Phare à paupières

Alice Neixen

Elle a une jupe à fleurs et une veste en jean. 

Une démarche ondulante dans un sillon parfumé. Rouge à lèvres intense sur regard effronté. 

Il y a dans ses gestes toute l'influence que l'on n'y mettrait pas. 

Solitude, indépendance. Discours du coeur. 

Pudeur. 

Ongles à peine teintés, joliment pastel. Cheveux de blé trop mûr, mèche accrochée aux cils. 

Nuque douce, à peine ombrée, d'où perle le désir.  

Le bruit de ses bracelets, infime, berceuse de tout son corps. 

Se pourrait-il, pour aimer, te désirer encore ? 

Son visage parle pour elle, abonnée absente. Sourire flou, regard vague. 

Il y a dans un creux d'elle, celui qui fait son nid.

Il a mis son odeur, et lui a tout promis.  

Sous ses paupières closes, émotions irisées. 

Si je tends la main, je pourrais la toucher. 

Si je tends la main, les bras, les lèvres, et tout ce que je n'ai pas,

Alors peut-être, que je pourrais l'aimer. 

Report this text