L'Homme manifeste son amertume à l'automne

enzogrimaldi7

Comment faire confiance à une humanité qui ne sait plus choisir qu'entre le totalitarisme aveulissant et le libéralisme névrogène ? Marcel Moreau Monstre

 

  Chaque année, pourtant, c'est la même rengaine. Le début de saison est trompeur: on se croit encore en été, alors on continue à sortir découvert. Le soleil est en fait plus pâle qu'il n'y parait, donc moins efficace à certaines heures, d'où ces fichus rhumes.


Et puis il y a ceux qui sont toujours mieux organisés, prévoyants, ordonnés, bref qui sortent couverts. Ils se racontent des histoires de couvertures, se félicitent du fait que ce soit enfin la saison des confitures.


Dans les journaux, hélas, c'est surtout l'époque de la déconfiture. On apprend que les propriétaires décident d'augmenter les loyers, les querelles éclatent et les incidents en tous genres se démultiplient.


La faute à l'inévitable rentrée qui fait se précipiter tout à coup des milliers de gens en même temps dans une arène pas toujours prête à cela. Les coquilles, pourtant bien ouvertes sous l'éblouissant soleil d'août, se referment inexorablement dans un bruit de porte de prison dont le verrou se nomme télévision.


Et pendant que l'on se leurre à lorgner The voice ou Touche pas à mon poste, dans une passivité léthargique, d'autres, bien actifs construisent un monde à leur image et s'en délectent sur notre dos.


Certains français réagissent maladroitement en brûlant la voiture de leur voisin (avec qui pourtant ils avaient bu le pastis un mois plus tôt). Nos ancêtres révolutionnaires doivent en pleurer de rire ou rire d'en pleurer selon que l'on est pour Danton ou Robespierre, pour Rousseau ou Voltaire; à quel poste évoluaient-ils sur le terrain ?


Danton et Robespierre jouaient derrière et faisaient parler la guillotine quand des attaquants du genre Rousseau ou Voltaire tentaient le passage en force.


Hélas, ceux qu'on écoute aujourd'hui ne sont plus des intellectuels de cette trempe-là, mais les footballeurs et les stars académiques dont le pouvoir se limite à l'appel au calme et non à la révolte idéologique. Dans ce désert philosophique un Cantona passe pour le nouveau Zarathoustra, mais on est bien loin de Nietzsche.


                                              @ @ @

Je me sens vivre dans tes entrailles, comme si tes souvenirs avaient lentement introduit mon âme dans toute la profondeur de ta chair. De même, je te porte en moi: à chaque battement de mon cœur, mon corps se traverse de la blancheur du tien, une flamme me parcourt. Ta bouche est dans mes lèvres, ta voix est le trésor de ma voix. Ton être est dans le mien comme une lampe dans le jour, qui brille aussitôt que l'espace se referme sur elle. Ta forme hante la mienne et si tu étais là, si je me faisais une révélation de ton corps, si je le pressais sur moi, je ne ferais que me pénétrer davantage de cette âme à ton image qui brûle au-dedans de moi.       Joe Bousquet  Lettres à poisson d'or.


Il devient urgent de promouvoir de vrais artistes comme Marcel Moreau ou Joë Bousquet, deux immenses talents laissés pour compte car porteur d'une prose qui dérange et qui renvoie dans les cordes les habituels lauréats de concours, prix et autres distinctions de pacotille.


Il en est de même en musique: qui a vraiment déjà entendu parler de Renaud Garcia Fons ou NGuyen Le, grands musiciens de jazz français quasi inconnus car peu ou pas médiatisés?


En fait, il en est ainsi  pour tout. Dans  '' La Fabrique de l'Imposteur'', Roland Gori démontre que notre société, favorisant davantage l'évaluation de la forme que le fond, court le danger de perdre une réelle indépendance et un vrai souffle créatifs car sclérosée par la norme.


A l'instar de Martin Luther King, il ne nous est pas interdit de rêver que les ventes de musiques du monde, jazz, blues et classique réunies cessent de ne représenter qu'un minuscule 5 %, ce qui revient donc à dire que les 95 autres sont pour le reste. L'économie risquant de s'effondrer si le rapport passait tout à coup à 50/50, nous nous contenterons de 80/20 pour nous donner plus d'oxygène.


Mon rêve est de vouloir rassembler, dans un grand sanctuaire de la taille de Las Vegas vidée de ses rats, tous les artistes qui ne sont pas reconnus pour d'obscures raisons, ainsi que tous les amateurs, dans une grande orgie culturelle. Et parcourir le monde à leur recherche sera mon sacerdoce.


Il faudra bien qu'un jour l'on finisse par reconnaître que l'art est le meilleur de l'Homme, sous toutes ses formes. Et la plus belle se décline en 5 lettres, commence par un a et se termine par un r.

