Ma ville

Anne S. Giddey

Concours "Les nouvelles proximités dans la ville de demain"

Je marche dans ma ville à quelques dizaines de mètres sous terre et d’un étal à l’autre je goûte, hume, tâte. C’est jour de marché au troisième sous-sol. « Rendez-vous sous le square René-Le Gall, notre banc habituel », ton message était clair. Et je m’installe, profitant de la lumière naturelle, tamisée, qui pénètre sous terre grâce à un puits. Ici, ma ville se fait village souterrain. Tu n’es pas là, ni en chair et en os ni sur Skype, invisible sur Facebook, pas de flagrant délit de Tweet. Ascenseur, écran tactile, deuxième sous-sol. Je longe la piscine olympique, as-tu perdu la notion du temps confortablement installé dans la rythmique de ton crawl ? Tu n’es pas là, en bonnet jaune, alors je marche dans ma ville, empruntant la rampe qui me ramène en pente douce à l’air libre vers le premier sous-sol avec jardin. Ces dernières années, on a creusé la terre en d’immenses paliers, échelonné les espaces de vie et de loisirs, les bureaux, les magasins. Les niveaux sont multiples et imbriqués, et les trottoirs ne sont plus qu’un sol parmi tant d’autres, un passage, une transition du bas vers le haut, du haut vers le bas, du bas vers…

« Êtes-vous heureux ? Heureux, heureux, êtes-vous… » Les mots défilent sur la vitrine interactive d’un grand magasin, des phrases bizarrement démembrées. Je déambule du bout des doigts – appuyer, glisser, appuyer, zoomer, appuyer –, partant du rayon cosmétique, j’arrive aux surgelés via la lingerie fine, et j’en fais le tour. Ira à la caisse, n’ira pas ? Non, escalators, je repars dans la ville, c’est mon territoire, il est fait pour que j’y laisse mon empreinte comme sur une terre ancestrale. Le bois, l’acier, le béton et le bitume, le verre, tout est fertile au rêve. Je marche et j’en profite pour dicter à ma montre – une iClock très tendance – toutes mes volontés qui sont loin d'être les dernières. Je réponds à un e-mail, dorlote ma popularité. La semaine dernière, à l’Euro Millions, j’ai gagné 1'000 followers, c’était jour de gloire et les retombées en sont encore palpables… Ascenseur, écran tactile, j’hésite, opte pour les jardins suspendus, un trajet de quelques minutes qui me laisse le temps de tapoter sur les parois de la cabine.

Je veux une mandarine, écran tactile, marché en ligne.
Je veux me faire la belle, écran tactile, voyage en ligne.
Je veux un fast loveur, écran tactile, rencontre en ligne.

Je te skype, tu me skypes ; l’écran de mon bracelet en or blanc s’allume. Tu es minuscule, mais tu es là, gesticulant à mon poignet. Je ne sais pas où tu as acheté ton excuse, mais elle me plaît, te voilà au bénéfice d’une seconde chance. « Rendez-vous au verger, au-dessus de la place des Vosges. » Mécanique des fluides parfaite, piétons, tapis roulants, un plan d’eau ; connectée non-stop, j’influe sur ma ville tout comme elle pèse parfois sur moi, je peux tant interagir avec le moindre des matériaux qui la composent que la limite en devient floue… Entremêlement d’âme, de chair et de pixels, de fibres nerveuses et de fibres optiques. Où s’arrête la ville, où commence mon propre corps ? Elle est à l’intérieur de moi autant qu’à l’extérieur, ma ville, cathédrale du Web, termitière géante taillée dans le paysage, et le ciel me surprend parfois à surgir où je ne l’attends pas.

Écran tactile.
Écran tactile.
Écran tactile.
Dans le prolongement de mes mains, la ville ; tactile, ma ville tactile.

Je redescends, petit détour par le troisième étage pour récupérer ma mandarine dans un distributeur automatique. Ascenseur, écran tactile, je marche dans ma ville à quelques dizaines de mètres au-dessus du sol, d’un toit à l’autre de Paris, le long des passerelles qui les relient, au cœur des jardins, dans l’entrelacs des friches où la nature, moins domestiquée qu’ailleurs, alimente les légendes urbaines dès la nuit tombée. Une enjambée, la Seine, d’autres horizons et des squares qui se balancent doucement dans le vide, jusqu’à ce qu’apparaissent enfin, sous mes pieds, les arcades sud de la place des Vosges. Je marche dans une allée bordée de pommiers, de poiriers. Tu es là, installé à l’ombre d’une tonnelle, buvant le jus des fruits de ma ville. Le fast loveur est là aussi, gesticulant à mon poignet, je l’avais complètement oublié… D’une seule commande vocale à mon iClock, je me mets hors connexion. Montre, bijoux, téléphone, lunettes et tee-shirt, tout se tait. Je n’ai pas touché terre aujourd’hui. D’ailleurs, je ne me souviens plus très bien comment c’est le sol originel, les trottoirs, il faudra que j’y retourne. Demain peut-être.

