Ca sent le sapin

Mathieu Jaegert

Cette année encore, ça sent le sapin. Mais l’odeur est plus forte que d’habitude, les gens délaissant les épicéas aux épines cyclothymiques. Peu importe, de toute façon, Jean-Michel a désormais horreur de Noël. Ce syndicaliste invétéré a d’autres préoccupations que célébrer la moindre fête. La faute à l’activité incessante en cette période. Mais en plus de ses journées de travail surchargées, il se bat pour sauvegarder le cœur de son métier et prémunir le service public des assauts impitoyables des sociétés privées. C’est en quelque sorte son renne de bataille pour sortir ses camarades de l’ornière et les préserver des embûches de Noël.

Au cours de sa carrière, il aura arpenté des pavés humides et froids arborant fièrement la bannière rouge, bonnet syndical vissé sur la tête, sa flamme revendicative à l’œil pour alléger le fardeau pesant dans son dos. Il aura constamment cherché à valoriser sa profession par la transmission permanente de son savoir-faire. Nombreux sont ses collaborateurs qui lui rendent hommage, propulsés chefs depuis leur passage sous son aile bienveillante. Aujourd’hui, la direction a revu sa stratégie. Il ne forme plus que quelques stagiaires payés au lance-pierre et très vite attirés par les sirènes des grands groupes lourdement équipés en armes de communication massive. Faut dire que Jean-Michel a toujours privilégié les méthodes à l’ancienne, donnant la primeur au contact tout en refusant systématiquement et par principe, les formations aux nouvelles technologies que tente de lui imposer son responsable. Personne ne lui ôtera de la tête que sa façon de faire sa tournée est la meilleure. Il compte bien procéder de la sorte jusqu’à la retraite. Et il le rappellera dès la prochaine entrevue avec ses patrons.

Jean-Michel est atteint d’agnosticisme aggravé. Il ne croit en rien, pas plus en la religion qu’en la politique ou en une quelconque philosophie. Il n’a qu’un credo, celui que la lutte quotidienne lui inspire, l’amour de l’uniforme pour ce qu’il représente auprès des institutions et des consciences.

En fait, il ne croit qu’en lui, en sa force de persuasion. Pourtant, il a vu ses conditions de travail se dégrader au fil des années.

Cette fois encore, il fera semblant de fêter Noël dans la maison de sa grand-mère qu’aucun de ses frères et sœurs ne veut prendre en main. Les uns et les autres ne sont pas à une contradiction près. Le prétexte principal les éloignant des travaux nécessaires, « ça ravive des souvenirs » est resservi à l’identique au moment de rassembler la tribu deux fois par an dans la joie feinte et la bonne humeur tout aussi apparente.

Cette année, c’est toujours la crise. Tu parles. A mesure que la France s’y enfonce, les listes au Père Noël s’allongent. Les mêmes clichés s’étalent à la une des magasins et à l’affiche des magazines, repris de volée matinale sur toutes les ondes et autour de tous les plateaux télés. La magie préfabriquée remplace la féérie en dur, la vraie, celle de sa jeunesse. Et les gens s’y engouffrent porte-monnaie baissé, prêts à consommer en bonnets sonnants et trébuchants. Tout n’est plus qu’apparences. Les boules scintillent plus, en apparence, les sapins semblent briller plus fort et plus longtemps, les légendes paraissent vivaces comme jamais, et le foie gras n’a jamais été aussi succulent. En réalité, tout va à vau l’eau ! Les traditions volent en éclats lumineux éblouissant le premier venu.

La sœur de Jean-Michel a lancé les hostilités. « Ils annoncent de la neige, chouette ! ».

Tu parles. Ca fait quinze ans qu’elle est annoncée deux semaines avant le 25 décembre pour aboutir sur un Noël au balcon délaissé de tout flocon.

Au lieu de ça, les cheminées ne sont plus entretenues, obstruées par la crise plus réelle dans les conduits enduits de suie.

Une fois de plus il fait bonne figure, pour faire plaisir à ses nièces. Il enrobe sa mauvaise humeur d’occasion dans des mines de circonstances comme on enrobe les bûches de chocolat de saison, c’est-à-dire avec du cacao hors de prix.

Jean-Michel redoute les défaillances de sa mémoire. Au pied du sapin, les chaussures se font plus nombreuses chaque année. La famille s’est encore agrandie. La confusion le gagne toujours au moment de déposer les paquets et ça le gonfle. Toujours la même rengaine qui donne de l’eau au moulin de sa direction. Jean-Michel perd du temps et la régie des Pères Noël, menacée par les livraisons express et les commandes en ligne, ne peut plus se le permettre.

Dire que certains collègues des autres administrations sont encore au « fini parti ». Sourire aux lèvres, il voit ces images de cadeaux empilés et éparpillés tout autour des sapins. Aujourd’hui, la devise est plutôt

« A peine déballé, déjà mis de côté ».

Jean-Michel fera semblant car en plein cœur de la nuit, sa tournée débute. Il s’éclipsera au nez et à la barbe de son entourage comme tous les 25 décembre depuis presque quarante ans.

