se mirent à pleurer sur les désillusions des

amours perdus. Voilà quelque chose qui ne lui arrivera pas à lui, « Edmond Maître », il n’était

pas comme ces deux godillots de la jaquette ; les femelles il savait les mener à la baguette, et

11

se sentait scandalisé à la vue d’énergumènes pareils!!! Il se mit à rire, d’un rire malsain tout

en se déplaçant de deux sièges. Avec ces oiseaux vicieux porteurs d’une multitude de

cochonneries on n’est jamais à l’abri d’une sale maladie.

Mais très vite, il devint mélancolique, dans sa tête les questions défilaient. Et si elle aussi

avait accouché d’un petit négrillon ? Une peur panique le posséda. L’infidélité chez un

homme est une marque de bonne santé, la preuve : il pratiquait ce sport régulièrement. Lui

savait bien que les femmes mariées sont volages par nature, il les troussait si souvent qu’il en

avait l’habitude. Mais la sienne, le cocufier, la chose était impensable !

Quand enfin, la démarche tremblante, il vit le médecin approcher, il se posa la question de

savoir si son calvaire prenait fin. Le regard fuyant, Monsieur Maître ne pouvait attendre;

- Il est noir, Docteur ?

- Noir, non, pourquoi ?

- Même pas un peu café crème ?

- Non je vous rassure, il est tout le contraire.

- Déjà une heure que vous me faites mijoter, où se trouve donc le problème ?

La gêne au bout des lèvres, le brave homme ne savait que répondre, il bafouilla ;

- Votre fils est laid.

Tout ce temps perdu pour une telle jérémiade, la bagatelle semblait bien superflue !

Spontanément, Edmond appuya sur le bouton, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et, en une

fraction de seconde, il se retrouva au bon étage. Déstabilisé par cette révélation, le temps de

compréhension dura un bon moment, chose si normale pour une personne qui utilise ce sens

aussi peu souvent. Soudain, dans le couloir, son errance s’arrêta, quand il croisa un brave

homme qui ne demandait rien à personne. Le patriarche, l’échine courbée par les années, se

baladait gaiement, traînant son pied à perfusion, tout en s’apprêtant à descendre s’enfumer les

poumons.

- Cher homme, pouvez-vous me dire la direction de la maternité et si possible la chambre de

ma tendre désirée, Madame Maître ?

Le vieux, surpris, comprit à qui il avait à faire.

-Bonne mère des anges, ce n’est pas Dieu possible, vous êtes le père de l’horreur, comment

cela se fait-il qu’à notre époque le bon Saint Roch vous ait permis une épreuve pareille ?

Par sa déplorable intervention, le pépé se retrouva plaqué dos contre le mur, à quatre-vingt ans

passés, il venait de prendre la première estocade de sa vie. Pris de court, il en avala sa sèche,

tout en relâchant ces intestins, et cet indécrottable en fut quitte pour changer de pyjama.

D’une main tremblante, il pointa du doigt la maternité tant recherchée ; et en guise de

remerciement, notre nouveau papa le lâcha avec fracas. Par cette belle action le vieux mourut

sur le coup, dans la plus totale des béatitudes.

Reprenant son enquête avec la démarche d’un militaire, hargneux et blessé dans son orgueil,

notre petit chef ouvrait les portes les unes après les autres, en oubliant toutes les convenances.

Il la trouverait bien, cette garce qui lui servait de femme. En attendant, à chaque ouverture,

tous les spectacles s’offraient à lui, des moins rigolos jusqu’à des scénarios bien plus

originaux comme l’infirmière en chef qui broutait sa stagiaire, une jeunette d’au moins trente

ans sa cadette. Ah ! Si des obligations urgentes ne l’attendaient pas…

Mais, en véritable gentleman, il ne put déroger à sa tâche, entrant en trombe il les viola à tour

de rôle. L’entreprise fut des plus payantes, en plus de les avoir remises sur le droit chemin, sa

12

sempiternelle errance prit fin, ces demoiselles, satisfaites des vingt-deux centimètres du

besogneux, lui indiquant la bonne direction.

