Motel Vacancy

leo

L’espoir inconsidéré de devenir un vrai être humain, fait de chair et de  névroses acceptables, avait une nouvelle fois avorté.  J’ai la gueule de bois : celle de Pinocchio ayant voulu enculer Hurricane Carter en deux rounds. Jack Daniels en Don King. Si je l’avais laissé faire, il m’aurait sûrement encouragé à essayer de me taper la baleine, avant de rentrer à dos de thon. Le night club est mon bac à sable où j’érige mes pâtés d’illusions, avant de tout piétiner. Magnifique scène de crime à la galerie de personnages détonants. De la moche qui devient sac à foutre à la  romantique alcoolo, qui taille des pipes aux chiottes pour une conso offerte ; du crétin  pathétique qui baise la musique sur le dancefloor, à la fille à papa qui passé une heure du matin, se transformera sale traînée au regard du paternel incestueux. La liste est bien plus longue, comme le serait celle des médicaments, dressée par la ménagère de plus de quatre-vingts dix piges, n’ayant plus que le drugstore pour seul lien social.

Ma vieille dealait dans la cage d’escalier de mon répondeur : les souvenirs de mon enfantement contre un peu d’attention. Ses cachetons mémoriels étaient  incolores, inodores et insipides, pareils au LSD : fucking life. Dès mon départ de sa maison de poupée, l’overdose s’était précipitée dans mes veines de junkie. Elle avait trop dégueulassé notre intérieur de trémolos larmoyants. Saleté de voix, s’acharnant à contrer mon autodestruction. J’ai toujours été pour mon avortement, aussi fort qu’elle m’avait souhaitée. Que pouvait-elle donc espérer à s’être faite engrosser par un peine à jouir de violeur ? De la mauvaise graine j’étais, dans mon génotype  je demeurerais. Ses mots maternels périmés, berçant ses jumeaux monozygotes trop prêts du mur. Moi et mon illusion morte-née faisions tapisserie.

Je chancelle, assis sur le lit, la piaule en vrac tournoyant à Mach 1. Je pourrais gerber mes tripes à la mode looser. Je suis bourdonnant d’insultes, de celles que je me profère les lendemains de charges. Des biens saignantes : menstruations de femmes fontaine, se branlant devant un bataillon d’amputés du Vietnam qui n’arrivent plus à bander. Y’a pas plus dégueulasse qu’un Jack Daniels partouzeur. Les effluves d’alcool prenant bien soin de me claquer le cervelet pour mieux baiser mon esprit contracté. Je me fais bourrer le mou par le gros dur du Tennessee. Des larmes s’échappent, perles de dignité quittant mon fond de cale, que la peste l’emporte…

Je fixe l’enseigne lumineuse rouge qui se gausse de ma déchéance. Son rire clignote à lueur déployée, ce n’est pas cette garce qui s’arrêterait de battre. Je suis vide comme l’est le fond de mes poches,  fauché comme les blés, torturés à l’ug 99. J’e lance un œil désespéré à  mes groles qui jonchent le sol miteux du motel. Sortir. Gonfler mes poumons de l’air vicié des drames nocturnes. Arpenter le trottoir, jusqu’à marcher dans une merde de Komondor. A pied joint, pour mieux conjurer le sort. De la bien fumante en mode rasta, y’a plus que ça qui pourrait me sauver.

Le Glock 18 posé sur ma table de chevet, brouille mes perceptions. L’heure est au changement radical. Il me faut un souffle nouveau, apaisant. Son noir mat fixe le blanc cassé de mes yeux. Le Yin et le Yang me chante la tyrolienne du bonheur. Le seul canon que je puisse bien me farcir, me tripote les couilles du passage à l’acte. J’enserre sa taille rainurée, presse le petit levier qui renversera dans un instant l’infiniment peu de chose. Je veux que l’on sache qu’elle et moi étions consentants. Ce n’est pas parce que l’on s’éclate qu’il faut faire chier les légistes. Je sniffe mon rail de coke, fais dérailler ma motrice. De la poudreuse plein le pif, de l’autrichien plein la tête. Le 9 mm Parabellum fait claquer mes paupières semi-automatiques.

Maman est morte hier. Avec elle, le fruit pourri de son orgueil malade.

Fin

Retrouvez toutes les autres contributions sur le lien suivant et participez également :

http://histoiresnoires.wordpress.com/2011/06/21/publiez-vos-histoires-noires/

  • Juste magnifique Léo ! Quelle plume !

    · Ago about 6 years ·
    Yahn 3

    yahn

  • Sur le cul...
    J'y retourne!
    JB.

    · Ago over 8 years ·
    St barth 052

    jb0

  • Merci Léo... merci...

    · Ago over 8 years ·
    Pb290406 150

    estevao

  • C'est sombre et trash... un cocktail molotov de mots qui font mouche ! Chapeau bas l'artiste !

    · Ago over 8 years ·
    Ciel %c3%a9toiles2

    bella-leff

  • !!!
    Du grand Léo!

    · Ago over 8 years ·
    Kitty 54

    meo

  • Belle nausée Léo, en mode fange ;b Apparemment à chaque nouveau texte apparait une syncrétisation améliorée de tout ce qui est produit ici en vue du raffinage final.

    · Ago over 8 years ·
    Images

    hugues-stephane

  • Des mots tels que si vacance il y a, ce n'est pas par là qu'il faut chercher...
    Bravo mon ami :)

    · Ago over 8 years ·
    Dsc00245 orig

    jones

  • ton texte a une beaute qui fait mal,.......ces lignes suintent la douleur d une realite qui ecorche.....je ne peux pas m empecher de le relire ...... Leo........

