La veillée.

yan--2

Et le soir qui s’entaille   

A l’ardoise du clocher,   

Saigne d’un rouge soleil. 

La brise s’ensoudaine.      

Dans les tasses la verveine.   

Les portes s’entrebâillent         

Sur les enfants couchés,         

Les regards s’ensommeillent.   

L’intérêt d’une abeille    

Au rosé débouché,      

Dérange les phalènes       

Sous le lustre d’émail.    

Encore tant de détails,         

Gerbes ou fleurs coupées ?                                          

Là-haut les bougies veillent.                                          

Déjà dix coups s’égrènent

A l’horloge du clocher.                                                    

Report this text