                                                                       2006

  • A mettre dans ton "Las Vegart " Un artiste que tu connais peut-être... Je l'ai vu plusieurs fois en concert .Hypnotique ...
    https://www.youtube.com/watch?v=SSZ5r2zqy34

    · Il y a 9 mois ·
    Oeil

    anne-onyme

    • Las Vegart: voilà une bien brillante trouvaille! Merci.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Et je profite de votre intervention pour m'excuser au sujet de la malencontreuse coïncidence qui m'a fait publier ce texte de 2006 quii parle de Vegas quelques heures seulement avant l'attentat du 2 octobre. Mes respects aux familles des victimes.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • https://www.youtube.com/watch?v=vTQDVY3EEy0

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • puisque dans les commentaires l'ecclésiaste est cité par Marcus Volk, pour faire écho à votre texte je choisirai le verset 9-16" La sagesse vaut mieux que la force,
    mais la sagesse du pauvre est méconnue
    et ses paroles, personne ne les écoute."

    · Il y a 9 mois ·
    Default user

    Christian Le Meur

    • bienvenu et merci pour votre éclairage. effectivement la sagesse, voilà un rempart à la perdition. la sagesse implique le détachement, et le détachement induit une capacité à rompre pour avancer. ici il s'agit de rompre avec une idéologie nécrophage.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • C'est la saison qui veut ça x) vous allez voir, ça sera la même chose entre automne et hiver! Mais le monde reste beau, même s'il est défini par la manière dont on l'observe :) votre conclusion est belle d'ailleurs
    (C'est vrai que la coïncidence est drôle, mais l'automne aide!! Les feuilles tombent... Et il fait froid, vindieu)
    Profitez de la vie, choisissez vos chaînes, et si ça doit être un paquet de mouchoirs et une boîte de doliprane tant pis! (ou une boîte de sardines et un paquet de chips mais je me sens plus inspirée par le kit bronchite)
    Merci pour ce texte que vous nous avez partagé (même s'il y a pas mal de références que je n'ai pas pu saisir x) j'aime l'esprit)
    Bien à vous

    · Il y a 9 mois ·
    21765009 129430894369158 8985084520168090888 n

    koya-al-gaad

    • Superbe intervention et merci pour votre franchise, toujours très appréciée!

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • Entièrement d'accord avec vous ! L'injustice est la massue des puissants pour démolir ce pot de fleur qu'est le monde. Il y a tant à dire sur ce sujet... C'est un combat permanent et quasi imperméable pour ceux qui le subissent. Pourtant par rapport à la révolte idéologique, l'âme ne serait-elle pas elle même œuvre d'art sans cesse en mouvance ?

    · Il y a 9 mois ·
    17c25d2b

    Yitou

    • Bonjour et merci de passer par ici. Je vous suis tout à fait dans votre commentaire qui fait, je crois, parfaitement écho à ma conclusion.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • C'est notre civilisation qui se perd dans la superficialité de son quotidien. Il me semble qu'il émerge une sorte de prise de conscience mais sans effet d'entraînement pour l'instant. Peut être faut-il aller jusqu'au bout de ce que nous sommes pour que tous puissions repartir vers un autre idéal ?

    · Il y a 9 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Oui ici votre logique est indéniable mais j'ai bien peur que le ''bout de ce que nous sommes'' ne soit pas très enviable vu la tournure du ''développement de ce que l'on est''' actuel...très heureux de vous revoir par ici!

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Je suis assez pessimiste à moyen terme, voire, à court terme. Mais je nourris l'espoir d'une renaissance. L'humanité suit interminablement un mouvement de balancier. Et cela me ramène bizarrement à ma voisine de 97 ans chez qui toutes les horloges indiquent des heures différentes. Je ne vois pas pourquoi je pense à cela, mais je vous le livre tel quel !

      · Il y a 9 mois ·
      Coquelicots

      Sy Lou

  • amen :)

    · Il y a 9 mois ·
    Photo

    Susanne Dereve

  • "Il serait beau qu'un amour léger, changeant, couleur de thé, un amour éphémère et fou comme le tien, fût le dernier éclat de ma vie et j'aimerais reconnaître en lui le voile où se déroberait la face attendue de ma mort. Car tu sais bien qu'on meurt, ma chérie, que de tant d'amour, et de toutes ces larmes, il ne reste rien pas même un souvenir. J'aspire à cet oubli comme à la plus belle récompense. Dans mon nuage de fumée, abruti comme je le suis à cette heure avancée, après tant d'émotions, je te dis dans le plus sincère élan de gratitude et de foi: que tu es vivante, vivante; agile comme la flamme."
    Joë Bousquet Un amour couleur de thé
    On se sent moins seul à vous lire, merci de vos mots et de ceux d' autres tirés des ténèbres et offerts comme des bouteilles jetées à la mer... Il y aura bien quelqu'un de l'autre côté du rivage pour les ramasser.

