Faites vos jeux, rien ne va plus

hariash

Je vais me refaire. Sur les deux mille euros que je pensais mettre au début, il m'en reste à peine un quart, autant de cartouches auxquelles nulles Barrières ne pourraient toutefois résister. Je vais me refaire. Assis à l'une des tables de roulette du casino, je jette un coup d'oeil désespéré autour de moi, tripotant nerveusement mes jetons. Il faut que je retrouve l'état d'esprit qui était le mien en arrivant, il y a de cela une poignée d'heures. A peine assis à la table, l'hésitation ne faisait pas le poids face à mes certitudes. La roulette me semblait être une amie, capricieuse certes, mais je voyais clair dans la binarité simpliste de son jugement. Pourtant, après quelques revers cinglants, le doute m'assaille. Je m'étais promis ce soir là de ne jouer que la couleur, force est de constater que je finis par y voir rouge.

Je vais me refaire. Les yeux me piquent et j'imagine déjà les dards timides de l'aube déchirant la nuit. Une serveuse passe, je lui commande un whisky. Consommer de l'alcool n'a jamais aidé à y voir plus clair, mais je me dis qu'après tout, perdu pour perdu, autant affronter le trou noir. Cet interlude a le mérite de réveiller quelque peu mes sens. Assis au coin de la table, je me surprend à constater qu'autour de moi il y a de la vie, du moins son simulacre. Il y a cet homme d'affaires, étouffant sous une veste, dont le ventre pansu s’accommode bien mal d'une chemise à moitié débraillée. Ou encore cette jeune femme fringante, que l'on soupçonne héritière. Son regard perdu semble ailleurs, alors qu'elle mise des sommes pour lesquelles des seigneurs se seraient entretués. Je m'oublie un instant dans ses yeux d'une profondeur abyssale, à la recherche d'un joyaux qui semble t-il a cessé de briller, lorsque la brigade volante m'interromps. Une asiatique. N'y voyez rien d'inconvenant, mais elles sont plusieurs à jouer ainsi des coudes, à miser sur plusieurs tables à la fois, accordant plus de crédit à la productivité qu'au plaisir de jouer.

Je vais me refaire. Je dois juste retrouver cette posture mentale qui était la mienne en arrivant. Je lève les yeux, scrute la salle et m'étonne toujours de cette avalanche de stimuli luminescents. Entre les écrans de statistiques et les plasmas géants diffusant l'open de golf, nul doute, tout est fait pour que le joueur en quête de sens y perde sa boussole.

Je vais me refaire, mais prends la décision d'y réfléchir au dehors. Je me lève et fend les cercles de jeux d'un pas lourd et assuré. Perdre son argent est une chose, perdre sa dignité en des lieux si feutrés en est une autre. Mon regard ne cesse de croiser des âmes perdues, ruisselantes de sueurs, comme harassées de dilemmes intérieurs. Un homme noir à la silhouette élancé semble pourtant avoir perdu l'éclat qui le jour doit l'accompagner. J'y prête attention quelques minutes, le temps d'un coup gagnant. Il empoche sa mise, le regard las et tiraillé, pareil à un général victorieux qui au sortir d'une bataille, dans sa quête de conquêtes, pense à tous ses soldats menés au charnier. Je décide alors de m'éclipser vers la terrasse, m'allume une cigarette et contemple l'étang ornant le casino de sa robe mazoutée. Un poisson mort flotte à sa surface, et je me demande combien de personnes, à sa vue, ont ce soir projeté de le rejoindre.

Je vais me refaire, c'est une évidence. Tant de malheurs semblent ce soir frapper, si le seigneur existe, il ne peut que décemment me faire entrevoir la lumière au sortir de ce couloir suranné. Et dire que je m'étais promis de ne jamais revenir... De ne jamais remettre les pieds dans cette antre, foyer du capitalisme le plus pure. L'appel du gain a pris le dessus sur les valeurs morales dont je me fais depuis toujours l'apôtre puritain. Arrivé en voiture, j'ai croisé sur mon chemin le fantôme de la misère humaine, arpentant les murs défraichis par les sanglots discrets d'une population isolée. J'ai protégé mon âme des dilemmes que devraient engendrer à tout Homme la contemplation d'une réalité que l'on feint pourtant d'ignorer. Je ne suis plus rien de ce qui hier me faisait vivre, ayant troqué mes idées contre celles d'un système dans lequel aujourd'hui je me complais. D'un geste dédaigneux, je jette ma cigarette à l'eau, pareille à ces bouteilles à la mer concentrant autrefois les ultimes espoirs des marins échoués. Une autre époque. Tant qu'à me morfondre dans la mienne, autant m'y échouer : je vais bien finir par me refaire.