Et revêtira sa panoplie de Père Noël pour accomplir une de ses dernières virées…

Il pensera alors à son entretien de fin d’année avec son chef de service, un Père Noël nordique parachuté là sans connaissance des particularités du service public à la française. Il verra de quelle bûche se chauffe Jean-Michel. D’ailleurs, c’est décidé, il ne lui fera pas de cadeaux, il va tout déballer !

  • Il est vrai que votre maîtrise qui me fait défaut m'impressionne et je suis ravi que vous me tiriez vers le haut par vos remarques.
    J'accepte votre demande d'amitié avec grand plaisir.

    · Ago over 7 years ·
    Logolweloveword 465

    Olivier Sun7

  • J'aime beaucoup la phrase = C’est en quelque sorte son renne de bataille pour sortir ses camarades de l’ornière et les préserver des embûches de Noël. ton texte est très vivant et rempli de phrases a double sens. Bravo !

    · Ago almost 8 years ·
    Image

    Alain Le Clerc

  • Toujours bien ecrit et tres bien senti .. Coup de coeur

    · Ago almost 8 years ·
    Img 0392 orig

    mamzelle-vivi

  • Belle parabole sur les salariés qu'ont pas de bol.

    · Ago almost 8 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

  • j'en apprend de belles, le père Noël syndicaliste,athée, et moi qui croyait qu'il était plutot cul-béni! On nous trompe!

    · Ago almost 8 years ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

  • Ton texte plante merveilleusement le décor sur fond économique et social. De plus, il est fort bien écrit... un vrai bonheur! Merci Mathieu!

    · Ago almost 8 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • gros coup de coeur; grâce à ton blog j'ai pu lire et apprécier ton beau texte bien envoyé !

    · Ago almost 8 years ·
    Default user

    tendresse

  • j'ai encore un souci, pas moyen de lire les textes ! j'en ai informé le site...

    · Ago almost 8 years ·
    Default user

    tendresse

  • Oui, moi aussi, cdc !!
    Toujours les mots qui se plantent en plein cœur de la cible !J'aime !!

    · Ago almost 8 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

  • Ortie,culture,sapin arbre cone,i,fer,conifère espèce Famille Pine,acéaes,wesh, le plastic recycle conditionnement ou résidus heu,préserva,TIFFS,éé, c est de l Hévéa, éé,ca rime avec
    page,mais, point trop avec carreau, quand aux boucles, la c est une autre pelote de
    ficelle, y a pas, wesh, retraite s impose dans l étriquée arrière kitchen, gare gare
    aux élastiques trop cuits,éé ca fouette,éé c est peut ètre une confusion d ustansiles,
    lache les cuillères d argent ou des bénes,oups,pardon, de bois que j voulais dire,éé,
    la cuisine avé des fourchettes au four micron Chess,Bonne journée a toi,on risque de moins
    te voir peut ètre avec ton blog a achalander,bon salut et bon résiné encré ou en craie,enfin,tu vois bein quoi,pardi.

    · Ago almost 8 years ·
    2012 09 07 12.19.16   copie 92

    Fil,Hip,Oohhh, 18 Rockin Cher

  • Joyeux Noël quand même ! Ton blog, c'est un cadeau du père Noël ?

    · Ago almost 8 years ·
    Moi da orig

    Dominique Arnaud

  • Jean-Michel trébûche sur le 'v' du syndicalisme et tombe de Gandrange en Florange ... heureusement Ficopé, son manager, connaît la chanson et refait les élections dans le dos de Montebayrault avant que Marine Mélanchine ne rapplique pour tirer les vers du nez de la Joly femme à lunettes ..... femme à ..... quête !

    · Ago almost 8 years ·
    Yfig signature 3 300

    yfig

  • jean- mimi croit comme tout vrai syndicaliste en l'humain et c'est déjà grandiose par les temps qui cavalent à donf!!! pour le reste rien à redire tout est parfaite t même la chute est bonne , pauvre Jean-mimi il a les boules et il de fait enguirlander , joyeux Noel Mathieu.

    · Ago almost 8 years ·
    Mariage marie   laudin  585  orig

    franek

  • Drolement bien ficelé....Je suis admirative ....Brillante parabole !

    · Ago almost 8 years ·
    Thumbnail (2)

    mysterieuse

  • Jean-michel sent définitivement le sapin, oui. Une trêve lui ferait le plus grand bien, même si je comprends qu'il ait la bûche sur l'estomac. J'aime le portrait humain bien détaillé, moins l'ambiance, parce que j'ai déjà le ciel tout gris.
    (Oui, même si je perçois bien sa légimité tout comme celle de la morosité de Jean-Michel)

    · Ago almost 8 years ·
    Avat

    hel

  • Salutaire cette vision d'un Père Noël syndicaliste.
    "J'ui avais d'mandé com' cadeaux,
    une panoplie d'agent d'police,
    une super boite de mécano,
    une carte du parti socialiste"...

    http://www.youtube.com/watch?v=NivrZ3x-a9M

    · Ago almost 8 years ·
    Francois merlin   bob sinclar

    wen

Report this text