Vagues à lames

erge

Réflexions de fond à propos d'un terrain vague.

Rugir doit rester une partie de plaisir, en aucun cas une envie de détruire. Scélérate tu peux l'être, déployant à l'infini ton envergure terrifiante amplifiée par tes grondements oppressants et tes râles de bête mugissante. Tes mâchoires d'antropophage n'ont d'égal que l'insouciance de celui qui vient te défier dans ton antre. Quel plaisir à le rendre martyr ? L'engloutir pour mieux l'occire ? Lui, ne demande qu'à glisser au creux de ton ventre, s'immiscer dans tes moindres courbures et goûter le plaisir extrême, effleurer de son souffle ton galbe torrentueux, descendre le long de ton échine pour mieux apprivoiser tes courbes, te chevaucher pour mieux te dominer. D'un rêve d'étreinte, celui que tu serres dans tes griffes opalines n'en retiendra que la morsure. Fatale. Tu aurais pu lui offrir tes lignes ondoyantes, le laisser parcourir tes ondines sinueuses, le guider à travers les méandres de ton corps, lui faire ressentir la douceur de tes spasmes, l'accueillir en toi pour un moment d'éternité. Tu connais si bien le plaisir de la glisse. Celui qui amène à l'extase. Tu aurais pu lui laisser l'effleurer. Mais aujourd'hui tu ne t'abandonnes pas à de telles griseries. Ton corps n'est plus un terrain de jeu, ton ego en a assez de se faire rouler dessus. Interdit d'intimité ! Rester à proximité ! Ne pas dépasser la limite fatidique sous peine de sort pas catholique ! Pas de planche de salut pour celui qui enfreindra cette loi. Ta cruauté est ta foi indestructible, irréversible et destructrice. Elle se repaît de la pureté qui sommeille en ce jeune Adonis, bien trop occupé à se surpasser pour te dompter. Tu prends jouissance à l'envoûter pour mieux le retourner. Tu lui ouvres le champ du possible pour mieux masquer l'horizon indicible. Tu lui enlèves le doute en lui promettant l'ultime frisson. Tu minaudes pour mieux le déséquilibrer. Tu l'attires pour mieux l'ensevelir. Tu te fais sirène pour mieux l'éblouir. Tu lui tends tes rouleaux en guise de cadeaux. A ta guise, c'est toi qui guide. Tu veux qu'il déferle en toi mais c'est toi qui maîtrise les ébats et lui tend amoureusement tes bras. Pour mieux le lover autour de toi. Pour mieux le broyer une fois sa confiance acquise et toi, ta patience lassée de cette étreinte luciférienne. Lui et son intrépidité. Pour une fois, juste une fois, laisse-le danser sur ta crête, laisse-le t'amadouer et explorer la versatilité de tes échancrures serpentines. Profite de ses graciles caresses et de ce langoureux corps-à-corps. Baisse ta garde, regarde-le s'approcher comme pour mieux s'empaler sur ton vague à l'âme. Toi aussi, tu sais, tu finiras en écume à la fin du jour et, tous les deux, vous n'aurez plus que les yeux pour regretter. Il sera trop tard pour sécher vos larmes. Laisse ce téméraire aux boucles d'or surfer sur ta vague. Son courage et sa fougue lui serviront de bouclier au cas où son destin se brise en chemin. Fraye-lui un passage entre tes sarcasmes déferlants et tes ondes profondes. Accorde-lui l'indulgence. Juste parce qu'il a eu l'insouciance de s'aventurer dans tes eaux d'un noir impénétrable. Le bleu te va si mieux, l'azur s'y reflète au milieu. Récompense son courage en l'emmenant au bout du plaisir. Une fois, juste une fois, ne déferle pas comme une furie. Sa vie est entre tes mains.

*

Le surf c'est avant tout un corps à corps entre l'homme et la nature. Qui exige d'avoir le cœur bien accroché. Pour ne jamais finir au bout du rouleau. Et recommencer à nouveau.


Pour Léo.

 photo : © by myself  (Biarritz 2015)
  • Je vais faire un peu ma chieuse, j'ai lu ce texte hier, et aussi avide de sens, puis j'hésitais à dire (vu que c'est un texte concours, c'est parfois plus délicat de dire ailleurs) mais bon quand même, je passe la porte et on verra bien...
    Déjà je trouve que tu joues habilement avec les mots, et le rythme, le rythme qui crée une certaine intensité ( ce que tu ne dois pas ignorer je pense) et accroche en route, et je me dis avec tout ça, avec cette tension qui fait faire des vagues aux lecteurs, bah ça me laisse des regrets, ça me laisse des regrets de pas s'incarner en histoire, genre avec des personnages, des contours et tout, pour la grande vague, que là je reste quelque part sur ma faim, même si on prend du plaisir à te lire, le plaisir des mots est clairement là, mais (je dois être en train de faire le disque rayé, mais avec ces minus cadres c'est coton pour se relire ) qu'Est-ce que ça aurait donné, ces mêmes impulsions en histoire...
    Je sais pas si je suis parfaitement compréhensible...j'ai essayé en tout cas.

