Quel âge déjà ?

Stéphan Mary

Quel âge déjà ?Sa grand-mère a été incinérée la semaine dernière. Elle souhaitait que ses cendres soient jetées à la mer ce dont ils se sont acquittés avec beaucoup de chagrin.C'est un étrange rituel que l'incinération. Il y a tout d'abord la mise en bière, le dernier regard porté sur une vie entière, une vie avec début un milieu et une fin. Les souvenirssont là. Il éprouve une forte émotion, toute en retenue, très intériorisée mais si palpable. Une caresse sur son visage et c'est sa fascination de gamin lorsqu'elle préparait à manger dans la cuisine de son restaurant. Ses grands parents tenaient un bar-hôtel-restaurant. C'était entre le routier élaboré et l'auberge provinciale. C'était aussi le café du coin, avec ses habitués, les rires hauts en couleur ou simplement avinés, les coups de gueule, le ménate qui trônait en bout de comptoir et qui ne cessait de répéter "la patronne est une conne" à la  grande joie des fidèles qui priaient leur dieu Jeannot, son grand-père, pour que jamais cela ne s'arrête.Lui reviennent des bouts de vie, des bouts d'enfance.Puis fermeture du cercueil qui est placé sur un tapis roulant. La grand boîte s'en va pour se muer en urne. Voilà il ne reste plus que des poussières de cendre, des cendres enpoussière. Une vie, une vie entière avec ses grands bonheurs, ces grands malheurs, qui ne pèse plus que quelques grammes. Il se dit que quelque chose ne va pas, elle s'est endormie pour toujours. Tout est résumé là, à cette petite boîte. Non décidément quelque chose ne va pas.On ne jette pas impunément les cendres à la mer. C'est en vedette officielle qu'ils sont conduits vers un lieu déterminé, le cimetière des cendres aquatiques. L'urne est placée dans un support puis s'enfonce dans les flots de la grande bleue. Un jet de roses souligne  leur dernier au revoir. La vedette tourne doucement en ronds concentriques avant de rejoindre le rivage. Ca y est, c'est fini. Quel âge avait-elle ?Ah oui ! Ce "ah oui" claque comme un coup de fouet, avec une résonance qui fait mal à l'âme. Qu'est ce que ça peut bien faire l'âge qu'elle avait ! Il a remarqué que cette question venait immédiatement après l'annonce d'un décès. D'abord quel âge si vous annoncez qu'il s'agit des parents ou grands-parent, très vite enchaîné avec élégance par le fameux "de quoi ?".Cette question est indécente, draine un relent de vulgarité sociétale qui enterre d'abord et discute ensuite. Demande t-on à quel âge es tu né-e ? Pourtant cette question, oui celle la même, à tout son sens ! La mort est une rupture. La rupture est une mort. A quel âge es tu mort-e ? Combien de fois ? De quoi es tu mort-e ? Quand es tu né-e ? Combien de fois ? Avec qui es tu né-e ??Quelle importance a l'âge du mort alors que vous êtes dans le moment ou une page se tourne, ou se ferme une porte de l'enfance ? Puis il a retrouvé la vie. Il lui a ditTu m'as manquéeTu m'as manqué aussi. Viens...L'amour a fait place au chagrin.


Sa grand-mère a été incinérée la semaine dernière. Elle souhaitait que ses cendres soient jetées à la mer ce dont ils se sont acquittés avec beaucoup de chagrin.


C'est un étrange rituel que l'incinération. Il y a tout d'abord la mise en bière, le dernier regard porté sur une vie entière, une vie avec début un milieu et une fin. Les souvenirs sont là. Il éprouve une forte émotion, toute en retenue, très intériorisée mais si palpable. Une caresse sur son visage et c'est sa fascination de gamin lorsqu'elle préparait à manger dans la cuisine de son restaurant. Ses grands parents tenaient un bar-hôtel-restaurant. C'était entre le routier élaboré et l'auberge provinciale. C'était aussi le café du coin, avec ses habitués, les rires hauts en couleur ou simplement avinés, les coups de gueule, le ménate qui trônait en bout de comptoir et qui ne cessait de répéter "la patronne est une conne" à la  grande joie des fidèles qui priaient leur dieu Jeannot, son grand-père, pour que jamais cela ne s'arrête. Lui reviennent des bouts de vie, des bouts d'enfance.


Puis fermeture du cercueil qui est placé sur un tapis roulant. La grande boîte s'en va pour se muer en urne. Voilà il ne reste plus que des poussières de cendre, des cendres en poussière. Une vie, une vie entière avec ses grands bonheurs, ces grands malheurs, qui ne pèse plus que quelques grammes. Il se dit que quelque chose ne va pas, elle s'est endormie pour toujours. Tout est résumé là, à cette petite boîte. Non décidément quelque chose ne va pas.

