Mais je me fous des autres c'est toi que je veux bordel !

Stéphan Mary

Club « jetez l’encre » Défi n°12 Thème : Écrire à partir de cette musique : "We can make the world stop" http://jetez.l.encre.xoo.it/t19-D-fi-n-12.htm

 

Mais je me fous des autres c'est toi que je veux bordel !

 

C'est trop dur, trop douloureux, trop tout. Il n'arrête pas de pleurer. Il a les tripes en bouillie, le cœur en poussière. Il est allé chez Emma ce matin. a sonné, a entendu "Entre". Elle l'attendait. Il est entré dans le salon et l’a vue, assise sur le canapé qui fait face à la fenêtre, immobile. Sans se tourner vers lui, elle a dit d'une voix atone "Allons dans la roseraie".

Ils se sont assis côte à côte, leurs regards posés sur le parterre de roses Baccaras noires, ses préférées. Ils ne se regardent pas. Il dit

- Ce n'est plus possible. On arrête

- Oui.

Un oui monocorde, dans la réalité d'une relation qui fatalement prend fin. Un sanglot lui étrangle la voix

- Je t'aime

- Je t'aime aussi _un silence_  mais je ne peux pas te donner ce que tu veux.

Il sent l'eau couler de ses yeux. Il ne retient rien. Elle prend sa main. Il serre fort. Elle parle doucement. Il n'entend pas.

Il a mal, horriblement mal. Il n'imagine pas ne plus la voir, ne plus l'étreindre mais il sait que c'est irrémédiable. La passion charnelle adoubée à une histoire d'amour contre l'absence, la froide et assassine absence.

Il se laisse aller à pleurer franchement. Des gargouillis sortent de sa gorge. Il sanglote comme un bébé. Elle l'attire contre elle, lui tient la tête dans son cou. Il se gorge de son odeur, s'imprègne pour le restant de ses jours. La douleur le lacère de part en part. Ses boyaux se tordent. Il va vomir l'aversion du manque à venir
Alors il cherche avidement sa bouche. Elle se donne dans l'instant, leurs dents s'entrechoquent dans un combat de boxeurs, un baiser uppercut jusqu'au boutisme. Elle pleure elle aussi. Il sent ses larmes s'écraser sur sa lèvre. Ils s’étreignent.
Le désir ressurgit, ultime conviction des corps pour se battre contre la cynique réalité. 

Elle dit "Non". Il sent ses mains se poser sur les siennes et les détacher sans violence mais fermement de son dos. Lui revient le clown triste. Le clown l'observe de ses yeux mélancoliques. Il a perdu quelque chose. Il lui signifie : « Toi aussi tu as tout perdu, en une soirée, en un verre de trop. Tu as perdu Emma ! »

Emma je t'ai perdue. ... Au secours j'ai perdu Emma

- Je ne pourrais pas survivre

- Si tu pourras... avec le temps. Je sais que pour le moment ça ne veut rien dire mais tu verras. Le temps répare beaucoup de choses

- On peut continuer à se voir ? Il s’engouffre dans cette possibilité comme on se jette à l'eau

- Non, ce n'est pas raisonnable. Je ne pourrais pas tenir

Il dit épuisé

- Qu'est ce que tu ne pourras pas tenir ?

- L'envie de toi, l'envie absolue d'être avec toi. Je t'aime mais... mais je ne peux pas. J'ai mon autre vie, les enfants. Je ne veux pas qu'ils pensent que leur mère est …

Elle s'arrête alors il enchaîne

-  Infidèle ?

- Et même si... . Il n'y a qu'avec toi. Jamais un homme ne m'a attirée autant auparavant _un silence_ jusqu’à toi... toi si ! Tu es arrivé dans ma vie comme un boulet de canon mais ça va trop vite et je n'ai plus la maîtrise de rien. Ca ne peut pas continuer comme çà. Je suis en train de fiche en l'air ce que j'ai mis des années à construire : un équilibre. Et même si cet équilibre est fragile je ne veux pas le perdre. Sa voix se casse. Tu m'obsèdes... et les enfants s'en rendent compte, je suis moins disponible, je ne veux pas de ça. Il faut que je me reprenne. Je t'aime mais je ne vivrais pas avec toi. Je ne m'en sens pas le courage. Je suis désolée. _un autre silence_ Tu es une personne très bien et tu es jeune. Quelqu'un d'autre saura t'aimer comme tu mérites d'être aimé, pleinement. J'en suis sûre

Il rugit : mais je me fous des autres c'est toi que je veux bordel ! Il dit ça la tête baissée, sa nuque lui fait terriblement mal.

