Quand tout allait bien

Frédéric Clément

Quand tout allait bien

Quand tout allait bien

On se couchait si tard qu'on en perdait le temps

On vivait mille vies qui duraient un instant

Et dans l'ombre des choses

On jouait à penser que les êtres qui osent

Ont plus de connaissances

Que les hommes qui pensent, pensent, pensent…

Tu lisais dans mon cœur, tu devinais mes peurs

Quand les autres tapaient sur leurs ordinateurs

Des bouts de solitude

Qu'ils voulaient faire passer pour des certitudes

Y'avait jamais trois mots de suite dans ta bouche

Sans que mes mains te touchent

Je pouvais dessiner ton corps avec le mien

Sans l'autre l'un de nous c‘était déjà plus rien

Quand tout allait bien



Quand tout va trop bien

Quand tout va trop bien

Le boire et le manger deviennent secondaires

On fait vite le tour des ennuis nécessaires

Et les amis fidèles

Se multiplient comme des petits pains du ciel

Ils cherchent nourriture

Dans les bonheurs qui durent, durent, durent…

Plus la lumière est forte et plus l'amour étonne

Plus la joie est immense et moins on nous pardonne

Le bruit de nos fous rires

C'est comme si le monde était né pour souffrir

Comme s'il devait planer sur nos espérances

Une loi du silence

Et malheur à ceux-là qui s'aiment quotidien

On vit tous au Tibet, le cœur amérindien

Quand tout va trop bien



Quand tout ira bien

Quand tout ira  bien

Tu reviendras peut-être avec tes yeux miroirs

Et tu me trouveras aux frontières du noir

Gardien de mes misères

Infiniment loyal à toutes nos chimères

Tu briseras mes chaînes

Pour que mon âme prenne, prenne, prenne

Un repos mérité après tant de tourments

J'aurai tenu le coup, honoré mes serments

Je déplierai mes ailes

Comme au temps où le temps faisait la vie plus belle

Il n'y aura pas trois mots de suite dans ta bouche

Sans que mes mains te touchent

Je réconcilierai mon corps avec le tien

J'aurai vieilli mais nous ferons semblant de rien

Quand tout ira bien

 

Quand tout allait bien

Quand tout allait bien

On se couchait si tard qu'on en perdait le temps

On vivait mille vies qui duraient un instant…

Quand tout allait bien

  • C'est vrai. Mais j'aime aussi l'idée que chacun puisse entendre sa petite musique personnelle.

    · Ago about 2 years ·
    Un inconnu v%c3%aatu de noir qui me ressemblait comme un fr%c3%a8re

    Frédéric Clément

  • ça... ça mérite une musique pour danser dans les oreilles :)

    · Ago about 2 years ·
    Crayon

    Alain Cattiaux

  • Beau...que dire de plus?

    · Ago about 3 years ·
    Isa

    Isabelle Gabriel

  • Ce poème est magnifique ! on s'y identifie tous plus ou moins, on pense à une personne qui nous est chère et un auteur qui arrive à faire cela, j'aime énormément. Wow, coup de coeur vraiment ohlele

    · Ago about 3 years ·
    Lmkdf

    Sophie Paillet

  • AH. Mon ordi bug au moment où j'veux mettre un Coup de cœur. J'espère qu'il est bien mis. Bref, je lis rarement vos textes comparé à vous les miens, mais quand j'y passe, ça fait boum boum: c'est magnifique.

    · Ago about 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

  • Peut-être chanté. Absolument magnifique. :)

    · Ago about 5 years ·
     fa4b4505d65e21f847b1c2b8097e24b0da43df96d1a52c2083 pimgpsh fullsize distr

    oriana

  • Vraiment beau !

    · Ago over 5 years ·
    13936765 320060985050469 540605077 n

    mglow

  • Ohh c'est tellement beau et profond; Merci!

    · Ago over 7 years ·
    106256 rg22b112rglgwlotzoi7kabg6ibdsu bo yeux h171120 l 1  orig

    nephtalyah

  • "Y’avait jamais trois mots de suite dans ta bouche
    Sans que mes mains te touchent."

    Parce que finalement, à quoi servent les mots, quand on a tout le reste. Ce reste qui se passe de mots justement, parce qu'aucun n'est assez démesuré, fidèle, immense.
    Parce qu'un mot dans un silence, c'est déjà trop. Parce qu'un mot sur une image, fut-ce un souvenir, c'est déjà un mensonge. Parce qu'un mot sur un sentiment, c'est déjà la fin.

    Ecrire, ce n'est rien d'autre que revivre. Et inventer, prolonger.
    Mais tant qu'on garde jalousement en soi ces éclats, sans jamais réussir à trouver un mot pour les décrire, c'est simplement qu'ils continuent à trouver un écho quelque part en nous. Quelque chose qui n'a pas changé. Comme les étincelles d'un regard, les intonations d'une voix, des doigts emmêlés.

    Ce que même les mots les plus beaux ne sauront jamais décrire.
    Ce pourquoi on a inventé les souvenirs.

    · Ago almost 8 years ·
    Img 3458

    Alice Neixen

  • un très beau texte vraiment

    · Ago almost 8 years ·
    Papier peint de la galerie de photos windows orig

    odalie

  • Quand tout va bien... c'est terrible et bon à la fois. Car on se doute que cela ne va pas durer!!!
    Heureusement, la roue de la vie tourne pour tout le monde, et les cycles positifs reviennent eux aussi...
    Au fait... trèèès beau texte, évidemment, comme toujours!

    · Ago almost 8 years ·
    Photo bea pour roman

    valy-bleuette

  • Tout va bien pour toi, Frédéric...c'est magnifique !!!

    · Ago almost 8 years ·
    Pascal 3 300

    Pascal Germanaud

  • comme toujours, à Fleur de peau ; je ne peux que la respirer.

    · Ago almost 8 years ·
    Photo0486

    apolline

  • musical et profond
    éveille en moi des souvenirs ... bravo

    · Ago almost 8 years ·
    Img 0392 orig

    mamzelle-vivi

  • Belle progression, musicalité... Bravo.

    · Ago almost 8 years ·
    Guitare 008

    matou

  • aller jusk'au bout de la nostalgie pour s'en défaire, car c'est là un cadeau empoisonnée ke nous laisse l'autre en nous kittant

    · Ago almost 8 years ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

  • Comme Sally, après celui de Colette, ce sera toi mon coup de coeur.

    · Ago almost 8 years ·
    20170621 cbc 495   copie

    ysabelle

  • J'ai eu envie de dire ce poème à voix haute, j'ai aimé son rythme et ses mots ainsi que la mélancolie qu'il a fait naître en moi. Merci.

    · Ago almost 8 years ·
    Pivoines

    Ysabel G

  • Très touchée par ce poème ! Très beau et empli de délicatesse ! Joli choix de photo. Merci et bravo !

    · Ago almost 8 years ·
    Camelia top orig

    Edwige Devillebichot

  • merci "l'ami Frédéric"...je le garde.

    · Ago almost 8 years ·
    545579 3657952887767 1403693905 n

    sally-helliot

  • il est des mots dans des lettres qui se suffisent à eux-mêmes...il est alors inutile de dire, mais de les ressentir.
    Je ne dirai rien ici. Tous les coeurs sont mis, il n'y a plus de place ailleurs qu'un coup de coeur. Après celui de Colette, c'est le tien Frédéric que je garde chez moi.
    Merci...

    · Ago almost 8 years ·
    545579 3657952887767 1403693905 n

    sally-helliot

Report this text