  • Belle description de la lutte intérieure contre l'addiction du jeu. Bravo Niramo...

    · Ago over 8 years ·
    Gilbert lib  orig

    Gilbert Libé

  • niramo je te dis BRAVO, c'est très bien écrit!!! 5 coeurs et merci marcel pour le partage.

    · Ago almost 9 years ·
    Iphone seb 048 orig

    mmagweno

  • Une description bien tenu, un aspect répétitif qui permet bien de cerner la détresse en partie masqué du personnage, J'aime !

    · Ago almost 9 years ·
    Dargon d absinthe orig

    Lézard Des Dunes

  • Ne pas jeter sa cigarette dans "la robe mazoutée" de l'étang, çà brûle !!
    Texte où suinte l'angoisse du joueur agrippé et qui le sait, sans illusion sur ses semblables! Merci à chacun ! Niramo, Marcel !

    · Ago almost 9 years ·
    Ma photo

    theoreme

  • Excellent texte,superbement écrit, merci pour ce bonheur...

    · Ago almost 9 years ·
    Cover ok orig

    Remi Campana

  • Tu as arrêté d'écrire, Niramo? Super bien joué, ce texte. Merci Marcel pour le partage!

    · Ago almost 9 years ·
    Arbre orig

    pointedenis

  • Très beau texte, les jeux sont faits dans cette tête affamée. Merci Marcel pour la recommandation.

    · Ago almost 9 years ·
    Img 0789 orig

    Gisèle Prevoteau

  • Excellent texte, juste un truc, l'appel du gain c'est assez secondaire chez le vrai joueur. Ce qu'il recherche c'est les sensations, la forte poussée d'adrénaline. Superbe texte Niramo et merci Marcel pour le partage.

    · Ago almost 9 years ·
    Mn 35 orig

    lapoisse

  • ce monologue intérieur , tiraillé , est superbement écrit
    angoisse palpable

    merciNiramo, et merci à Marcel pour ce partage

    · Ago almost 9 years ·
    Img 0012

    ristretto

  • Merci à tous pour vos commentaires ! J'ai écrit cette nouvelle à l'occasion du concours Transfuge sur le thème de l'obsession, mais elle pourrait faire l'objet d'un développement sous peu... L'univers du casino m'intrigue. Quant à l'expression faites vos jeux, rien ne va plus, elle est d'usage à la roulette mais cela ne m'étonnerait pas qu'on l'utilise aussi au blackjack ?!

    · Ago about 9 years ·
    Humour 001 orig

    hariash

  • Une histoire pour le moins prenante à laquelle j'aurais aimé voir un développement! Mais la formule "Faites vos jeux, rien ne va plus" n'est-elle pas propre au Black Jack ?

    · Ago about 9 years ·
    Saez mondino4 copie orig

    jack

  • univers un peu glauque qui m'effraie ... mais une bonne écriture !

    · Ago about 9 years ·
    Mots2 orig

    Joelle Eymery

  • "Je vais me refaire" ... quelle étrange illusion de l'esprit ...
    Merci pour le partage de cet univers si particulier dans lequel, passé le plaisir d'un moment, combien d'âmes se sont perdues et se perdront encore en priant "je vais me refaire" ...

    · Ago about 9 years ·
    1296653163243 orig

    archangelia

  • Terrible

    · Ago about 9 years ·
    Mcs btndown orig

    .

  • superbement écrit! Bravo

    · Ago over 9 years ·
    Ibrahim 20safi 201 orig

    imayane

  • BIEN JOUE.

    · Ago over 9 years ·
    Photo chat marcel

    Marcel Alalof

  • Génial ! Et quelle belle écriture !

    · Ago over 9 years ·
    Prince charmant orig

    princessesansdurillon

  • Superbe !

    · Ago over 9 years ·
    Extraterrestre noir et blanc orig

    bibine-poivron

Report this text