    · Il y a presque 3 ans ·
    Avat

    hel

    • ah et le morceau qui accompagne très sympa, j'ai oublié.

      · Il y a presque 3 ans ·
      Avat

      hel

    • Merci de ton commentaire très éclairé, Hel. Il est très constructif et tu as raison ; ces textes auraient pu tout à fait être incarnés par une histoire avec des personnages réels ou non mais ma volonté était de faire de ces 2 textes des instants de suggestion uniquement avec pour seule référence la notion de sensation (sportive ou amoureuse). J’ai en plus pris le parti de faire volontairement un format court pour ne pas dissuader le lecteur. Mais ton idée est vraiment envisageable, peut-être sera t-elle repris par d’autres plumes et pourquoi pas la tienne puisque tu maitrises bien le registre des grandes envolées des sentiments d’après les textes que je lis en accostant sur ta page. En tous cas merci beaucoup de faire ta chieuse :)

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Félicitations pour ta publication dans TTSO, plus que mérité, en tous cas le nombre de lectures a flambé :) et pour cause ...

    · Il y a presque 3 ans ·
    W

    marielesmots

    • Oui c'est étonnant avec toute cette eau !! Mais j'avoue que j'y prends goût à cet incendie:) Merci Marie.

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Encore un texte plein de subtilité :-)

    · Il y a presque 3 ans ·
    Avatar

    Olivier Bay

    • Merci Olivier pour le "encore" !

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Vivement que tu nous écrives un truc sur les fléchettes !

    · Il y a presque 3 ans ·
    Cp

    petisaintleu

    • Là aussi ça va te transpercer ! Par contre faut avoir le coeur solide ! Tu l'as ?

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Je suis revenue le lire et voter , parce que j'aime le fond et la forme...

    · Il y a presque 3 ans ·
    W

    marielesmots

    • Alors là, je fonds !! Merci Marie :))

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • J'aime beaucoup ! Et titre très bien trouvé.

    · Il y a presque 3 ans ·
    Gorgio

    Unknown Writer

    • Merci de ton apparition écrivain inconnu ! Et de ton com. Le titre ? j'essaye dans la mesure du possible de bien le trouver car il conditionne l'arrêt sur image . A bientôt de te lire.

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Merci d'avoir enlevé le spotytruc !
    le premier morceau est... percutant, ils illustrent le texte à la perfection

    · Il y a presque 3 ans ·
    Loin couleur

    julia-rolin

  • Corps à mer très réussi, monsieur Erge !

    · Il y a presque 3 ans ·
    Oeil

    anne-onyme

    • Merci beaucoup Madame O ! Ça diffère d'un corps à corps classique mais il faut néanmoins garder le coeur bien accroché !

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

    • J'imagine que les sensations sont fortes.... et ton texte est ,lui, plein de finesse

      · Il y a presque 3 ans ·
      Oeil

      anne-onyme

  • Beaucoup d ´émotions à déclencher un tsunami !

    · Il y a presque 3 ans ·
    Img 6640

    catchat

    • Les émotions sont faites pour lessiver ! Merci d'avoir nagé jusqu'à moi !

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Parabéns, senhor Erge !

    · Il y a presque 3 ans ·
    Loin couleur

    julia-rolin

    • Obrigado minha senhora Julia !

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • beaucoup de charme dans cette vague hypersensuelle que tu joues à féminiser , dans un corps à corps ondoyant.

    · Il y a presque 3 ans ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • Vos mots aussi sont ondoyants, on s'abonne ?

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

    • oh que oui!

      · Il y a presque 3 ans ·
      Bbjeune021redimensionne

      elisabetha

  • Bel hommage...

    · Il y a presque 3 ans ·
    487511 106400149549271 776940541 n

    breinmilliner

    • Sans dommage heureusement..Merci d'avoir surfé sur ma vague.

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Que bella ! Que bello ! Mille grazie, signor Ergé

    · Il y a presque 3 ans ·
    Mai2017 223

    fionavanessa

    • En italien maintenant !! Waouh ! la vague va pas résister ;)
      Grazie mille bella ragazza

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Splendide !!! Du grand Erge :)

    · Il y a presque 3 ans ·
    Ade wlw  7x7

    ade

    • C'est pas moi qui surfe, c'est mon fils ! Merci Ade.

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Ma-gni-fique !!!!

    · Il y a presque 3 ans ·
    Ananas

    carouille

    • Ma-gni-tude 10 !!!!

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Superbe et un brin coquin ce texte à double sens, j'y vois là un joli parallèle :) !!

    · Il y a presque 3 ans ·
    W

    marielesmots

    • Coquin ? Ah ! vous trouvez ? :))

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

  • Cela ressemble à une supplique. La vague n'en fait qu'à son rouleau de toute façon.

    · Il y a presque 3 ans ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

    • Heureusement les rouleaux de printemps sont moins violents :)

      · Il y a presque 3 ans ·
      479860267

      erge

    • Oui, c'est vrai !

      · Il y a presque 3 ans ·
      D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

      lyselotte

Signaler ce texte