Enfin arrivé dans la chambre, les jambes flageolantes il fut surprit par l’odeur de sainteté qui y

régnait. Telle une madone, sa gracieuse lui souriait.

- C’est une fillette ? demanda-t-il le coeur serré.

- Non, dit-elle, il est comme toi avec la même petite anomalie entre les cuisses.

La nouvelle fut amère, lui qui désirait tant une fille, car les soirs d’hiver elle lui aurait fait

oublier les outrages des années. En sage, il se fit une raison, il n’en restait pas moins un galant

homme.

- Eléonore, ma mie, vous m’avez fait le plus beau des cadeaux !

En réalité, le vieux salaud n’en pensait pas un mot. Avec dignité, à la manière d’un empereur

sur le déclin, il lui pinça le lobe de l’oreille. Sur la pointe des pieds, il s’approcha du landau

où sommeillait le marmot. Avec une délicatesse sommaire, il souleva la couverture pour voir

son visage.

Le choc fut brutal.

Le regard d’Edmond s’écarquilla, criant à qui désirait l’entendre que jamais ce laideron ne

porterait son nom. Puisqu’elle n’avait pas réussi à le crever à la naissance, il fallait en finir

sur le champ. La pauvrette à moitié hystérique, ne comprenant rien à la folie de son mari, se

jeta à ses pieds, le suppliant de se ressaisir, mais rien n’y fit. Hermétique à tout discours, il

la menaça de la défenestrer, si elle ne mettait pas un terme a toutes ces élucubrations

malsaines. A court d’argument, il empoigna le rejeton mais la mère, comme toutes les

génitrices, résista par quelques coups de griffes et de dents. Le père, grâce à ses taloches et à

la légèreté de ses talons, fit vite taire cette récalcitrante.

Courant dans les méandres des corridors avec son poison, l’idée d’un infanticide lui vint

spontanément. Ne sachant que faire et s’apprêtant à commettre l’irréparable, il se posa la

question, que faire ? Le passer à la moulinette ou le couler dans du béton ? L’idée la plus

simple lui vint, devant l’escalier de secours. Et s’il mourait d’un accident ? Le soulevant au

dessus de sa tête, il s’apprêta à lui faire découvrir les clefs du paradis, quand son regard croisa

celui du nourrisson…

Un long silence succéda à cet instant magique.

Monsieur Maître prit conscience d’être son père. Blottissant le pisseux contre sa poitrine, le

couvrant de mille baisers, il prit la décision de lui laisser la vie. Le rapportant à sa mère, il eut

honte de la voir ainsi geindre, et l’aida à se remettre au lit, tout en lui demandant pardon.

Après tout, avoir un fils laid est une chance. Ne perdant jamais le nord et voyant toujours les

bénéfices à long terme, en grandissant, celui-ci lui éviterait la concurrence. C’est vrai qu’il

ressemblait plus à un insecte qu’à un grand prince, et de cette déduction, il persista à en être

fier, et pour clôturer ce chapitre, son prénom fut tout trouvé, il l’appela SCARABEE.

Ainsi s’acheva ma naissance un brin mouvementée je vous l’accorde, mais si j’avais su le

reste de mon aventure, je me serais peut-être porté absent dès le commencement. Mais, pour le moment, j’étais heureux d’être en vie.   ( A suivre…)

  • Merci à tous

    · Ago almost 14 years ·
    Cover ok orig

    Remi Campana

  • Jubilatoire!!! je commence ce matin et j'ai bien l'intention de poursuivre...je me demande quand même s'il n'aurait pas été préférable de le balancer dans l'escalier de secours...Quelle écriture dense et insolente... Chouette.

    · Ago almost 14 years ·
    Burton 1 orig

    inta

  • J'ai donc commencé par le commencement et je trouve ce début très prometteur, je me suis régalé de tous ces personnages immoraux. Le temps me manque mais je reviendrai découvrir la suite pour j'en suis sûr mon plus grand plaisir.