  • Un monde souterrain, oppressant qui se de dematerialise et où, bien que sous terre, on ne semble toucher sol... Vraiment très beau !! J'avais écrit aussi un petit conte d'anticipation sur ce thème, il y a fort longtemps.

    · Ago over 3 years ·
    Caspar david friedrich 1818 le voyageur au dessus de la mer

    Sébastien Bouffault

  • Notre futurbain pourrait en effet avoir ce visage. Je laisse la place à Woody, j'espère mourir avant de voir ça.
    Qu'a donné le concours ? Il me semble que c'était pile dans le thème, non ?

    · Ago over 5 years ·
    Slinkachu street art 02

    Gabriel Kayr

  • ta prose a en arrière fond la rythmique des guitares de Gainsbourg ... un rythme qui tient tout ton texte, c'est fluide, enlevé et rythmé ... et comme tu le dis c'est plusss moderne et plusss humain à la fois ... si tu pouvais voir vrai pour notre futur ce serait génial ... en tout cas bravo j'aime ton inventivité et l'ambiance que tu as su créer !

    · Ago almost 6 years ·
    Img 5684

    woody

    • Merci beaucoup Woody ! Contente d'avoir su créer un rythme à la Gainsbourg ;)

      · Ago almost 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Belle fiction

    · Ago almost 6 years ·
    One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

    vividecateri

  • imbrication de l'auteur avec les hauteurs de la ville.
    Dites donc, vous la roulez votre bille ;)

    · Ago almost 6 years ·
    Mars 2012 063

    halpage

    • J'aime bien immiscer un "je" dans mes textes, qu'il soit réellement moi ou pas ;) Merci pour le commentaire !

      · Ago almost 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Un fast lover gesticulant au poignet me fait sourire.
    Une ville qui ouvre des espaces quand et comme on le désire. Demain sera totalement virtuel... ne pas se laisser dépasser !

    · Ago almost 6 years ·
    015

    carmen-p

    • Merci Carmen pour la lecture et le commentaire... Je pense que l'humain peut aussi faire de belles choses et pas seulement le pire ! La ville de demain pourrait être belle...

      · Ago almost 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Le philosophe : l'observation amène de nouvelles perceptions, toutes légitimes, dans le cadre d‘une civilisation où le virtuel devient source de vie, abandonnant les facultés de la nature, nous ramenant toujours à ne pas l'oublier.
    Le poète : ton texte d'une précision d'horloger, a le mérite de dire à quel point, il faut laisser à la ville, une part d'humanité, où l'amour restera autrement que virtuel. Une bonne fréquentation de cette dernière se doit d'être physique, afin que les émotions soient partagées par tous en communion. " Bleu cieux ", ma signature , ta compagne, " Cieux bleus " , bouquet de pensées, tendresse, Dimir-na

    · Ago about 6 years ·
    Img 0875 150

    dimir-na

    • Merci Dimir-na pour ce bel écho en réflexion à ma balade virtuelle...

      · Ago about 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Super ! Tu es bien partie pour gagner

    · Ago about 6 years ·
    1

    blonde-thinking-on-sundays

    • Merci de ton passage ! Pour le concours, on verra bien, c'est loin d'être fini ;)

      · Ago about 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

    • j'essaie de trouver l'inspiration d'ailleurs mais ce n'est pas évident. D'autant que ta version était ma représentation de la ville de demain...mais je vais trouver autre chose ;)

      · Ago about 6 years ·
      1

      blonde-thinking-on-sundays

  • Une réussite Anne , comme toujours, l'écriture est fluide, un texte bien dans l'air du temps, et du rythme, bravo à toi

    · Ago about 6 years ·
    W

    marielesmots

    • Merci beaucoup... Je ne sais pas si je pourrai me promener en vrai dans cette ville de demain, mais j'ai trouvé cette balade virtuelle amusante à imaginer !

      · Ago about 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Bravo Anne! Toujours juste et original.

    · Ago about 6 years ·
    Adam orig

    sophie-l

    • Merci beaucoup Sophie, j'aime bien l'imaginaire futuriste, ça laisse beaucoup de liberté...

      · Ago about 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

  • Vertigineux et futuriste ! Le rythme est haletant. J'aime beaucoup.

    · Ago about 6 years ·
    1769087351450 iaymvv16 l

    luz-and-melancholy

    • Merci ;) J'avais effectivement envie d'un rythme rapide et fluide à la fois, je suis contente si ça se ressent à la lecture !

      · Ago about 6 years ·
      Img 4223 ld2

      Anne S. Giddey

Report this text