    · Il y a 9 mois ·
    43220b67 8c2e 4e8d a4fd f153ebf17a4c

    sandrine-p

    • voilà un commentaire qui me décalque la tete, du genre dont on reve d'avoir tous les jours, mais si au moins ca arrive une fois, et bien c'est toujours cela de prix, ce feu de bois qui réchauffera le corps les soirs de grande misère. revenez quand vous voulez..;

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Je suis juste heureuse de vous rendre un peu du plaisir que j’ai pris à vous lire. Plaisir un peu trop rare à mon goût.

      · Il y a 9 mois ·
      43220b67 8c2e 4e8d a4fd f153ebf17a4c

      sandrine-p

  • Description d'un idéal. J'aime ! (like lol) Dans notre société qui aime la conformité en ne comprenant plus la notion intellectuelle et la diversité, le pouvoir de l'argent ne sait même plus donner de la confiture aux cochons. A qui la faute ? Facilité, tirer les choses vers le bas, c'est ce qui fait aujourd'hui la force du commerce. Car l'art aussi est aujourd'hui un commerce ... hélas.

    · Il y a 9 mois ·
    Gaston

    daniel-m

    • oui c'est là ou l'éducation échoue car elle n'aura pas su intéresser plus d'adeptes à ce meilleur qui hélas se diffuse moins. Logique oui, mais c'est trop déséquilibré à tel point que l'on manque d'oxygène dans cette masse indigente. faut bien appeler un chat un chien non?

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Tout à fait et je suis un adepte de la non langue de bois :o) Je pense que l'art et la culture ont simplement subit le même sort que la consommation. Il fallait produire des choses pleines de vide à petit prix pour satisfaire tout le monde tout en remplissant les caisses du capital. Nous sommes de plus en plus nombreux, mais l’exigence est affaire de chacun et à chacun de se battre pour le meilleur. Tous responsables !

      · Il y a 9 mois ·
      Gaston

      daniel-m

  • En plus du plaisir visuel et intellectuel, vous nous offrez là un joyau à l'incandescence éthérée : le jazz dans sa dimension suprême. Merci de ce partage.

    · Il y a 9 mois ·
    3835 1154541268121 6208533 n

    Julien Darowski

    • Merci d'évoquer , pour le visuel, le tableau en illustration. Il parait effrayant mais en fait il évoque quelque-chose d'éminents positif. Il s'agit bien sûrde In ictu oculi, En un clin d’œil, vanité de Juan de Valdés Leal, Hermandad della Santa Caridad, Sevilla, 1670-2. Chapelle de la Confraternité de la Charité qui oeuvrait aux secours des plus pauvres et nécessiteux. D'où les échanges latins ci dessous avec mon vieux compadre Volk.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Quant au morceau de musique de Nguyen Le, il s'agit, vous l'avez bien ressenti, d'un authentique bijou que l'on peut mettre en boucle et que l'on désespère de né pas retrouver plus à l'honneur, d'où l'objet de mon texte. À noter que Nguyen Le ( guitare) est accompagné sur cette pièce par l'inimitable Garcia Fons dont vous avez pu apprécier le solo de contre basse à la toute fin. Un prodige de la musique...totalement méconnu.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Quant à cet extrait du livre de Joë Bousquet que je cite, il apporte à ce médiocre essai, toute la lumière qui lui fait défaut. Ce qu'il fallait préciser. Vous m'en donnez l'occasion, merci.

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

  • La population mondiale est trop importante pour un monde tel que tu le décris... Il faut satisfaire la masse et non quelques uns. Décadence...

    · Il y a 9 mois ·
    Te%cc%81le%cc%81charger

    Marcus Volk

    • Sic transit gloria mundi

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • La dernière fois que j'ai entendu cette formule c'est de la la bouche d'un frère 3 points... ceux à quoi j'ai répondu : Memento mori...

      · Il y a 9 mois ·
      Te%cc%81le%cc%81charger

      Marcus Volk

    • vanitas vanitatum et omnia vanitas

      · Il y a 9 mois ·
      Img 20170623 234225

      enzogrimaldi7

    • Toujours des citations de l'Ecclésiaste... chapitre 1, verset 9) :

      « Vanité des vanités, dit l’Écclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.
      Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sous le soleil ?
      Une génération s’en va, une autre vient, et la terre subsiste toujours.
      Le soleil se lève, le soleil se couche ; il soupire après le lieu d’où il se lève de nouveau.
      Le vent se dirige vers le midi, tourne vers le nord ; puis il tourne encore, et reprend les mêmes circuits.
      Tous les fleuves vont à la mer, et la mer n’est point remplie ; ils continuent à aller vers le lieu où ils se dirigent.
      Toutes choses sont en travail au delà de ce qu’on peut dire ; l’oeil ne se rassasie pas de voir, et l’oreille ne se lasse pas d’entendre.
      Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.
      S’il est une chose dont on dise : Vois ceci, c’est nouveau ! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés. »

      · Il y a 9 mois ·
      Te%cc%81le%cc%81charger

      Marcus Volk

    • Encore un peu de thé?

      · Il y a 9 mois ·
      La libertad   schiele

      poulpita

Signaler ce texte