    · Ago almost 14 years ·
     14i3722 orig

    leo

  • ouh la la, drôle de zigue que ce scarabée, je vais lire la suite de sa vie pour le moins étrangement commencée!

    · Ago almost 14 years ·
    121026 4690 sandrine virbel lolbis

    Sandrine Virbel

  • C'est peut-être son reflet qu'il a vu dans le regard de son rejeton. Sa magnanimité, ou plutôt sa pitié, serait donc finalement motivée par son narcissisme. Bravo pour ces 17 pages qui se lisent avec le sourire.

    · Ago almost 14 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

  • Voilà un texte qui mérite bien un 5/5 selon moi. Une belle maitrise tout au fil du texte. Assez fluide et captivant. Bien vu.

    · Ago almost 14 years ·
    Alice orig

    Alice Liddell (Falling Cards)

  • un texte au ton poivré, merci

    · Ago almost 14 years ·
    Papier peint de la galerie de photos windows orig

    odalie

  • délicieusement pervers...

    · Ago almost 14 years ·
    Cheval leonard 060309a orig

    gandalf989

  • De l'humour noir très original!

    · Ago almost 14 years ·
    Bambou orig

    ko0

  • CA Y EST JE COMMENCE LA LECTURE DU 1ER EPISODE; ON SE CROIRAIT DANS"LE PARFUM" J'AIME L'HUMOUR ET LE CYNISME

    · Ago almost 14 years ·
    Sans titre

    agathe

  • Merci a tous

    · Ago almost 14 years ·
    Cover ok orig

    Remi Campana

  • hilarant! ...et bien écrit !

    · Ago almost 14 years ·
    Default user

    djarai

  • je suis intriguée.....

    · Ago almost 14 years ·
    Ma photo

    theoreme

  • Si vous aimez Bérurier (San Antonio), alors vous aimerez Rémi Campana et son Scarabée.
    En effet, je reconnais le style de Maître Dard, Frédéric de son prénom.
    J'aime assez, pour se détendre et se fendre la poire (à coup de hache).
    C'est vrai que les retours à la ligne peuvent perturber un chouia, mais il y a moyen de remédier à cela.
    Bravo en tout cas.

    · Ago almost 14 years ·
    Claude  20081212 130801 orig

    Claude Cotard

  • Grand merci a tous

    · Ago almost 14 years ·
    Cover ok orig

    Remi Campana

  • Je retourne le compliment, j'aime vraiment le style !

    · Ago almost 14 years ·
    Default user

    orphee

  • J'adore, j'accroche totalement à ce style d'écriture, je m'empresse de lire la suite !!

    · Ago almost 14 years ·
    Default user

    vertige-des-points

  • Quel rythme endiablé... J'apprécie !

    · Ago almost 14 years ·
    B

    brunoh

  • Les retours à la ligne sont désagréables ; cela ne m'a pas fait rire, mais il y a de l'idée ! ^ ^

    · Ago almost 14 years ·
    10284 the abbey in the oakwood caspar david friedrich orig

    nicolas-petroux

  • Franchement super, j'ai rigolé pendant toute la lecture de ce chapitre, j'ai hate de lire la suite, ce que je vais sans doute faire dans les prochaines heures.
    Un grand bravo, c'est ce genre d'histoire qui manque.
    Et en plus c'est bien écrit, que demande le peuple.

    · Ago almost 14 years ·
    Dr.house avatar1 orig

    kira

  • Le côté humour noir et morbide du vieux punk nihiliste, quand y a pas d'espoir derrière, ça me défrise. Mais l'idée est bonne (division en partie, reflet de la société) et passera sans problème chez un éditeur. Bonne chance pour la suite!

    · Ago almost 14 years ·
    Dargon d absinthe orig

    Lézard Des Dunes

  • Étrange texte, j'aime beaucoup le style narratif très original, à voir dans la duré ?

    · Ago almost 14 years ·
    Default user

    lepoete-pouet-pouet

  • Je lirai la suite...

    · Ago almost 14 years ·
    Camelia top orig

    Edwige Devillebichot

Report this text