    · Ago over 8 years ·
    74732 277470149016751 100002613044557 558298 1548865977 n orig

    zadig-de-st-mary

  • la beaute de l obscur.....c est troublant !

    · Ago over 8 years ·
    74732 277470149016751 100002613044557 558298 1548865977 n orig

    zadig-de-st-mary

  • Une véritable machine à broyer, plus noir que noir...

    · Ago over 8 years ·
    027 orig

    Chris Toffans

  • L'art de faire saigner la nuit**************************

    · Ago over 8 years ·
    Avatar orig

    Jiwelle

  • Alors là merci tout plein, ça fait chaud au coeur ! Je suis content pour Jeff Baleck, j'avais à coeur de lui présenter quelque chose de soigné !

    @ Omicron, qui eût cru que vous puissiez tomber en rade sur l'autoroute des "Histoires noires" ? Vous dire quand même (honnêteté oblige) que moi aussi je ne connaissais pas tout ça avant d'écrire ce texte, l'écriture nous enmène loin :)

    · Ago over 8 years ·
     14i3722 orig

    leo

  • Ecriture à l'image du Glock:sans cran de sûreté.Comme on dit "Ecrire,c'est prendre des risques".

    · Ago over 8 years ·
    Photo chat marcel

    Marcel Alalof

  • "Ah vous dirai-je maman, ce qui cause mon tourment ?"
    Bravo pour ce texte au bout duquel j'ai fait "Glurps !"
    Et puis, j'ai appris, en fouillant l'iinternet, ce qu'est un Glock18, un Komodor et l'ug99.
    Putain, j'ai des lacunes !

    · Ago over 8 years ·
    Omicron 1 orig

    Christophe Dessaux

  • Les mots crachés sans pudeurs en plongée dans les ténèbres...Léo double face...

    · Ago over 8 years ·
    Et  2011 264 orig

    mlpla

  • C'est....très complexant...
    un coup dans la gueule et un sacré coup...
    Bravo, totalement époustouflant..Chapeau'

    · Ago over 8 years ·
    Albert camus letranger roman

    sisyphe

  • Déjanté... ça hurle le Blues à plein nez...Chapeau bas, Monsieur Léo !!!

    · Ago over 8 years ·
    Pascal 3 300

    Pascal Germanaud

  • amour et haine si proches
    un super texte Léo
    merci

    · Ago over 8 years ·
    Img 0012

    ristretto

  • Chacune de tes phrases est une histoire . A venir pour toi , déjà là pour les lecteurs . Du coup la dernière ligne , agit comme un drôle d'emballage un peu superflu quasi anecdotique . Bancale et convenue . Elle devrait être l'essence du texte , son parfum , peut-être même son titre .

    · Ago over 8 years ·
    Default user

    nylou

  • Bravo Léo ;
    et la dernière phrase comme toujours est transcendante !
    Gros bisous et bon dim' ! ! !

    · Ago over 8 years ·
    Astrogifsoleilvitrailstmartin01 orig

    Dominique Domica

  • ça suinte à souhait Léo. Manque plus que les mouches.....

    · Ago over 8 years ·
    Pict0112

    nawyecky

  • sacrée gueule de bois! magnifique texte!

    · Ago over 8 years ·
    101 0061 500

    saki

  • Du bon pain... très pétri au niveau du style...merci Jésus Leo de le partager avec nous

    · Ago over 8 years ·
    Woody ghutrie orig

    Daniel Adams

  • Magnifique Léo ! Des images sublimes de tripes et de violences, des mots qui résonnent et s'entrechoquent et ta plume qui sait rayer le verre, caresser le souvenir, écrire à l'encre du sang . Moi je kiffe ... Tu les grimpes vite les marches Léo !! C'est du strong !

    · Ago over 8 years ·
    Iphone 19novembre2011 013 orig

    Manou Damaye

  • Le Noir dans toute sa profondeur...
    Léo...Vous m'épatez de texte en texte

    · Ago over 8 years ·
    Fred 500

    freedogg

  • Quel art, quelle maîtrise... Léo, ton talent est en train de séquestrer ton ordi, de le manipuler, de faire le rapt du clavier et... pire, de s'insinuer dans nos têtes fébriles et charmées. Merci l'ami, merci. Tu as mon coup de coeur du dimanche matin !

    · Ago over 8 years ·
    Img 0789 orig

    Gisèle Prevoteau

  • Quand ta plume exprime les noirs désirs.

    · Ago over 8 years ·
    30ansagathe orig

    yl5

  • Waouh !!!!!! foisonnement lexical jubilatoire, écriture au coupe coupe, sublimissime remontée à la source de l'addiction et du délire : du concentré : une bombe ! J'en ai les larmes aux yeux, Yes, bravo, coup de coeur !
    PS : A propos du style, et du genre, une petite réflexion (qui fait écho d'ailleurs à une problématique évoquée par Jeff Balek), je trouve merveilleux et très riche qu'un auteur ait une palette de couleur pour écrire : rose, verte, blanche ou noire ? même si cela ne cadre pas avec les politiques commerciales de la petite édition qui bien souvent s'intéresse plus, dans sa demande à court terme, à la production d'un créateur, qu'à la personnalité du créateur ? sauf à ensuite encenser celui ci et le porter au pinacle sa vie et une oeuvre accomplie ? Vive la liberté donc !

    · Ago over 8 years ·
    Camelia top orig

    Edwige Devillebichot

  • Noir, c'est noir ! Je reconnais bien là la griffe dure et acérée de ton côté obscur Léo ... Exercice encore une fois parfaitement réussi, bravo !

    · Ago over 8 years ·
    Tourbillon 150

    minou-stex

  • Top de pote.

    · Ago over 8 years ·
    Photo chat marcel

    Marcel Alalof

Report this text