Un très long silence. Au bout d'un moment il se lève "Je m'en vais.". Elle ne répond pas. Elle se redresse et lui emboîte le pas. Elle ouvre la porte d'entrée de l'immeuble. Il fait dix mètres et se retourne vers elle

- Emma ! Normalement tu devrais venir en courant, tu devrais te jeter dans mes bras en pleurant que c'est une connerie, que c'est pas vrai, que tu m'aimes trop pour qe l’on se quitte comme ça. Ca devrait finir dans un happy end. On s'arrangerait pour se voir sans que ça ne te dérange et ça durerait des années. Sa voix aussi se brise. Oh merde Emma je t'aime

- Je t'aime aussi mais on n'est pas dans un film. Puis elle répète : on n'est pas dans un film.

La porte s'est refermée. Par une fenêtre fuse une musique lancinante, répétitive, métallique. La vie est là, urbaine, insupportable.

  • Cet amour impossible et la révolte de l'amant! C'est cruel, mais si bien écrit!!

    · Ago over 6 years ·
     20160514 112546 (2)

    Colette Bonnet Seigue

  • Alors moi j'y ai cru, à la happy end, mais je trouve que ton texte a encore plus de force avec cette chute. Parce que la vie ce n'est pas un film, c'est vrai, et la réalité implacable nous rattrape toujours.
    Bref, j'aime beaucoup !

    C'est drôle de voir ce qu'un même musique nous inspire à chacun... C'est vraiment intéressant !

    · Ago over 6 years ·
    20130820 153607 20130820153847362 (2)

    rafistoleuse

  • L'histoire d'une rupturre superbement écrite. Tes personnages ont de la chair et du vécu. Bravo

    · Ago over 6 years ·
    Image 8 54

    hectorvugo

  • Merci de vos commentaires. Elisabeta, Sophie, comme dit Emma "On est pas dans un film" et comme l'explique cette phrase, on est dans l'image in air ! Texte de visualisation. Mais c'est elle qu'il veut Bordel ! Et la vie continue... Ou pas !

    · Ago over 6 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • Je suis un peu d'accord avec Elisabetha. J'ai été bien prise jusqu'à l'explication d'Emma coupant court à l'imagination suscitée par le début de ton histoire dont la lecture est toujours aussi agréable.

    · Ago over 6 years ·
    Adam orig

    sophie-l

  • oh quel cinéma! j'aurais aimé moins de détails et plus de "suggéré" pour imaginer la scène et non la regarder. Pour le reste l'écriture est toujours impeccable.

    · Ago over 6 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • Ohlala ça me fout les boules. C'est trop beau et trop triste!

    · Ago over 6 years ·
    20141112 173659

    alcestelechat

  • Je ne commenterai qu'en trois lettres... CDC

    · Ago over 6 years ·
    Image

    Archange Flippé

  • Une belle histoire d'amour qui fini mal... Mais elles finissent toujours mal, a la fin !

    · Ago over 6 years ·
    Version 4

    nilo

  • Superbe !

    · Ago over 6 years ·
    Default user

    tendresse

  • Ah oui j'adore la dernière phrase ! Intéressant ce que t'inspire la musique. Mais il est plein de désespoir ce texte ! Déchirant en tout cas ! Et le "Quelqu'un d'autre saura t'aimer comme tu mérites d'être aimé" mon dieu y'a rien de pire à dire !

    · Ago over 6 years ·
    Logo bord liques petit 195

    octobell

  • La dernière phrase...sans concession. Tranche avec le reste. J'aime.

    · Ago over 6 years ·
    6a91db435719228679d4052389e2fb1a

    El. Imy

  • Une belle écriture. Point, virgule, point. Du rythme.

    · Ago over 6 years ·
    Tetedevache

    arteffact

  • J'ai adoré. J'ai lu sans reprendre mon souffle. Sans doute que jy ai cru jusqu'à la fin cruel. Cdc. Ya rien d'autre a dire la vie est cruelle... mais l'amour est la. Partout entre ses lignes...

    · Ago over 6 years ·
    10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

    cerise-david

  • Tragédie du quotidien et tu la décris avec les cris de l'âme emportée d'un homme qui sent sa vie déchirée par une douleur sans nom !
    Un beau texte qui prend au tripes !

    · Ago over 6 years ·
    Avatar loup 54

    matt-anasazi

  • Merci ! Merci de ce moment ! Qui font écho à mes propres sentiments ! Mais oui, on n'est pas dans un film ...

    · Ago over 6 years ·
    Capture d  cran 2013 08 21   14.37.53 150

    heartthrob

  • Les émotions passent bien, je visualise bien la scène et le dilemme grâce à l'écriture et sa bonne qualité. J'aime particulièrement la conclusion: "la vie est là, insupportable".

    Je ne sais plus si c'est sur ce site, mais j'avais lu la phrase suivante: "si la vie est un cadeau, le monde est sa punition". En l’occurrence, les circonstances empoisonnent la vie. Et la voici devenue insupportable.

    Tragique... Cœurs...

    · Ago over 6 years ·
    544813 416184855145011 490152810 n 465

    bis

Report this text