On ne jette pas impunément les cendres à la mer. C'est en vedette officielle qu'ils sont conduits vers un lieu déterminé, le cimetière des cendres aquatiques. L'urne est placée dans un support puis s'enfonce dans les flots de la grande bleue. Un jet de roses souligne leur dernier au revoir. Le bâteau tourne doucement en ronds concentriques avant de rejoindre le rivage. Ca y est, c'est fini. Quel âge avait-elle ? Ah oui !

Ce "Ah oui" claque comme un coup de fouet, avec une résonance qui fait mal à l'âme. Qu'est ce que ça peut bien faire l'âge qu'elle avait ! Il a remarqué que cette question venait immédiatement après l'annonce d'un décès. D'abord quel âge si vous annoncez qu'il s'agit des parents ou grands-parent, très vite enchaîné avec élégance par le fameux "De quoi ?". Cette question est indécente, draine un relent de vulgarité sociétale qui enterre d'abord et discute ensuite. Demande t-on à quel âge es tu né-e ? Pourtant cette question, oui celle la même, a tout son sens ! La mort est une rupture. La rupture est une mort. A quel âge es tu mort-e ? Combien de fois ? De quoi es tu mort-e ? 

Quand es tu né-e ? Combien de fois ? Avec qui es tu né-e ??


Quelle importance a l'âge du mort alors que vous êtes dans le moment ou une page se tourne, ou se ferme une porte de l'enfance ? 


Puis il a retrouvé la vie. Il lui a dit

Tu m'as manquée

Tu m'as manqué aussi. Viens...

L'amour a fait place au chagrin.

  • C'est toujours une personne qui disparaît, une personne qui a été aimée... et quand on aime l'amour ne se quantifie pas ! Il est entièrement accordé à chaque personne.
    L'homme dit des banalités agaçantes quand il ne sait pas quoi dire.
    Sachons mettre des instants d'éternité dans nos vies... ainsi quand nous y retournons en pensées nous voyons que rien ne s'est perdu.

    · Ago over 6 years ·
    015

    carmen-p

  • Un bouquet d'admiration pour ton écriture, toute en retenue avec une pudeur que j'aime, l'essentiel est dit, c'est ça qui compte et c'est ça qui m'a émue!!Quant à l'âge demandé, mais aurait-on un âge pour mourir sans laisser de trace? Il y a tant d'attaches qui nous relient à nos disparus "sans âge!!" Ton texte mérite un grand CDC!!!!

    · Ago over 6 years ·
     20160514 112546 (2)

    Colette Bonnet Seigue

  • Ca m'a foutu un peu le blues bien que ce soit joliment écrit, on est peu de choses et ce peu peut finir en si peu, eh bien, voilà où ça m'entraîne, (sourire)

    · Ago over 6 years ·
    Patriciasaccagi

    patrizia

  • Un beau texte qui touche chacun à sa manière.

    · Ago over 6 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

  • Oui !!

    · Ago over 6 years ·
    Drapeau quebec 54

    smilling-cocoon

  • je voulais me sentir mieux pour te lire comme tu le mérites. J'apprécie ainsi toute la finesse de tes enchainements, cette absolue fluidité qui rend la lecture sans heurts, ces questions qui se glissent entre deux adjectifs, ces émotions qui affleurent, incités par ton écriture à ne pas trop en faire, pour que chacun puisse garder la liberté de mettre derrière tes mots ses souvenirs, ne sachant dans ce texte si l'on partage avec toi ta peine, ou si c'est sur la nôtre qu'on s'arrête un moment, preuve de notre vie qui ne s'est pas arrêté non plus.Raturant les souffrances, et gratifiant la joie.

    · Ago over 6 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • A toutes et tous Merci et respect

    · Ago over 6 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • En quelques mots, des sensations présentes, des images fortes. La révolte aussi contre la mort, l'étrangeté de l'incinération . Il reste les souvenirs, il reste ce que la personne a laissée, ce qu'elle était. La mort de nos proches nous rend porteurs et gardiens de leur mémoire. Et plus conscients aussi que nous ne sommes rien, et en même temps aussi vastes que l'univers qui nous à crées. Un texte très évocateur, sans mélo et justement poignant pour ces raisons là...

    · Ago over 6 years ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

  • tout en pudeur, très beau texte.

    · Ago over 6 years ·
    Default user

    tendresse

  • J'aime...CDC pour moi :) Bravo !

    · Ago over 6 years ·
    Logo ddp 54

    droledeplume

  • Les souvenirs en braises, la mort en mer, la mémoire amour. Encore un beau texte. CDC

    · Ago over 6 years ·
    Image

    Archange Flippé

  • J'aime beaucoup...

    · Ago over 6 years ·
    Noir

    suzelh

  • L'amour, la mort, l'amour de la vie... Tu as bien résumé cela Stephan. Un texte très émouvant et très bien écrit.
    J'aime ta façon de raconter !

    · Ago over 6 years ·
    Version 4

    nilo

  • J'aime l'angle que tu prend pour écrire ce texte qui me parle tellement...

    · Ago over 6 years ·
    59577 1501068244230 1159900199 31344222 178986 n 465

    Choupette

Report this text